Villars-sous-Dampjoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villars.
Villars-sous-Dampjoux
Pont sur le Doubs de la ligne Voujeaucourt – Saint-Hippolyte entre Villars-sous-Danjoux et Noirefontaine.
Pont sur le Doubs de la ligne Voujeaucourt – Saint-Hippolyte entre Villars-sous-Danjoux et Noirefontaine.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Canton Pont-de-Roide
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Pont-de-Roide
Maire
Mandat
Patrick Lechine
2014-2020
Code postal 25190
Code commune 25617
Démographie
Population
municipale
396 hab. (2011)
Densité 129 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 21′ 00″ N 6° 45′ 27″ E / 47.35, 6.757547° 21′ 00″ Nord 6° 45′ 27″ Est / 47.35, 6.7575  
Altitude Min. 348 m – Max. 723 m
Superficie 3,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 14.svg
Villars-sous-Dampjoux

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Villars-sous-Dampjoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villars-sous-Dampjoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villars-sous-Dampjoux

Villars-sous-Dampjoux est une commune française située dans le département du Doubs en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'agglomération proprement dite s'inscrit dans un cadre protégé naturellement au sud par le ruisseau de la Barbèche et son confluent avec le Doubs ; à l'ouest et au nord -ouest par les premiers contreforts de la chaîne du Lomont ; à l'est enfin par la rive gauche du Doubs.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Veler prez Damjour en 1336 ; Viller au XVe siècle ; Villers sous Dampjoux en 1671[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Neuchâtel-Urtière Pont-de-Roide Rose des vents
Feule N Noirefontaine
O    Villars-sous-Dampjoux    E
S
Dampjoux

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1908 1911 Edmond Tiphine    
avril 1911 1912 Zéline Froidevaux    
mai 1912 1919 Zéline Froidevaux    
décembre 1919 1925 Georges Glock    
mai 1925 1929 Georges Glock    
mai 1929 1935 Camille Froidevaux    
mai 1935 1945 Léon Rollin    
avril 1945 1947 Camille Froidevaux    
octobre 1947 1973 Jean Lahouze    
aout 1973 1977 Pierre Maillard-Salin    
mars 1977 2001 Camille Gigon    
mars 2001 2014 Jean-Marie Allemand[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 396 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
97 100 99 90 136 142 119 139 191
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
162 173 160 180 168 181 228 206 214
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
200 222 213 205 220 219 211 204 248
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
259 272 313 393 422 403 411 407 395
2011 - - - - - - - -
396 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Statue de la Vierge dans une rue du village.

L'ancienne tronçon Pont-de-Roide – Saint-Hippolyte de la ligne de Voujeaucourt à Saint-Hippolyte traversait le Doubs entre les communes de Noirefontaine et Villars-sous-Dampjoux sur un pont maçonné à trois arches. La voie, aujourd'hui déposée, a été transformée en chemin piétonnier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Thiébaud Boissard. Né à Villars-sous-Dampjoux, bourgeois de Saint-Hippolyte, notaire, tabellion général de la seigneurie de Châtillon-sous-Maîche, de 1528 à 1535, procureur fiscal du comté de la Roche de 1528 à 1553, juge-châtealin de Belvoir en 1553. Sa femme, Jeanne Babet, sœur du célèbre helléniste Hugues Babet, lui donne deux fils : Richard, juge-châtealin de Belvoir de 1591 à 1599 et Jean-Jacques (1528 - 1563), humaniste, archéologue, auteur de recueils de poésie latines et d'un traité sur les maléfices[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 6, BESANÇON, CÊTRE,‎ 1987
  2. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011