Longevelle-sur-Doubs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Longevelle-sur-Doubs
Le temple
Le temple
Blason de Longevelle-sur-Doubs
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Canton Isle-sur-le-Doubs
Intercommunalité Communauté de Communes des Trois Cantons (Doubs)
Maire
Mandat
Pierre-Aimé Girardot
2014-2020
Code postal 25260
Code commune 25345
Démographie
Population
municipale
644 hab. (2011)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 27′ 12″ N 6° 39′ 07″ E / 47.4533, 6.6519 ()47° 27′ 12″ Nord 6° 39′ 07″ Est / 47.4533, 6.6519 ()  
Altitude Min. 295 m – Max. 432 m
Superficie 8,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Longevelle-sur-Doubs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Longevelle-sur-Doubs

Longevelle-sur-Doubs est une commune française située dans le département du Doubs en région Franche-Comté.

En patois : Londgevelle.

Ses habitants sont nommé Lai Recolais (les instruits).

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Longevilla en 1134 ; Longeveule en 1513 ; Longeville-sur-Doubs depuis 1923[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Beutal Montenois Rose des vents
La Prétière N Lougres
O    Longevelle-sur-Doubs    E
S
Blussangeaux Saint-Maurice-Colombier Colombier-Fontaine

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Longevelle est occupé depuis la période préhistorique où des trouvailles archéologiques jalonnent ces établissements. À la suite de travaux routiers effectués en 1972-1973, des découvertes datant du Paléolithique et Épipaléolithique ont été trouvées sur les sites de la Roche aux Gours.

Les découvertes les plus exceptionnelles ont été faites en 1827 lorsqu'un paysan qui labourait en face du moulin découvrit des fragments de maçonnerie et une fouille révéla une superbe mosaïque géométrique à décors blanc, noir et rouge de rosaces sur 4,75 m x 9,11 m. Des fragments furent déposés au musée de Besançon.
Parmi les trouvailles, il faut ajouter une base de colonne d'ordre toscan et une monnaie à l'effigie de Jules César, ce qui confirme l'existence d'une villa gallo-romaine du Ier siècle. De plus, des sépultures burgondes ont été découvertes vers 1880.

À ses origines, Longevelle faisait partie du comté de Montbéliard mais en 1282, le village entre sous la formation de la seigneurerie du Châtelot sous la suzeraineté des sires de Neufchâtel en Bourgogne (aujourd'hui Neuchâtel-Urtière). Cette situation dura jusqu'en 1789 mais avec des seigneurs différents : les Neufchâtel, les Furstemberg et les Ortembourg.

Durant cette période, plusieurs actes mentionnent une famille noble de Longevelle : Humbert de Longevelle. La famille de Longevelle disparut vers le milieu du XIVe siècle. Elle portait les armoiries "de gueules à une bande d'or au premier canton d'un point d'échiquier".

Comme les autres villages du comté de Montbéliard, les habitants de Longevelle eurent beaucoup à souffrir des guerres, des meurtres, de la famine et épidémies dans les XIVe et XVe siècles.

Longevelle eut à subir encore les ravages de la Guerre de Trente Ans, dévasté tour à tour par les troupes lorraines et autrichiennes entre 1633 et 1637. A la guerre se joignirent la peste et la famine. La population, comme ailleurs, fut pratiquement anéantie et les terres sans cultures.

Le prince de Montbéliard-Wurtemberg, en sa qualité de seigneur du Châtelot, perdit tous ses droits seigneuriaux en 1789 au début de la Révolution française. La seigneurie fut supprimée en 1790 par suite des nouvelles divisions du territoire français, départements et cantons. La commune de Longevelle entra alors dans le canton d'Onans (district de Baume-les-Dames) et dans le département du Doubs puis passa dans le canton de L'Isle-sur-le-Doubs par arrêté du 19/10/1801.

La guerre de 1870-71 fut encore fatale au village de Longevelle qui fut réquisitionné pour la bataille entre les soldats français et allemands.

Enfin, la guerre de 1935-1945 fit qu'en novembre 1944, Longevelle se trouva pratiquement deux mois sur le front. Le 14 novembre 1944 à 11h20, les troupes du 5e Régiment de Tirailleurs Marocains et la 2e Division d'Infanterie Coloniale, en compagnie du régiment du Lomont (F.F.I), lancèrent l'attaque contre les soldats allemands qui étaient retranchés au cimetière dans le Bois du Chânois.

Blason[modifier | modifier le code]

Longevelle-sur-Doubs.svg


Description: De gueules à bande d'or et au canton d'azur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Jean-Paul Charrier    
mars 2008   Pierre-Aimé Girardot[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 644 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320 317 329 372 369 370 399 433 442
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
407 446 441 407 395 387 352 372 368
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
362 341 322 291 305 334 323 318 408
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
412 448 493 493 657 604 628 635 644
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 4, Besançon, Cêtre,‎ 1985
  2. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :