Laire (Doubs)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laire.
Laire
Monument aux morts à Laire.
Monument aux morts à Laire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Canton Montbéliard-Ouest
Intercommunalité Communauté de communes de la vallée du Rupt
Maire
Mandat
André-Marie Dépoutot
2014-2020
Code postal 25550
Code commune 25322
Démographie
Population
municipale
388 hab. (2011)
Densité 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 33′ 05″ N 6° 44′ 00″ E / 47.5514, 6.733347° 33′ 05″ Nord 6° 44′ 00″ Est / 47.5514, 6.7333  
Altitude Min. 356 m – Max. 452 m
Superficie 3,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laire

Laire est une commune française située dans le département du Doubs en région Franche-Comté.

Ses habitants sont surnommés en patois Lai niods ou Lai nionets. Niods pour les nœuds de chanvre grossier non peignés, ancienne production du pays ? - Nionets, en patois : niais. De toute façon il y a un jeu de mots sur niods-niais-nionets[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Layr en 1231 ; Lay 1318 ; Layre en 1446 ; Laire depuis 1520[1].

Le village se situe à 10 km au nord-ouest de la ville de Montbéliard, entre les communes d'Issans, de Trémoins et de Tavey, ces deux dernières en Haute-Saône.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Trémoins
(Haute-Saône)
Verlans (Haute-Saône) Tavey
(Haute-Saône)
Rose des vents
N Vyans-le-Val
(Haute-Saône)
O    Laire    E
S
Aibre Raynans, Montbéliard

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune apparaît pour la première fois en 1231 dans une charte de Thierry III, Comte de Montbéliard, et s'orthographiait alors Layr.

Laire a appartenu au comté de Montbéliard jusqu'en 1793, date de son rattachement à la France.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason Parti d’argent et de gueules, à deux branches de sinople, passées en sautoir et mouvant chacune d’un angle de la pointe, brochant sur le parti, celle en bande de chêne fruitée de trois pièces d’or, les cupules de gueules, celle en barre d’alisier torminal fleurie de trois pièces d’argent, boutonnées d’or, le tout accompagné en chef de deux bars adossés de l’un en l’autre et en pointe du clocheton de la mairie du lieu sommé de son coq, le tout d’azur, mouvant de la pointe et brochant sur le parti, ajouré d’or, le cadran d’horloge du même.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mai 2008 Alain Billotte    
mai 2008 2014 André-Marie Dépoutot[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 388 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
213 141 143 145 194 202 201 210 212
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
214 196 190 174 170 153 146 152 124
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
109 113 105 92 85 90 105 95 109
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
106 119 175 271 243 314 364 375 386
2011 - - - - - - - -
388 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maison commune : datant de 1828, elle est construite en grès.
  • Poids public : construit aux XIXe et XXe siècles, il est en fonte et en laiton, et se trouve place de la Fontaine.
  • Ancien puits : en grès et en fonte, il date de 1850 ; vous pouvez l'apercevoir depuis la Grande-Rue.
  • Ferme : de 1870, cette magnifique bâtisse est construite en pierre et en grès des Vosges. Elle est très caractéristique du Pays de Montbéliard.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Surnom : les Gnaux

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 4, Besançon, Cêtre,‎ 1985
  2. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  • Le Patrimoine des Communes du Doubs, éditions Flohic, Tome II.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :