Foussemagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Foussemagne
Photo de la mairie
Photo de la mairie
Blason de Foussemagne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Arrondissement Arrondissement de Belfort
Canton Canton de Fontaine
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin de la Bourbeuse
Maire
Mandat
Serge Picard
2014-2020
Code postal 90150
Code commune 90049
Démographie
Gentilé Foussemagniens
Population
municipale
955 hab. (2011)
Densité 187 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 38′ 08″ N 7° 00′ 20″ E / 47.6356, 7.005647° 38′ 08″ Nord 7° 00′ 20″ Est / 47.6356, 7.0056  
Altitude Min. 338 m – Max. 376 m
Superficie 5,10 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte administrative du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Foussemagne

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte topographique du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Foussemagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Foussemagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Foussemagne
Liens
Site web foussemagne.com

Foussemagne est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort en région Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Foussemagniens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Foussemagne est situé près de l’Aéroparc, ancien aérodrome de Fontaine transformé en parc d’activité industrielle, sur la route RD 419 reliant Belfort à Altkirch. Situé à 13 kilomètres de Belfort, chef-lieu du département, son altitude moyenne est de 350 m. Son territoire, couvrant 510 ha, est arrosé par la rivière de Saint-Nicolas qui prend sa source près de Rougemont-le-Château, dans le massif des Vosges.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Frais Fontaine Rose des vents
N Chavannes-sur-l'Étang
(Haut-Rhin)
O    Foussemagne    E
S
Petit-Croix Cunelières Montreux-Vieux
(Haut-Rhin)

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Fuszmengin (1533), Fuchsmeng (1576), Fuchsmanien (1627)[1], Foussemagne (1793).

Histoire[modifier | modifier le code]

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge jusqu’à 1790, Foussemagne fait partie du fief de Montreux-Château et en devient même le chef-lieu à partir du XVIe siècle. Avant d’être rattaché définitivement à la France en 1648, le nom du village figure sur des cartes sous la forme Fuchsmeng[2]. Le village dépend alors de la paroisse de Fontaine. La chapelle Sainte-Anne, fondée à la fin du XVIIe siècle, est reconstruite au XIXe siècle. Au début du XIXe siècle, une synagogue est construite, destinée à la communauté juive, la plus importante du département qui comprend 132 personnes cohabitant avec 300 catholiques. Cette particularité est due en partie aux seigneurs du lieu, la famille Reinach, qui a favorisé leur installation. Le 30 juin 1815, le 8e corps du général Lecourbe affronte des fantassins autrichiens du général comte de Colloredo. Les combats font des centaines de morts et de blessés. De 1871 à 1914, la frontière allemande passe en bordure du territoire du village.

Synagogue aujourd'hui abandonnée de Foussemagne

« Foussemagne est le seul village en France où il y a une synagogue et pas d'église ». Ces propos, tout à fait exacts, ont été écrits par l'académicien André Frossard dans Dieu existe, je l'ai rencontré. Il est le fils de Louis Oscar Frossard, né à Foussemagne, ministre sous le Front populaire de Léon Blum et le neveu de Gaston Frossard, maire de Foussemagne.

En effet, de nombreuses familles juives s'établissent en Alsace à partir du rattachement de cette dernière à la France en 1648. Foussemagne est connue pour avoir abrité une communauté israélite très vivante, du début du XVIIIe siècle jusqu'au début du XXe siècle. Une synagogue fut construite au XIXe siècle, en 1850 et sert au culte israélite jusqu'en 1940, année noire où elle est fermée, pillée et saccagée par les nazis[3]. Les quelques Juifs qui restent à Foussemagne disparaissent durant la guerre dans la Shoah.

les façades et toitures de la synagogue sont inscrites sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiuques par arrêté du 21 décembre 1984[4] . En 2008, la commune la rachète afin d'en faire un lieu de mémoire de son histoire et des Juifs de Foussemagne et du Territoire de Belfort en y créant un musée[5]. Trois personnages, originaires de la communauté juive de Foussemagne, ont marqué l'histoire politique et culturelle de la France : Ludovic-Oscar Frossard, cofondateur du Parti communiste français, André Frossard, son fils, académicien et Tristan Bernard, humoriste, homme de théâtre, dont le père est né à Foussemagne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Foussemagne

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

de gueules à l'aigle bicéphale d'argent, becquée et membrée d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1797 Joseph Feltin    
1797 1799 Jean-Pierre Feltin    
1799 1808 Joseph Feltin    
1808 1815 Nicolas Martin    
1815 1816 Jean-Pierre Ferard    
1816 1841 Nicolas Martin    
1841 1848 François Voilliat    
1848 1853 Célestin Charbonnier    
1853 1858 Louis Blanchot    
1858 1866 Xavier Choffat    
1866 1867 Jean-Claude Feltin    
1867 1871 Célestin Charbonnier    
1871 1888 François Feltin    
1888 1893 Théodore Lamy    
1893 1912 Jacques Cayot    
1912 1919 Gaston Grasser    
1919 1928 François Raedersdorf    
1928 1944 Jules Sarrieu    
1945 1965 Gaston Frossard    
1965 1977 Gilbert André    
1977 1988 Jean Massias    
1988 2012 Louis Massias EELV  
2012 en cours Serge Picard    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 955 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
318 357 394 473 442 488 425 468 521
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
514 467 458 553 526 550 566 528 476
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
466 434 452 391 397 408 284 284 423
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
414 465 384 517 509 602 891 973 955
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


La population était de 342 habitants en 1803 ; elle est montée à 553 en 1872 à la suite de l’annexion de l’Alsace par l’Empire allemand.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On trouve au centre du village, la place et la "maison des arches". Ce bâtiment abrite la salle des fêtes et la médiathèque municipale.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  2. rechercher sujet: sundgau. Bibliothèque nationale universitaire
  3. « Synagogue de Foussemagne », Site de la mairie de Foussemagne (consulté le 8 août 2008)
  4. « Notice no PA00101148 », base Mérimée, ministère français de la Culture Synagogue (ancienne)
  5. Synagogue de Foussemagne, 1865 (architecte : Aristide Ratte)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011