Édicule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme édicule paraît récent (attesté vers 1900) et recouvre plusieurs petites constructions isolées dans l'espace public ou des espaces ouverts, d'emploi et de statut variés.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Égypte ancienne[modifier | modifier le code]

Anubis, dieu de la mythologie égyptienne, est souvent représenté veillant sur un tombeau symbolisé par un édicule.

Antiquité romaine[modifier | modifier le code]

Édicule dans une maison à Herculanum.

Dans l'architecture de la Rome antique, un édicule (æedicula) est une petite construction autonome ou figurée sur un bâtiment (il s'agit d'un tabernacle[1] ou d'un dais composé d'un fronton porté par des colonnes), qui permet d'y loger une statue, notamment la divinité protégeant le lieu (temple, maison), ou une tombe sacrée (la tombe du Christ est protégée par un édicule au sein de l’église du Saint-Sépulcre à Jérusalem).

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les frises romanes sont parfois ornées d'édicules ; des cathédrales, des forteresses, des constructions en miniature sont encore placées dans la main des personnages sculptés qui décorent les portails et les galeries supérieures des églises médiévales.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

  • Au XVIIIe siècle, en urbanisme et art des jardins, édicule désigne des constructions d'agrément dans les parcs et squares, sans doute plus fermées que les pavillons et kiosques et plutôt d'inspiration antique.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Édicule moderne de la station de métro De La Savane, à Montréal.
L'un des fameux fosteritos, édicules du métro de Bilbao créés par Sir Norman Foster.
  • Dans les grandes villes, les édicules protègent des intempéries les escaliers comme ceux des bouches du métro.
    • Édicules Guimard : célèbres édicules Art nouveau d'Hector Guimard, qui ornent de nombreuses stations du métro de Paris. Certaines n'ont qu'un entourage comportant les balustrades, les sigles et lampes du métro, etc. Trois d'entre elles ont un toit vitré : Porte Dauphine, Abbesses et Châtelet (sortie Sainte-Opportune). Ces dernières sont communément appelées "libellules" par les Parisiens.
    • les stations de métro des grandes villes, surtout au centre-ville, ne possèdent pas toujours d'édicules, à cause de contraintes d'espace et de l'aménagement de bouches de métro en plein trottoir. Une exception est le métro de Montréal : compte tenu des intempéries de l'hiver montréalais, la ville de Montréal a pris la décision d'aménager presque toutes les bouches de métro dans des édicules au bord des trottoirs, ou dans les façades d'édifices.

Édicules particuliers[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. à prendre dans le sens du latin tabernaculum signifiant « tente, hutte »

Liens externes[modifier | modifier le code]