Voujeaucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Voujeaucourt
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Canton Valentigney
Intercommunalité Communauté d'agglomération du pays de Montbéliard
Maire
Mandat
Martine Voidey
2014-2020
Code postal 25420
Code commune 25632
Démographie
Population
municipale
3 415 hab. (2011)
Densité 361 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 34″ N 6° 46′ 30″ E / 47.4761111111, 6.775 ()47° 28′ 34″ Nord 6° 46′ 30″ Est / 47.4761111111, 6.775 ()  
Altitude Min. 305 m – Max. 416 m
Superficie 9,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Voujeaucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Voujeaucourt
Liens
Site web www.voujeaucourt.fr

Voujeaucourt est une commune française située dans le département du Doubs en région Franche-Comté.

En patois : Vouedjacouë.

Les habitants se nomment les Voudjacois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Située près de Bavans, cette commune compte à peu près 3000 habitants. Ses habitants sont appelés les voujeaucourtois ou vodjacois. Elle se situe à 9 kilomètres environ de Montbéliard, 30 km de Belfort et 70 km de Besançon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bart Courcelles-lès-Montbéliard Rose des vents
Bavans N Audincourt
O    Voujeaucourt    E
S
Berche Mathay Valentigney

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Voujeaucourt : V(y)iascort ou Vijascort en 1173 ; Wiiascurt en 1181 ; Wyascort en 1189 ; Vigiacort en1196 ; Voiacourt en 1276 ; Woijacort en 1279 ; Voujacour (1359), Vogeaucourt, Vougeacourt , Vougacourt en 1404 ; Voujaucourt en 1423 ; Vouljacourt en 1494 et 1614 ; Voulgeaucourt en 1616 ; Voujaucour en 1671 ; Voujaucourt en 1765[1].
  • Nostranges: Ostranges (1181), Otrange (1412).

Histoire[modifier | modifier le code]

Voujeaucourt appartenait au comté de Montbéliard qui fut rattaché à la France en 1793.

Le pont douanier sur le Doubs est situé au cœur de la commune, il a été construit en 1467 et a beaucoup souffert de toutes les guerres puisqu'il a été partiellement détruit six fois. Reconstruit en avril 1589 par le comte de Montbéliard Frédéric de Wurtemberg, celui-ci déposait dans ses fondations une plaque de cuivre sur laquelle était gravée une inscription en trois langues (français, allemand et latin) rappelant le désastre des guerres de religion de 1587[2]. Au XVIIe siècle, il était le seul passage pour franchir le Doubs entre la Franche-Comté et le pays de Montbéliard. Les arches sont bien conservées. Sa largeur actuelle correspond presque à celle d'origine. Un mètre de béton a été ajouté sans parler des trottoirs en encorbellement. La légende veut qu'un chevreuil ait été retrouvé éventré à côté de ce pont la nuit de Noël, aux alentours de 1497. Depuis, le chevreuil et les tripes sont considérés comme des portes-bonheur par les voujeaucourtois. Les deux églises : l'église réformée luthérienne a été inaugurée en 1833 et dispose d'une forme ovale simple unique dans le pays de Montbéliard. L'église catholique romaine Saint-Michel a été consacrée en 1867. Dans le chœur domine un Christ en croix de taille humaine. Cette sculpture de bois proviendrait de l'abbaye Notre-Dame de Belchamp détruite par un incendie en 1725. Cette église abrite également Les Pèlerins d'Emmaüs, un tableau de Pierre Jouffroy (1912-2000), enfant du pays. Peint en 1946, le tableau, d'une taille importante (1,30 m x 1,96 m), est un don de l'artiste suite à un vœu.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Voujeaucourt Blason De gueules à la croix d'argent cantonnée de quatorze étoiles de même, huit en chef 2 et 2, six en pointe 2 et 1.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ?  ? Jean Bourdennet UDF  
mars 2008 en cours Martine Voidey[3] PS Conseillère générale
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 415 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
271 393 370 440 525 630 672 678 626
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
608 823 1 068 1 245 1 500 1 707 1 715 1 566 1 666
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 548 1 576 1 566 1 620 1 734 2 122 1 993 1 932 2 106
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 765 2 907 2 959 2 775 3 176 3 195 3 370 3 396 3 415
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Revue des études historiques, Volumes 2 à 3, Société des études historiques, 1835, p.  28.Google livres

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 6, BESANÇON, CÊTRE,‎ 1987
  2. Revue des études historiques, Volumes 2 à 3
  3. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :