Saint-Genès-Champanelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Genès.
Saint-Genès-Champanelle
Village de Nadaillat
Village de Nadaillat
Blason de Saint-Genès-Champanelle
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Arrondissement de Clermont-Ferrand
Canton Canton de Beaumont
Intercommunalité Clermont Communauté
Maire
Mandat
Roger Gardes
2014-2020
Code postal 63122
Code commune 63345
Démographie
Gentilé Champanellois, Champanelloises
Population
municipale
3 216 hab. (2011)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 13″ N 3° 01′ 06″ E / 45.72028, 3.018333345° 43′ 13″ Nord 3° 01′ 06″ Est / 45.72028, 3.0183333  
Altitude Min. 660 m – Max. 1 252 m
Superficie 51,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Genès-Champanelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Genès-Champanelle
Liens
Site web www.saint-genes-champanelle.com

Saint-Genès-Champanelle est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Ses habitants sont appelés les Champanellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Village de Beaune-le-Chaud.

Saint-Genès-Champanelle est composé de douze villages (entre parenthèses le gentilé) :

  • Beaune-le-Chaud (Beaunois) ;
  • Berzet (Berzetois) ;
  • Champeaux (Champeaunois) ;
  • Chatrat (Chatradiens) ;
  • Fontfreyde (Fontfreydois) ;
  • Laschamps (Laschampois) ;
  • Manson (Mansonnais) ;
  • Nadaillat (Nadaillatois) ;
  • Pardon (Pardonnais) ;
  • Saint-Genès-Champanelle (Champanellois) ;
  • Thèdes (Thédésiens) ;
  • Theix (Theixois).

Cette commune est adhérente du Parc naturel régional des volcans d'Auvergne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Elle est limitrophe avec 9 communes :

Rose des vents Ceyssat Orcines Royat Rose des vents
Nébouzat N Ceyrat, Romagnat
O    Saint-Genès-Champanelle[1]    E
S
Aydat Chanonat,
Saint-Saturnin

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de Clermont-Ferrand.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les deux principales routes traversant la commune sont les routes départementales 2089 (anciennement RN 89, reliant Clermont-Ferrand à Tulle et Bordeaux et traversant le lieu-dit de Theix) et 942 (anciennement RD 941A à Laschamps, à l'ouest de la commune).

Les autres routes assurent un maillage local des différents lieux-dits de la commune :

  • la RD 5 dessert les lieux-dits de Thèdes et de Chatrat, continuant vers le sud-ouest jusqu'au carrefour avec les routes menant au Mont-Dore (RD 983) ;
  • la RD 52, en provenance de Ceyssat à l'ouest, desservant Laschamps, le bourg, Theix, puis après un tronc commun avec la RD 2089, cette route mène en direction de Chanonat (par le lieu-dit Varennes) ;
  • la RD 90, en provenance de Fontanas (lieu-dit d'Orcines) au nord, desservant Manson, Thèdes, le bourg, Fontfreyde puis après un tronc commun avec la RD 2089, cette route mène en direction de la Cassière (lieu-dit d'Aydat) ;
  • la RD 96, reliant Theix (au carrefour avec la RD 2089) jusqu'à Saint-Saturnin ;
  • la RD 133, reliant le centre-bourg à Ceyrat en desservant Berzet ;
  • la RD 145, reliant Nadaillat à Rouillas-Haut et Rouillas-Bas (lieux-dits d'Aydat) ;
  • la RD 767, reliant le lieu-dit Laschamps au quartier de Boisséjour à Ceyrat en passant par Manson et en longeant le circuit de Charade par le nord ; cette route possède deux antennes :
    • la RD 767A reliant la RD 942 au lieu-dit Laschamps,
    • la RD 767B déviant Manson par l'est pour accéder plus rapidement de Charade à Thèdes ;
  • la RD 778 reliant Beaune-le-Chaud à Fontfreyde.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le départ et l'arrivée des éliminatoires français de la coupe automobile Gordon Bennett ont lieu à Laschamps en juin 1905 (circuit d'Auvergne à parcourir 4 fois par les concurrents)[2].

Au cours des dernières décennies, la vocation résidentielle de la commune s’est affirmée, justifiée par la proximité de l’agglomération clermontoise et la qualité de son environnement. C’est ainsi que les centres anciens des villages se sont entourés d’une couronne de constructions nouvelles.

Cette commune de troisième couronne fait partie depuis 2004 de la communauté de communes Clermont Communauté. Elle fait preuve d'un dynamisme associatif, culturel et sportif en phase avec le paysage, les installations sportives disponibles et l'activité de ses habitants.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1954 1977 Raymond Toury    
1977 1989 Paul Gauthier PS  
1989 réélu 2014 Roger Gardes[3] PS Président du Parc des volcans d'Auvergne

Jumelages[modifier | modifier le code]

Saint-Genès-Champanelle est jumelée avec la ville allemande de Kallmünz, petite cité de Bavière près de Ratisbonne, depuis le 23 juin 1984 et avec Monterosso al Mare commune de la province de La Spezia dans la région Ligurie en Italie.

Le comité de jumelage organise tout au long de l'année des manifestations en collaboration avec ses villes jumelles (rencontres citoyennes, marché de Noël, repas à thème, concerts, tables rondes…).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 216 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 950 1 702 2 169 2 217 2 126 2 040 2 019 2 119 2 119
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 001 2 029 1 878 1 902 1 888 1 909 1 909 1 902 1 760
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 771 1 678 1 629 1 420 1 549 1 373 1 302 1 154 1 173
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 213 1 406 1 592 2 008 2 465 2 688 3 003 3 044 3 216
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sur le territoire du village de Laschamps, entre la D 942 et la D 767A, se trouve une stèle en hommage à Étienne Michelin, sur le lieu de son crash[6].

Divers[modifier | modifier le code]

  • Centre de recherche agricole de l'INRA à Theix.
  • Circuit de Charade
  • Excursion de Laschamp : ce village, situé en limite d'une coulée de lave, possède au moins deux sites où l'inversion du magnétisme terrestre se manifeste, l'un à proximité du village et l'autre à Roche Merle. L'excursion de Laschamp, datée de 41 000 ans, sert de référence internationale dans l'échelle des inversions du magnétisme terrestre.

La richesse de la vie associative et la création récente d’équipements collectifs de qualité permettent de satisfaire une grande partie des besoins de la population en matière culturelle et sportive.

Par ailleurs, la beauté et la variété des paysages attirent de plus en plus d’amoureux de la nature.

Ainsi se développe une économie nouvelle basée sur l’accueil touristique et les loisirs sportifs : randonnées pédestres et équestres, VTT, parapente etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Saint-Genès-Champanelle sur Lion 1906
  2. Le Figaro, 15 juin 1905
  3. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 9 juin 2014).
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. http://www.aerosteles.net/fiche.php?code=champanelle-michelin

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]