Compains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Compains
La mairie de Compains.
La mairie de Compains.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Canton Besse-et-Saint-Anastaise
Intercommunalité Communauté de communes du Massif du Sancy
Maire
Mandat
Henri Valette
2014-2020
Code postal 63610
Code commune 63117
Démographie
Population
municipale
148 hab. (2011)
Densité 3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 26′ 32″ N 2° 55′ 43″ E / 45.4422222222, 2.9286111111145° 26′ 32″ Nord 2° 55′ 43″ Est / 45.4422222222, 2.92861111111  
Altitude Min. 840 m – Max. 1 358 m
Superficie 50,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative de Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Compains

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique de Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Compains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Compains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Compains

Compains est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Compains est située sur les hauts plateaux volcaniques du Cézallier, au sud-ouest du département du Puy-de-Dôme.

Le village est au carrefour des routes départementales D 26 (entre Issoire et le col de la Chaumoune en direction du Cantal), D 36 (entre Ardes-sur-Couze et Besse-en-Chandesse puis Mont-Dore).

Les cabanes de la foire de Brion.

La commune comprend plusieurs hameaux ou écarts : Belleguette, Brion (où se tient chaque été une foire aux bestiaux réputée), Chandelière, Chaumiane, Chavade, Escouailloux, La Gardette, Marsol, La Roche, La Ronzière, etc.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Compains est limitrophe avec sept communes du Puy-de-Dôme.

Communes limitrophes de Compains
Besse-et-Saint-Anastaise Valbeleix
Égliseneuve-d'Entraigues Compains Roche-Charles-la-Mayrand
Espinchal La Godivelle Saint-Alyre-ès-Montagne

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Brion[modifier | modifier le code]

La forteresse de Brion (Bréon) fut érigée vers la fin du premier millénaire à La Motte de Brion, dite au Moyen Âge la butte du Brion[1]. Les chevaliers de Bréon des XIe et XIVe siècles constituèrent un puissant lignage dont des fiefs importants, plusieurs châteaux et seigneuries, s'étendaient au cœur des montagnes du Cézalier entre Couze de Valbeleix et Alagon[Quoi ?]. C'est vers le haut de la pyramide féodale qu'il faut situer les Bréon qui, chevaliers « mutichâtelains », détenaient simultanément plusieurs seigneuries et châteaux. Vassaux des plus grands seigneurs auvergnats, on les retrouve témoins ou garants lors de signature d'accords importants, croisés à l'appel du Pape ou du roi, procéduriers ou hôtes fastueux parfois, voyous à l'occasion.

Durant quatre siècles, les Bréon étendent leur influence sur une partie importante du Cézallier. Détenteurs de plusieurs fiefs et châteaux des montagnes, les Bréon ne font cependant pas partie des rares très anciennes familles d'Auvergne connues avant l'an Mil, ni des plus puissantes familles nobles qui tinrent véritablement l'Auvergne du XIe siècle. S'ils ne s'allient pas avec les plus grands lignages, ceux des Dauphins, les Montboissier, des Mercœur ou des La Tour, leurs alliances sont malgré tout prestigieuses, orientées vers de vieilles familles nobles des montagnes du Haut-Pays voisines de leurs possession du Cézallier, les Chateauneuf, les Brezons, les Rochefort, les Dienne ou les Vissac, sécurisant ainsi leurs possessions dans la région.

À cette époque, les sources d'information sont rares, apparaît au XIe siècle le chevalier Pierre de Bréon, époux en 1066 d'Artaude de Chateauneuf, fille de Guillaume de Chateauneuf-Randon, puissant seigneur de plus de quatre-vingts paroisses ou châteaux, sis en Vivarais, en Gévaudan et en Auvergne. Signe extérieur du pouvoir exercé par le seigneur de Brion sur la région, le château de Brion, aujourd'hui détruit, est cité au début du XIIIe siècle, dans un hommage rendu en 1222 par Maurin de Brion à son suzerain le comte de Clermont, Dauphin d'Auvergne. Maurin reconnait alors tenir en fief le château de Brion avec toutes ses appartenances et dépendances incluant tout ou partie de la paroisse de Compains.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune a intégré le 1er janvier 2012 la communauté de communes du Massif du Sancy[2].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 mars 2014 Catherine Larnaudie    
mars 2014 en cours Henri Valette[3]   Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 148 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
856 1 191 832 826 858 887 849 869 910
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
908 910 956 944 962 914 959 916 902
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
888 902 742 674 599 625 560 526 459
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
383 337 261 237 207 162 156 154 148
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pendant le XIXe siècle, la population se stabilisait autour de 900 habitants. Dès le début du XXe siècle, Compains a perdu énormément d’habitants, passant de 902 en 1906 à 162 en 1999. Une cause à cette importante diminution de la population est son taux de mortalité élevé (20,4 ‰ sur la période 1968-1975). Sur la période 1999-2010, celui-ci passe à 17,6 ‰. Le taux annuel moyen de variation est négatif depuis 1968 (– 3,6 % en 1968-1975, – 0,2 % en 1999-2010 compensé toutefois par un solde migratoire positif)[6].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges de Compains en 2010 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
90 ans et plus
1,3 
10,4 
75 à 89 ans
16,9 
15,6 
60 à 74 ans
14,3 
24,7 
45 à 59 ans
15,6 
24,7 
30 à 44 ans
23,4 
7,8 
15 à 29 ans
13 
16,9 
0 à 14 ans
15,6 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Compains et la musique[modifier | modifier le code]

Citée par Jean-Louis Murat dans son album Dolorès : « … Alors de la Godivelle à Compains, on me jure que c'est sortilège … » (Perce-neige)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Compains » La seigneurie de Brion », sur compains-cezallier.com,‎ 30 novembre 2012 (consulté le 30 novembre 2012)
  2. « Infos pratiques », Communauté de communes du Massif du Sancy (consulté le 1er septembre 2013).
  3. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 4 juillet 2014).
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  6. a et b Évolution et structure de la population de Compains, INSEE, chiffres du recensement 2010
  7. « Église Saint-Georges », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 9 juillet 2014.
  8. Robert Aron, Grands dossiers de l'histoire contemporaine, Paris, CAL (Club des amis du livre),‎ 1964 (1re éd. : Grands dossiers de l'histoire contemporaine ; Nouveaux grands dossiers de l'histoire contemporaine, Paris, Librairie Académique Perrin, 1962-1964), 494 p., « L'évasion de De Lattre de Tassigny », p. 282.