Yaucourt-Bussus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yaucourt-Bussus
Yaucourt-Bussus
L'église Saint-Michel.
Blason de Yaucourt-Bussus
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Rue
Intercommunalité Communauté de communes du Ponthieu-Marquenterre
Maire
Mandat
Daniel Marcassin
2014-2020
Code postal 80135
Code commune 80830
Démographie
Population
municipale
242 hab. (2015 en augmentation de 16,91 % par rapport à 2010)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 06′ 16″ nord, 1° 58′ 39″ est
Altitude Min. 35 m
Max. 112 m
Superficie 7,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Yaucourt-Bussus

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Yaucourt-Bussus

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Yaucourt-Bussus

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Yaucourt-Bussus

Yaucourt-Bussus est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village picard rural du Ponthieu, situé à 10 km à l'est d'Abbeville, dans la vallée du Scardon, rivière se jetant dans la Somme, et aisément accessible par l'ancienne route nationale 1 (actuelle RD 1001) et l'autoroute A16.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le 2 septembre 1944, un résistant de la commune est touché à mort par les derniers occupants allemands, le jour de la libération du village. Une plaque rappelle le drame, non loin du carrefour[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Daniel Marcassin NC Réélu pour le mandat 2014-2020[2],[3]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2015, la commune comptait 242 habitants[Note 1], en augmentation de 16,91 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
370 235 463 478 477 438 424 416 417
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
401 397 380 364 346 300 278 252 248
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
239 222 179 152 141 148 131 153 123
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
135 124 129 121 146 175 208 207 242
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Michel, du XIXe siècle[8],[9].
  • Château et parc[10] de Yaucourt. L'édifice date de 1633. Il a été remanié entièrement au XVIIIe siècle. Il a été la propriété du marquis de Rambures et d'Augustin Debray, maire d'Amiens sous Napoléon Bonaparte. C'est le dernier témoin de la seigneurie de Yaucourt[11].
  • Le moulin Vaillant-Tellier, du nom de son propriétaire sous la Révolution et de sa donatrice, Monique Tellier.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr YaucourtBussus (Somme).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d'or aux trois aigles de sable, becquées et membrées de gueules.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Augustin Laurent Debray.
  • Michel Legry (1er juin 1909-2 septembre 1944), résistant, abattu par les Allemands le jour de la libération du village.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Dulphy, Le Courrier picard, édition d'Abbeville, p.9, 30 août 2014.
  2. [xls] « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 24 mai 2009)
  3. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. Clochers.org
  9. 40000clochers.com
  10. « Jardin d'agrément du château de Yaucourt à Yaucourt-Bussus (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 24 mai 2009)
  11. Matthieu Hérault, le Courrier picard, éditiion Picardie maritime, « Yaucourt-Bussus, le cha^teau entre dans la trance », 5 mai 2018, p. 8.