Orcet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Orcet
Bourg d'Orcet.
Bourg d'Orcet.
Blason de Orcet
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Les Martres-de-Veyre
Intercommunalité Gergovie Val d'Allier Communauté
Maire
Mandat
Dominique Guélon
2014-2020
Code postal 63670
Code commune 63262
Démographie
Gentilé Orcetois, Orcetoises[1]
Population
municipale
2 673 hab. (2012)
Densité 446 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 16″ N 3° 10′ 11″ E / 45.7044, 3.169745° 42′ 16″ Nord 3° 10′ 11″ Est / 45.7044, 3.1697  
Altitude Min. 349 m – Max. 477 m
Superficie 6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Orcet

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Orcet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orcet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orcet
Liens
Site web http://www.orcet.com/

Orcet est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne. Orcet fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Ses habitants sont appelés les Orcetois, Orcetoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Orcet est située à une dizaine de kilomètres au sud-est de Clermont-Ferrand.

Rose des vents Clermont-Ferrand
Pérignat-lès-Sarliève
Cournon-d'Auvergne
Le Cendre
Rose des vents
La Roche-Blanche N Mirefleurs
La Roche-Noire
O    Orcet[2]    E
S
Le Crest Veyre-Monton Corent
Les Martres-de-Veyre

Géologie[modifier | modifier le code]

La ville est classée dans la zone de sismicité modérée comme la majorité des communes du département classées dans cette zone[3],[4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Située à proximité de l'autoroute A 75 (échangeur 5) ainsi que des routes départementales :

Orcet ne dispose pas de gare à l'intérieur de ses limites communales ; la gare est située sur la commune limitrophe du Cendre mais cette dernière est bien appelée « gare du Cendre-Orcet ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Il semble que les premiers habitants d'Orcet, les Orcétois, s'y soient installés à l'âge du bronze. Lors de la Guerre des Gaules et du siège de Gergovie Jules César avait installé son campement à la bordure du village. Quatre bornes délimitent encore son emplacement.

Le village initial date des mérovingiens, il aurait été offert par Clovis à sa fille. Il fut fortifié par Guillaume VII dit Le Jeune, comte d'Auvergne, à partir de 1145. Il est la propriété des seigneurs d'Orcet du XIIIe au début du XVIIe siècle lorsqu'il fut racheté par la famille Aragonnès.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

De 1793 à 1835, Orcet a fait partie du canton des Martres-de-Veyre. En 1835, Orcet se scinde avec Le Cendre mais le canton devient celui de Veyre-Monton. À la suite d'un décret de 2014 modifiant les cantons du département, après les élections départementales de mars 2015, la commune retrouvera le canton des Martres-de-Veyre[5].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 juin 1995 Bernard Guinot SE Retraité
juin 1995 en cours
(au 23 juin 2014)
Dominique Guélon[6] SE Médecin
4e vice-président de Gergovie Val d'Allier Communauté chargé de l'urbanisme opérationnel[7]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 2 673 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 202 1 459 1 474 1 480 1 450 965 962 964 967
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
961 953 925 928 936 937 914 939 908
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
800 733 651 518 603 567 557 566 564
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
654 790 1 349 2 210 2 522 2 681 2 714 2 725 2 673
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Georges Couthon député d'Auvergne pendant la Révolution.
  • Ernest Chanonat, peintre orcetois ( voir son nom par Wikipedia), né en 1907, décédé en 1995.

Il a été l'invité de l'émission (enregistrée) « Les Chemins d'une Vie » présentée par Christian Lassalas sur FR3 Auvergne Radio (5 émissions de 30 minutes du 22 au 26 mars 1982). Voir aussi « Les Cahiers d'Orcet » dont le N°10 est consacré à Ernest Chanonat avec notamment la retranscription des propos tenus dans les 5 émissions radio.

Économie[modifier | modifier le code]

Orcet est historiquement un village vigneron bien qu'il ne reste plus que deux vignerons sur son territoire. Aujourd'hui, la majorité des Orcétois travaillent dans la ville voisine de Clermont-Ferrand. Orcet fait partie de la communauté de communes Gergovie Val d'Allier.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les quatre bornes délimitant le camp fortifié de Jules César lors du siège de Gergovie.
  • Son église des XIIe et XIIIe siècles possède deux clochers. L'ancien est de style roman. Le deuxième est étrange pour un village auvergnat car il est d'origine bourguignonne et est fait de tuiles vernissées représentant des épis de blés et des grappes de raisins.
  • La maison natale de Georges Couthon.
  • Le bourg qui a conservé son organisation médiévale en cercle, due aux anciens remparts dont il subsiste quelques restes.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nom des habitants d'Orcet sur le site Habitants.fr
  2. Orcet sur le site Lion 1906.
  3. Décret no 2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français
  4. « Article D563-8-1 du code de l’environnement », sur Légifrance (consulté le 27 août 2013). La commune d’Orcet n’est pas mentionnée dans les exceptions.
  5. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme
  6. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 23 juin 2014).
  7. « Les instances communautaires », sur le site de la communauté de communes (consulté le 21 février 2015).
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.