Aydat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aydat
Les villages de Rouillat Bas (à gauche) et de Rouillat Haut (à droite)
Les villages de Rouillat Bas (à gauche) et de Rouillat Haut (à droite)
Blason de Aydat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Saint-Amant-Tallende
Intercommunalité Communauté de communes Les Cheires
Maire
Mandat
Roger Lepetit
2014-2020
Code postal 63970
Code commune 63026
Démographie
Population
municipale
2 204 hab. (2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ 40″ N 2° 58′ 27″ E / 45.6611, 2.974245° 39′ 40″ Nord 2° 58′ 27″ Est / 45.6611, 2.9742  
Altitude Min. 620 m – Max. 1 142 m
Superficie 50,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative de Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Aydat

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique de Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Aydat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aydat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aydat
Liens
Site web aydat.fr

Aydat est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne. Aydat fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le lac d'Aydat.

Située dans l'aire urbaine de Clermont-Ferrand[1], la commune d'Aydat est constituée des villages d'Aydat, de Ponteix, de Rouillat Bas, Rouillat Haut, de la Cassière, la Garandie, Saint-Julien, Veyreras, Verneuge, Fontclairant, Prades, Sauteyras, le Lot, Phialeix, le Mas et de Fohet.

On trouve sur le territoire de la commune plusieurs volcans de la chaîne des Puys :

Le territoire de la commune est traversé par la cheire d'Aydat, coulée de basalte issu des puys de la Vache et de Lassolas. Cette longue coulée (14 km) a créé un barrage naturel qui a provoqué la formation de deux lacs qui se situent sur la commune : le lac d'Aydat (837 m) et le lac de la Cassière (861 m).

La commune est adhérente du Parc naturel régional des volcans d'Auvergne, dont le siège est situé au château de Montlosier sur le territoire communal.

Rouillat Haut[modifier | modifier le code]

Rouillat Haut (45° 40′ 46″ N 3° 00′ 40″ E / 45.67938, 3.011241) est un village rattaché à la commune d'Aydat, connu pour sa « Ronde des fables », réalisée par l'artiste local Michel David. Ses panneaux indicateurs inspirés des Fables de Jean de La Fontaine égaient les rues du village. La statue de François-Jean Jacob, producteur de saint-nectaire originaire de la région, est un autre point d'intérêt.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Aydat
Nébouzat Saint-Genès-Champanelle
Aurières,
Saulzet-le-Froid
Aydat Saint-Saturnin
Le Vernet-Sainte-Marguerite Saint-Nectaire Cournols

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé au nord par la RD 2089, anciennement route nationale 89, axe de Clermont-Ferrand à Bordeaux, où elle croise la RD 213 à hauteur du col de la Ventouse et à l'ouest par la RD 983, menant à la commune de Mont-Dore.

La route départementale 213 dessert les communes du futur ex-canton de Saint-Amant-Tallende : elle traverse le lieu-dit Rouillat Bas où elle croise la RD 145 ; plus haut, la RD 90 permet d'accéder au bourg et au lieu-dit de La Cassière, et enfin la RD 5 relie du nord au sud Verneuge aux communes de l'est et du sud du massif du Sancy (Murol, Besse-et-Saint-Anastaise). Cette dernière route permet aussi de desservir le sud-ouest de l'agglomération clermontoise (de Randanne, lieu-dit de la commune d'Aurières, à Saint-Genès-Champanelle).

En outre, d'autres départementales assurent un maillage limité à un ou plusieurs lieux-dits de la commune : la RD 145 (vers Rouillat Haut), la RD 788 et la RD 793.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom d'Aydat sous l'empire romain était Avitacum, du nom de l'empereur romain Avitus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 2014, le maire sortant, Roger Lepetit, s'est représenté. Il a été réélu au second tour avec 46,45 % des voix, acquérant de fait 15 sièges au conseil municipal dont 5 au conseil communautaire. Il bat les deux autres candidats, Christophe Troquier, avec 35,67 % des voix et Christine Pacaud avec 17,87 %. Le taux de participation est de 73,18 %[2].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal d'Aydat est formé en 2014 de 19 sièges :

  • liste « Aydat ensemble »[3] présidée par Roger Lepetit : majorité (15 sièges, dont 5 au conseil communautaire) ;
  • liste « Nouveau regard sur nos villages »[3] présidée par Christophe Troquier : opposition (3 sièges, dont 1 au conseil communautaire) ;
  • liste « Pour une ambition collective et une commune en mouvement »[3] présidée par Mme Christine Pacaud : opposition (1 siège).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1953 1983 Roland Viel    
1983 1989 Alain Soustrot    
mars 1989 2007 Jean Mercier    
2007 mars 2008 Christian Gardette    
mars 2008 en cours
(au 23 juin 2014)
Roger Lepetit[4]  ? puis UDI Retraité

Maire pendant plus de 40 ans de 1832 à son décès en 1873 à l'âge de 89 ans, Gabriel Lafarge fut à l'époque l'un des maires les plus âgés du département.[réf. nécessaire]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, Aydat comptait 2 204 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Aydat, cela correspond à 2005, 2010, 2015[5], etc. Depuis 2005, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 617 1 588 1 440 1 755 1 649 1 782 1 595 1 627 1 774
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 615 1 600 1 541 1 567 1 545 1 541 1 568 1 503 1 441
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 532 1 511 1 437 1 198 1 173 1 120 1 104 919 888
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
831 810 789 1 107 1 322 1 647 1 927 1 956 2 192
2011 - - - - - - - -
2 204 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le lac d'Aydat : il s'étend sur 65 ha pour une profondeur de 15 mètres. Le lac accueille une base nautique.
  • Le lac de la Cassière : il est connu pour ses variations importantes et inexpliquées de son niveau d'eau. D'une profondeur d'environ 7 mètres, son niveau descend parfois, sur une échelle de plusieurs mois voire années, jusqu'à un assèchement quasi total. Ce fut le cas entre les deux guerres mondiales et plus récemment au début des années 1990. Activités de pêche : truites, sandres, brochets, perches, gardons.

Ces deux lacs se sont formés naturellement après de l'éruption il y a environ 8 000 ans du puy de la Vache et du puy de Lassolas et de la coulée de lave : la cheire d'Aydat, de 14 km qui en a résulté. La coulée a coupé le lit de la Veyre, affluent de la Monne et sous-affluent de l'Allier.

  • Le menhir de Fohet (4,75 m de haut) au lieu dit Pierre Longue. Resté couché pendant des siècles, le monolithe est aussi connu sous le nom de « Pierre couchée » bien qu'il soit depuis le milieu des années 1990, de nouveau dressé.
  • L'église Saint-Sidoine dans le village d'Aydat, classée au titre des monuments historiques depuis 1970[8]. Église romane du XIIe siècle. Côté sud, des tourelles en pierre retiennent les murs de l'église. À l'intérieur, les piliers proches du chœur penchent tels la tour de Pise et les murs s'écartent. Des tirants ont aussi été posés pour retenir les murs.
  • Le château de Montlosier, siège du Parc naturel régional des volcans d'Auvergne.
  • Le château de Montredon (en ruine) au sommet du Mont Redon.
  • La fontaine-calvaire de Ponteix (en face de l'église), réalisée dans la deuxième moité du XIXe siècle, inscrite au titre des monuments historiques depuis 1990[9].
  • Statue de saint Jacques, en bois, datée du XVIIe siècle, classée au titre des monuments historiques depuis 1966, conservée dans l'église de Rouillat Bas[10].
  • Croix de cimetière du XVIe siècle à Fohet, classée au titre des monuments historiques depuis 1910[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Aydat Blason D'azur à la bande ondée d'argent accompagné à dextre d'un sautoir ancré d'or et à sénestre d'une couronne de laurier du même, à la crosse d'or posée en pal et brochant sur le tout.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Zonage en aires urbaines 2010 de Clermont-Ferrand (019) sur le site de l'Insee, consulté le 5 novembre 2013.
  2. Résultats des élections municipales de 2014
  3. a, b et c Listes aux élections municipales de 2014
  4. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 23 juin 2014).
  5. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 6 octobre 2013).
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  8. « Église Saint-Sidoine », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 octobre 2013.
  9. « Fontaine-calvaire de Ponteix », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 octobre 2013.
  10. « Statue : saint Jacques », base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 10 octobre 2013.
  11. « Croix en pierre du 16e siècle du cimetière de Fohet », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 octobre 2013.
  12. La description de la villa que Sidoine Apollinaire possédait à Aydat, ayant vue sur le lac, se trouve dans l'ouvrage d'André Loyen, Sidoine Apollinaire et l'esprit précieux en Gaule. Paris, Les Belles Lettres, 1943.