Charbonnières-les-Vieilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charbonnières-les-Vieilles
Le Gour de Tazenat
Le Gour de Tazenat
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Arrondissement de Riom
Canton Canton de Manzat
Intercommunalité Manzat communauté
Maire
Mandat
Jacques-Bernard Magner
2014-2020
Code postal 63410
Code commune 63093
Démographie
Population
municipale
995 hab. (2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 59′ 44″ N 2° 59′ 57″ E / 45.9956, 2.9992 ()45° 59′ 44″ Nord 2° 59′ 57″ Est / 45.9956, 2.9992 ()  
Altitude Min. 472 m – Max. 755 m
Superficie 32,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Charbonnières-les-Vieilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Charbonnières-les-Vieilles

Charbonnières-les-Vieilles est une commune française, située dans le canton de Manzat, dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Ce village tire son nom de la production de charbon, comme l'atteste encore la présence à l'entrée de la ville d'un chaudron qui servait à le fabriquer.

Tout récemment, un habitant de la commune a découvert un souterrain-refuge d'époque médiévale au lieu-dit Chauviat. Des fouilles ont eu lieu sous l'égide de la direction régionale des Affaires culturelles d'Auvergne (resp. F. Surmely). La cavité, creusée dans les tufs friables, faisait une quarantaine de mètres de long et comportait 3 accès. De nombreux objets (céramique, étrier, ossements d'animaux, bulle papale) ont été découverts, permettant de dater la structure de la période fin XIIIè-début XIVè siècles. La publication des recherches est en cours.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située au nord de la Chaîne des Puys, Charbonnières-les-Vieilles porte une trace impressionnante de l'activité volcanique passée de la région : le Gour de Tazenat, lac presque parfaitement circulaire et qui n'est autre qu'un maar.

Le territoire de la commune, composé de 42 villages, s'étend sur une superficie totales de 3262 hectares.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 mars 2014 Jacques Jarlier    
mars 2014 en cours Jacques-Bernard Magner[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 995 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 694 1 796 1 831 2 028 2 159 2 151 2 284 2 344 2 393
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 332 2 396 2 345 2 212 2 262 2 320 2 216 2 184 2 071
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 039 2 050 2 040 1 726 1 537 1 382 1 273 1 042 970
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
876 838 730 866 880 864 903 899 988
2011 - - - - - - - -
995 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Répartition par village[4].[modifier | modifier le code]

Village Population en 2005
Le Bourg 120
Les Sagnettes 121
Les Baisles 11
Le Soupt 21
La Brousse 58
Chanteloup 33
Les Mazeaux 43
Les Falvards 38
Les Chartres 29
Laisle 36
Tazenat 17
Pery 37
Puy Gilbert 10
Les Forges 30
Chauviat 17
Joinsattes 25
Laligier 17
Chalusset 26
Sagne Vieille 6
Bogros 16
Rochegude 10
Les Suchets 30
Les Sattes 8
Les Etremailles 14
Bort 13
Les Petits Mazeaux 13
Les Gannes 9
Les Reures 6
La Tour Serviat 3
Le Moulin des Desniers 4
Les Peytoux 2
Pont de Pery 5
La Rivière 1
Les Berthes 7
Les Eydieux 0
Les Desniers 4
Les Palles 7
Moulin des Palles 4
Le Puy Saint Bonnet 0
Les Incas 2
La Prade 2
La Potence 11
Les Prés de Morge 0
Le Moulin de Montpied 2

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un souterrain médiéval a été découvert en 2010 dans le hameau de Chauviat. Il s'agit d'un souterrain-refuge, creusé dans le tuf et doté d'entrées multiples et de goulots d'étranglement. Il était associé à un habitat de surface. La cavité est remarquablement conservée. Les vestiges découverts par une équipe d'archéologues de la DRAC Auvergne permettent de le dater de la période fin XIIIe - début XIVe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Arletty, actrice française (Courbevoie °15 mai 1898, † Paris 23 juillet 1992). Dans son enfance, elle fit souvent des séjours chez sa grand-mère Dautreix[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 13 juillet 2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. Charbonnières-les-Vielles, plan local d'urbanisme, rapport de présentation, décembre 2005
  5. Michel Souvais, Arletty, confidences à son secrétaire, 2007, p. 26. (ISBN 9782748332247) En ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :