Anjoutey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anjoutey
La Madeleine à Anjoutey
La Madeleine à Anjoutey
Blason de Anjoutey
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Arrondissement Belfort
Canton Rougemont-le-Château
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Sous Vosgien
Maire
Mandat
Gilles Magny
2014-2020
Code postal 90170
Code commune 90003
Démographie
Gentilé Anjoutinois
Population
municipale
666 hab. (2011)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 06″ N 6° 55′ 59″ E / 47.701666666667, 6.9330555555556 ()47° 42′ 06″ Nord 6° 55′ 59″ Est / 47.701666666667, 6.9330555555556 ()  
Altitude Min. 372 m – Max. 505 m
Superficie 7,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte administrative du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Anjoutey

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte topographique du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Anjoutey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Anjoutey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Anjoutey

Anjoutey est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort en région Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Anjoutinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village, qui comptait 656 habitants en 2006, est situé sur la petite rivière torrentueuse appelée La Madeleine qui descend directement du massif des Vosges du Sud.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Étueffont Rougemont-le-Château Romagny-sous-Rougemont Rose des vents
Grosmagny N Saint-Germain-le-Châtelet
Bourg-sous-Châtelet
Saint-Germain-le-Châtelet
O    Anjoutey    E
S
Éloie Roppe Menoncourt
Eguenigue

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Aniutel (1234), Enjutel (1303), Anschatingen et Anschettingen (1394), Enschide (1579).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1234, Thierry, seigneur de Rougemont, fait don d'une propriété sise à Anjoutey au prieuré de Saint-Nicolas situé près de Rougemont. Le village était alors sous la juridiction du lieutenant du Rosemont. Vers 1332 le domaine du Rosemont fut rattaché au Comté de Ferrette qui resta possession des Habsbourg jusqu'à la Guerre de Trente Ans. La ferme de La Charme, un écart d'Anjoutey, existait déjà au XVIe siècle. Le village a fait partie de la paroisse d'Étueffont jusqu'en 1775, date de la construction de l'église actuelle, placée sous le patronage de Saint-Vendelin. Bourg-sous-Châtelet et le petit village de Lamadeleine-Val-des-Anges furent alors rattachés à cette nouvelle paroisse. Longtemps agricole, Anjoutey a vu s'installer au XIXe siècle des petites industries qui profitaient de la force motrice hydraulique de la rivière : un moulin à tan transformait les écorces de chêne récoltée par les habitants en une poudre destinée au tannage des cuirs. Vers 1855 le tissage mécanique et les différents ateliers de tissage à bras occupaient plus de deux-cents personnes. En 1932 un grave incendie mit fin à cette activité. À l'automne 1913 fut inaugurée la ligne de chemin de fer Belfort-Étueffont qui traversait le village. Son exploitation durera 35 ans, jusqu'en juillet 1948. Actuellement Anjoutey est surtout un village résidentiel qui conserve une activité agricole réduite. Deux petites zones artisanales ont été aménagées pendant les deux dernières décennies.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Anjoutey

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

De gueules au mouton d'argent surmonté de deux fleurs de lys d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie d'Anjoutey
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 juin 2001 Martine Chilcott    
juin 2001 septembre 2001 Nathalie Jelsch    
septembre 2001 mars 2014 Jean-Marc Grebaut    
mars 2014 en cours Gilles Magny    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 666 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
532 584 558 689 740 726 647 577 584
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
579 637 569 544 548 583 625 641 639
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
624 641 542 502 454 426 361 344 363
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
365 358 339 423 544 591 656 674 666
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Vendelin
L'intérieur d'église
  • l'horloge du clocher de l'église a été commandée le 24 octobre 1869 à Urbain Adam, horloger de Colmar. La seconde aiguille du cadran sera ajoutée en 1950. L'horloge fut rénovée en novembre 2008.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Site de la mairie

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011