Guillaume Nicloux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Guillaume Nicloux

Naissance (47 ans)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Réalisateur, écrivain
Films notables Cette femme-là
La Clef

Guillaume Nicloux est un écrivain, réalisateur de cinéma et acteur français, né le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Guillaume Nicloux a étudié la mise en scène[réf. nécessaire]. Il devient réalisateur pour la télévision et le cinéma. Son premier roman est une aventure du Poulpe : Le Saint des seins (1996). Il publie la même année Zoocity. Sa bibliographie compte en tout neuf romans. Il est également l'auteur de plusieurs films : Le Poulpe ; Une affaire privée (2002) ; Cette femme-là (2003) ; Le Concile de Pierre (2006), d'après le roman de Jean-Christophe Grangé ; La Clef (2007). Ses films sont caractérisés par des ambiances et atmosphères noires, sur fond d'enquêtes policières. Il a d'ailleurs fait appel à Eric Demarsan à trois reprises pour mettre ses films en musique en référence au travail du compositeur pour Jean-Pierre Melville.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Romans
  • Zoocity. Paris : Baleine, 1996, 302 p. (Instantanés de polar ; no 22). Rééd. Gallimard, 2003, 319 p. (Folio policier ; no 284).
  • Le Saint des seins (série Le Poulpe no 2). Paris : Baleine, 1996, 152 p. (Baleine ; no 21. Le Poulpe). Rééd. EJL, 1999, 94 p. (Librio noir ; no 304. Le Poulpe). In coffret Le Poulpe, une sélection de 5 enquêtes du Poulpe.
  • C’est juste une balade américaine. Castelnau-le-Lez : Climats, 1997, 201 p. (Sombres climats ; no 4).
  • Le Destin est une putain. Paris : Flammarion, 1998, 198 p.
  • Jack Mongoly. Paris : Flammarion, 1998, 255 p.
  • Monsieur Chance. Castelnau-le-Lez : Climats, 1998, 234 p. (Sombres climats ; no 6).
  • Le Poulpe, le film : pour l’attendrir, faut taper dessus (novélisation du film. Coauteurs : Jean-Bernard Pouy et Patrick Raynal). Paris : Baleine, 1998, 140 p. (Baleine ; no 145. Le Poulpe).
  • L'Honneur perdu de Georges Blesse. Paris : Baleine, 2000, 95 p. (Série grise ; no 4).
  • Des brutes et des méchants, préface d'Alain Corneau. Paris : J.-J. Pauvert, 2001, 187 p. (Un cinéaste/un roman).
Bande dessinée
  • Le Saint des seins, scénario et dessins d'Alain Garrigue. Montpellier : 6 pieds sous terre, 2000, [46] p. (Céphalopode ; no 2).
Nouvelle
  • « Famille Killer : la fille », in Libération no 5, 12-13 août 2000, Cahier d’été : "Un été 2000", p. VIII, ill. n/b de Loïc Faujour. « Cette semaine, la famille Serial Killer (Fin) ». Reprise in Les 7 familles du polar, anthologie dirigée par Jean-Bernard Pouy. Paris : Baleine, 2000, p. 110-113.

Filmo-téléfilmographie[modifier | modifier le code]

Scénariste et réalisateur[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

  • La Piste aux étoiles, inédit
  • 2000 : Lucie (France, 2000). Durée : 4 min. Couleur. Réalisation : Guillaume Nicloux. Scénario : Sébastien Roch. Sociétés de production : CRIPS, Téléma. Producteur : Charles Gassot. Directeurs de la photographie : Pascal Genneseaux, Jérôme Carles et Sophie Péjus. Son : Antoine Deflandre et Frédéric Mascaras. Mixage : Gilles Rouilleaux et Bruno Seznec. Musique : Aphex Twin. Décors : Olivier Radot, Dominique Castan et Alain Tchilinguirian. Maquillage : Bilitis Poirier. Assistant-réalisateur : Thierry Mauvoisin. Montage : Michel Leray. Régie : Jean-Christophe Vergottini, Olivier Joudiau, Cyrille Panchot. Casting : Brigitte Moidon et Marie Haieche. Photographe de plateau : Jean-Claude Lother. Interprètes : Sylvie Testud (Lucie), Mireille Darc (la voix de la mère de Lucie), Anne Charrier, Stéphane Cottin, Samir Guesmi, Olivier Mazan, Julie Messéan, Juliette Meyniac, Thibault Rossigneux, Nicolas Simon et Yves Verhoeven.

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

L'univers partagé des films de Guillaume Nicloux[modifier | modifier le code]

Guillaume Nicloux fait régulièrement réapparaître, dans un second rôle, les protagonistes de ses films précédents. Ainsi, François Manéri, le détective privé d'Une affaire privée, fait-il une apparition aux côtés de la femme-flic Michèle Varin dans Cette femme-là. Les deux personnages réapparaîtront dans La Clef. Ce procédé, hérité du roman, est renforcé par la présence constante de Thierry Lhermitte et Josiane Balasko dans ces deux rôles.

Acteur[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]