Jérôme Savary

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Savary.

Jérôme Savary

Naissance
Buenos Aires (Argentine)
Nationalité Drapeau d'Argentine Argentin
Drapeau de France Français
Décès (à 70 ans)
Levallois-Perret (France)
Profession Acteur
Metteur en scène

Jérôme Savary, né le 27 juin 1942 à Buenos Aires et mort 4 mars 2013 à Levallois-Perret[1], est un acteur, metteur en scène, directeur de théâtre et de théâtre musical français.

Ses goûts personnels, son inclination pour la musique, son humour et son réel sens de la fête suscitèrent chez lui des productions originales, proches dès le départ de l'esprit soixante-huitard, qui évoluèrent ensuite vers le divertissement ou la féerie. Dans ses différentes manières, qui ne refusaient ni la farce ni le théâtre de boulevard, ni bien sûr le cirque, avec ses performances et ses parades musicales, il sut renouveler et démocratiser la mise en scène française, pour ce type de spectacle.

Avec ses éternels cigares, Jérôme Savary était avant tout un pétillant metteur en scène et chef de bande, capable des trouvailles les plus brillantes comme les plus provocatrices, à l'égal peut-être d'un Dario Fo, en Italie.

Il aborda le théâtre classique (celui de Molière, ou de Shakespeare, toujours avec musique), mais aussi fréquemment des genres plus proprement musicaux, assez divers : la comédie musicale et l'opérette, l'opéra-bouffe et l'opéra-comique, ou parfois même l'opéra.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, français, était écrivain, et sa mère, américaine de la haute société, la fille de Frank Higgins, gouverneur de l'État de New York (1905-1907). Élève au Collège Cévenol du Chambon-sur-Lignon, Jérôme Savary se rend très jeune à Paris, apprend la musique avec la famille de Maurice Martenot et fait des études aux Arts Déco.

À 19 ans, il part pour New York. Vivant avec la photographe attitrée des jazzmen, il fréquente ainsi les pianistes Count Basie et Thelonious Monk, mais aussi des auteurs comme Lenny Bruce, Jack Kerouac, Allen Ginsberg… En 1962, il retourne en Argentine et y accomplit son service militaire dans un régiment d'artillerie hippomobile pendant sept mois, puis travaille à Buenos Aires comme illustrateur de dictionnaire et dessinateur de bandes dessinées dans la même revue que Copi.

Le Grand Magic Circus[modifier | modifier le code]

De retour à Paris en 1965, il rencontre Jacques Coutureau, déjà directeur d'une troupe, et crée la « Compagnie Jérôme Savary », devenue « le Grand Panic Circus » (avec Alejandro Jodorowsky, Fernando Arrabal, Roland Topor autour de lui). « Le Grand Magic Circus lui succède en 1966 avec Jacques Coutureau et Michel Lebois[2]. » (qui se nommera finalement « Le Grand Magic Circus et ses animaux tristes »). Il faut distinguer deux périodes du Grand Magic Circus, la première jusqu'en 1977, au départ de Jacques Coutureau, la seconde jusqu'au décès de son mentor. Dans la troupe, on peut citer Mona Heftre, Antonin Maurel ou Michel Dussarat. Aux frontières du théâtre, du cirque et du music-hall, Jérôme Savary et sa troupe ont su inventer des fêtes inoubliables.

Sa version de Cabaret (1986) est récompensée en France (1re cérémonie de la Nuit des Molières en 1987) et en Espagne (en 1993). À son actif également, des œuvres aussi diverses que La Périchole de Jacques Offenbach, Rigoletto de Giuseppe Verdi, Le Barbier de Séville de Gioacchino Rossini, La Légende de Jimmy, Marylin Montreuil, Zazou, Y a d'la joie[3], Mistinguett, Irma la douce

En mai 68, il participe au journal Action.

Directeur de théâtres[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Case no 392

Il avait quatre enfants. Avec Sabine Monirys : Robinson (photographe et cinéaste). Avec Mona Heftre : Manon (metteur en scène) et Nina (comédienne et chanteuse). Avec Gretel, une comédienne cubaine : Beatriz-Carmen[5].

Il se définissait comme un grand « mélancomique ».

Il meurt le 4 mars 2013 des suites d'un cancer[6],[7]. Ses cendres sont déposées au columbarium du Père-Lachaise (case 392).

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Avec le Grand Magic Circus[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Album du Grand Magic Circus, Belfond, 1974, autobiographique
    En collaboration avec André Bercoff (textes) et Jacques Prayer (photographies).
  • La Vie privée d'un magicien ordinaire, Ramsay, 1985, autobiographie
  • Ma vie commence à 20 h 30, Stock/Laurence Pernoud, 1991, autobiographie
  • Habana Blues, Grasset, 2000, roman
  • Dictionnaire amoureux du spectacle, Plon, 2004, dictionnaire et anecdotes
    Dessins d'Alain Bouldouyre.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Autorité[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Décès du metteur en scène Jérôme Savary », sur liberation.fr,‎ 5 mars 2013 (consulté le 5 mars 2013)
  2. Parmi de nombreuses pièces, on peut citer Zartan, frère mal-aimé de Tarzan, Robinson Crusoé, "De Moïse à Mao", Cendrillon et la lutte des classes.
  3. Spectacle hommage à Charles Trenet.
  4. Il est remplacé par Jérôme Deschamps le 27 juin 2007.
  5. Interview, dans le Parisien
  6. Le metteur en scène Jérôme Savary est mort sur L'Express, le 5 mars 2013.
  7. Le metteur en scène et comédien Jérôme Savary est mort sur Le Monde, consulté le 5 mars 2013.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]