Communauté de communes Ponthieu-Marquenterre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Communauté de communes Ponthieu-Marquenterre
Blason de Communauté de communes Ponthieu-Marquenterre
Communauté de communes Ponthieu-Marquenterre
Le siège de la communauté à Rue.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Siège Rue, 33 route du Crotoy
Communes 71
Président M. Claude Hertault (UDI)
Date de création
Code SIREN 200070936
Démographie
Population 33 180 hab. (2016)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Superficie 783,70 km2
Localisation
Localisation de Communauté de communes Ponthieu-Marquenterre
Localisation de l'EPCI dans le département de la Somme.
Liens
Site web http://www.ponthieu-marquenterre.fr/
Fiche Banatic Données en ligne
Fiche INSEE Dossier complet en ligne

La communauté de communes Ponthieu-Marquenterre est une communauté de communes française, située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du Département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes Authie-Maye, de Nouvion et du Haut-Clocher », le nouvel ensemble de 33 400 habitants regroupant 71 communes[1],[2], retrouvant ainsi les limites de l’ancien syndicat du Ponthieu-Marquenterre[3]. À la suite de l'avis favorable des intercommunalités concernées[4],[5] (malgré les réticences de certaines communes)[6] et de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[7], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion le [8],[9].

L'arrêté préfectoral définitif est publié le 14 décembre 2016[10],[11].

Les communes de Saint-Riquier, Long et Pont-Remy souhaitent cependant quitter la communauté pour rejoindre la communauté d'agglomération Baie de Somme dont elles se sentent plus proches[12]

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communautaire correspond aux communes des trois anciennes communautés regroupées. Il va, d'ouest en est, du littoral de la Manche au plateau picard[13] et, du nord au sud, de l'Authie à la Somme, en excluant la communauté d'agglomération abbevilloise.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'appellation Ponthieu-Marquenterre reprend le terme utilisé pour le syndicat du Ponthieu-Marquenterre, entité qui recouvrait le même territoire[13].

Composition[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité est composée en 2020 des 71 communes suivantes[11] :


Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Rue
(siège)
80688 Ruens 29,06 3 112 (2014) 107


Agenvillers 80006 Agenvillerois 5,98 197 (2014) 33
Ailly-le-Haut-Clocher 80009 Aillacois 10,81 950 (2014) 88
Argoules 80025 Argoulois 9,45 323 (2014) 34
Arry 80030 7,34 201 (2014) 27
Bernay-en-Ponthieu 80087 Bernayens 9,97 232 (2014) 23
Le Boisle 80109 11,68 371 (2014) 32
Boufflers 80118 Boufflerois 5,62 122 (2014) 22
Brailly-Cornehotte 80133 11,50 239 (2014) 21
Brucamps 80145 6,37 142 (2014) 22
Buigny-l'Abbé 80147 Buignotins 7,22 329 (2014) 46
Buigny-Saint-Maclou 80149 Buignacois 7,30 512 (2014) 70
Bussus-Bussuel 80155 Bussuellois 8,16 314 (2014) 38
Canchy 80167 6,47 320 (2014) 49
Cocquerel 80200 Cocquerellois 9,54 236 (2014) 25
Coulonvillers 80215 Coulonvillerois 9,47 242 (2014) 26
Cramont 80221 Cramontois 9,56 307 (2014) 32
Crécy-en-Ponthieu 80222 Crécéens 56,55 1 473 (2014) 26
Le Crotoy 80228 Crotellois 16,32 2 114 (2014) 130
Dominois 80244 Dominoisiens 6,15 188 (2014) 31
Dompierre-sur-Authie 80248 22,73 416 (2014) 18
Domqueur 80249 Domqueurois 8,37 306 (2014) 37
Domvast 80250 Domvastiens 12,85 347 (2014) 27
Ergnies 80281 Ergniésiens 1,96 185 (2014) 94
Estrées-lès-Crécy 80290 11,19 390 (2014) 35
Favières 80303 12,62 462 (2014) 37
Fontaine-sur-Maye 80327 5,67 161 (2014) 28
Forest-l'Abbaye 80331 Sylvains 3,30 294 (2014) 89
Forest-Montiers 80332 10,22 408 (2014) 40
Fort-Mahon-Plage 80333 Fort-Mahonnais 13,04 1 215 (2014) 93
Francières 80344 5,81 203 (2014) 35
Froyelles 80371 2,79 116 (2014) 42
Gapennes 80374 Gapennois 11,37 265 (2014) 23
Gorenflos 80380 6,17 236 (2014) 38
Gueschart 80396 12,89 303 (2014) 24
Hautvillers-Ouville 80422 Hautvillois 6,06 591 (2014) 98
Lamotte-Buleux 80462 6,16 345 (2014) 56
Ligescourt 80477 5,12 229 (2014) 45
Long 80486 Longiniens 9,19 629 (2014) 68
Machiel 80496 Machielois 6,61 182 (2014) 28
Machy 80497 3,29 132 (2014) 40
Maison-Ponthieu 80501 Maisonpontins 10,95 261 (2014) 24
Maison-Roland 80502 4,91 117 (2014) 24
Mesnil-Domqueur 80537 3,49 82 (2014) 23
Millencourt-en-Ponthieu 80548 8,62 363 (2014) 42
Mouflers 80574 3,53 89 (2014) 25
Nampont 80580 Nampontois 19,39 242 (2014) 12
Neuilly-le-Dien 80589 4,90 92 (2014) 19
Neuilly-l'Hôpital 80590 Neuillois 7,69 318 (2014) 41
Nouvion 80598 Nouvionnais 15,73 1 297 (2014) 82
Noyelles-en-Chaussée 80599 Noyellois 10,47 252 (2014) 24
Noyelles-sur-Mer 80600 20,01 739 (2014) 37
Oneux 80609 Oneuxois 12,49 376 (2014) 30
Ponches-Estruval 80631 7,04 116 (2014) 16
Ponthoile 80633 Pontilois 19,41 620 (2014) 32
Pont-Remy 80635 Pont-Rémois 9,93 1 466 (2014) 148
Port-le-Grand 80637 Magniportains 11,28 281 (2014) 25
Quend 80649 Quennois 37,78 1 393 (2014) 37
Regnière-Écluse 80665 9,54 128 (2014) 13
Sailly-Flibeaucourt 80692 Saillyssois 10,64 1 028 (2014) 97
Saint-Quentin-en-Tourmont 80713 32,89 307 (2014) 9,3
Saint-Riquier 80716 Centulois 14,48 1 243 (2014) 86
Le Titre 80763 Titrois 4,51 387 (2014) 86
Vercourt 80787 4,67 95 (2014) 20
Villers-sous-Ailly 80804 6,26 190 (2014) 30
Villers-sur-Authie 80806 12,01 459 (2014) 38
Vironchaux 80808 Vironchellois 16,14 479 (2014) 30
Vron 80815 Vronais 20,67 837 (2014) 40
Yaucourt-Bussus 80830 7,03 233 (2014) 33
Yvrench 80832 9,29 314 (2014) 34
Yvrencheux 80833 6,01 131 (2014) 22

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du territoire communautaire
tel qu'existant au
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
32 94031 87231 20430 98131 11532 82033 35133 180
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes.
Les données mentionnées ci-dessus sont établies à périmètre géographique constant, dans la géographie en vigueur au .
(Source : INSEE RGP 2016[14])


Organisation[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège de la communauté est fixé à Rue, dans la zone commerciale, 33 route du Crotoy[11].

Élus[modifier | modifier le code]

A compter des élections municipales de 2020 dans la Somme, le conseil communautaire comprend 96 sièges, répartis comme suit[15] :
- 7 délégués pour Rue ;
- 5 délégués pour Le Crotoy ;
- 3 délégués pour Crécy-en-Ponthieu, Fort-Mahon-Plage, Nouvion, Pont-Remy, Quend et Saint-Riquier ; - 2 délégués pour Ailly-le-Haut-Clocher, Sailly-Flibeaucourt et pour Vron ;
- 1 délégué ou son suppléant pour les autres communes.

Au terme des élections municipales de 2020, le conseil communautaire restructuré a réélu le son président, Claude Hertault, ancien maire de Nampont, ainsi que ses 14 vice-présidents, qui sont[16] :

  1. Antoine Berthe, maire d'Ailly-le-Haut-Clocher, chargé de la gestion financière et de la prospective budgétaire ;
  2. Pierre Delcourt, maire du Titre, chargé du développement économique et de l'emploi ;
  3. Patricia Poupart, maire de Vironchaux, chargée de l'urbanisme, de l'habitat, de l'aménagement du territoire et du plan climat ;
  4. Philippe Evrard, maire du Crotoy, chargé de la voirie, du transport et de l'accessibilité territoriale ;
  5. Matthieu Doyer, maire de Bussus-Bussuel, chargé de la préservation de l’environnement et du développement durable ;
  6. Joël Farcy, premier maire-adjoint de Saint-Riquier, chargé de la construction, de la gestion et de l'entretien du patrimoine et des bâtiments intercommunaux ;
  7. Franck Bouchez, premier maire-adjoint de Crécy-en-Ponthieu, chargé de l'attractivité du territoire et développement touristique ;
  8. Éric Kraemer, élu à Fort-Mahon, chargé de la GEMAPI et de l'érosion du trait de côte ;
  9. Patrick Bost, maire de Regnière-Ecluse, chargé des affaires scolaires ;
  10. Isabelle Alexandre, maire d'Estrées-lès-Crécy, chargée de la petite enfance, de l'enfance et de la jeunesse ;
  11. Maurice Forestier, maire de Nouvion, chargé du service d’aide à la personne, de la Marpa et de l'aide à domicile ;
  12. Jacky Thueux, maire de Rue, chargé du développement numérique ;
  13. Dominique Delannoy, conseiller municipal de Domvast, chargé de la politique culturelle et sportive ;
  14. Éric Mouton, maire de Buigny-saint-Maclou, chargé de l'habitat, du logement et de la rénovation énergétique.

Le président, les vice-présidents et deux autres membres constituent le bureau communautaire pour la mandature 2020-2026[16].

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2017 En cours
(au 16 juillet 2020)
Claude Hertault[17] DVD Agriculteur
Maire de Nampont (2001 → 2020)
Conseiller départemental de Rue (2015 → )
Président du conseil d'administration du Crédit agricole de Rue ( ? → 2017)
Réélu pour le mandat 2020-2026[16],[18]

Personnel[modifier | modifier le code]

En 2017, le personnel comprend 170 emplois permanents et se monte à 340 avec les contractuels et les vacataires[12].

Compétences[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité exerce les compétences qui lui ont été transférées par les communes membres, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

La compétence scolaire est assurée par la communauté. L'assemblée vote le retour à la semaine de quatre jours pour les écoliers dans sa séance du . Les temps d'activités périscolaires au profit des enfants sont donc abandonnés à la rentrée de septembre 2017[19].

Au , la communauté assure juridiquement la compétence Gemapi (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations). Techniquement, les organismes en place continuent d'intervenir : Syndicat mixte Baie de Somme Grand littoral picard (SMBSGLP : lutte contre la submersion marine et travaux de défense contre la mer), Syndicat hydraulique du Marquenterre (SIHAM : défense contre les inondations pour la Maye, le Dien et le Pendé) et institution interdépartementale d'aménagement de la vallée de l'Authie (EPTB Authie).

Pour l'Authie, l'EPTB disparaît au . Un syndicat mixte, dit de la vallée de l'Authie, est créé. Il concernera huit intercommunalités de la Somme et du Pas-de-Calais, toutes concernées par le cours du fleuve[20].

En 2019, un centre intercommunautaire d'action sociale est créé (CIAS). Il aura notamment la responsabilité du portage de repas à domicile pour les personnes âgées[21].

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Afin de financer l'exercice de ses compétences, l'intercommunalité perçoit la fiscalité professionnelle unique[11] (FPU) – qui a succédé à la taxe professionnelle unique (TPU) – et assure une péréquation de ressources entre les communes résidentielles et celles dotées de zones d'activité.

La communauté a voté son tout premier budget le , à Nouvion, présenté par Alain Berthe, maire d’Ailly-le-Haut-Clocher et vice-président chargé des finances.

Ce budget s’élève à 23 millions en fonctionnement et 10,6 millions en investissement. Il est en augmentation par rapport aux budgets cumulés des trois intercommunalités que le Ponthieu-Marquenterre regroupe désormais : Haut-Clocher, Authie-Maye, Nouvionnais.

Les dépenses sont principalement constituées des charges à caractère général (9,8 millions), dont les contrats de prestation de services (4,4 millions) et l’entretien des voies et réseaux (1 million). Les charges de personnel se montent à 5,2 millions, les attributions de compensation (par exemple la taxe sur les entreprises) reversées aux communes membres, 4,9 millions.

Les principales recettes sont tirées des impôts et taxes pour 14,5 millions, des dotations de l’État, de la Région et du Département pour 2,1 millions et d’un report de résultat de 2016 : 2,7 millions.

Au chapitre des investissements, il reste des opérations à réaliser de 2016 qui n’ont pu être menées à terme par les trois anciennes intercommunalités (8,5 millions) : la construction de deux regroupements pédagogiques concentrés à Gueschart et Vron figure dans ces projets[22].

La taxe de séjour est étendue au reste du territoire, aux 61 communes qui n'étaient pas concernées jusqu'alors. Elle coûtera de 0,20 € à 1,50€ par nuitée[23].

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

Crèche intercommunale à Nouvion.

Conformément aux dispositions légales, une communauté de communes a pour objet d'associer des « communes au sein d'un espace de solidarité, envue de l'élaboration d'un projet commun de développement et d'aménagement de l'espace[24] ».

Projets

L'harmonisation de la vie scolaire et des centres de loisirs est le premier défi à affronter pour l'assemblée[13].

Le projet de deux pôles de services éducatifs à Gueschart et à Vron, la création d'un office de tourisme intercommunal et la labellisation des points d'accueil multiservices au public de Crécy et Rue en maisons de services publics figurent au bilan des actions menées en 2017. Une crèche de 120 places ouvrira à Rue en . Une nouvelle déchetterie doit voir le jour à Nouvion[25].

Dans le domaine scolaire, l'objectif est de ne conserver que 14 écoles sur le territoire à l'horizon 2020[26].

La communauté va devoir participer à la lutte contre les inondations tant pour le littoral que pour les risques liés aux cours d'eau[25]. Un impôt de 11,58  par habitant est voté le pour prendre en charge cette nouvelle responsabilité autrefois assumée par le département[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 28 mai 2016).
  2. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  3. Olivier Bacquet, « La préfète dévoile ses propositions pour les futures communautés de communes : Quelles seront les communautés de communes de demain ? Après des semaines de discussions et d'incertitudes, les propositions de la préfète viennent d'être dévoilées. », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne).
  4. « Compte-rendu de l'assemblée générale communautaire du 25 septembre 2015 » [PDF], Téléchargements, sur http://www.cc-nouvion.fr (consulté le 29 mai 2016), p. 5-6.
  5. « Communauté de communes de Nouvion - Un fort penchant pour Authie-Maye et le Haut-Clocher », Le Courrier picard, édition Abbeville et sa région,‎ (lire en ligne).
  6. « Intercommunalité Le dessous de la carte : Le projet de fusion présenté par la préfète donne deux grands ensembles en Picardie maritime : Le Ponthieu-Marquenterre et un grand Abbevillois. Le Vimeu industriel reste seul », Le Courrier picard, édition d'Abbeville et sa région,‎ (lire en ligne).
  7. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  8. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 Arrêté préfectoral portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes Authie-Maye, de la communauté de communes du canton de Nouvion et de la communauté de communes du Haut Clocher », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 73-75 (lire en ligne [PDF]).
  9. V. H., « L’école, dernier chantier avant fermeture : Dans ses derniers vœux de président, ce vendredi 8 janvier, à Domvast, Jean-Claude Buisine a évoqué la prise de compétence scolaire, jugée indispensable pour une équité de traitement entre tous les enfants des 17 localités de cette intercommunalité qui va disparaître en tant que telle. », Le Courrier picard, édition Abbeville et sa région,‎ (lire en ligne).
  10. arrêté préfectoral du 14 décembre 2016 portant la création de la communauté de communes Ponthieu-Marquenterre
  11. a b c et d « CC Ponthieu-Marquenterre (N° SIREN : 200070936) », Fiche signalétique BANATIC, Ministère de l'intérieur - DGCL, (consulté le 21 mars 2020).
  12. a et b Claude Cailly, Courrier picard, édition Picardie maritime, 20 février 2017, p. 10, « Communauté de communes du Ponthieu-Marquenterre, les indemnités votées »
  13. a b et c Vincent Hervé, Claude Cailly, Courrier picard, édition Picardie maritime, « Ponthieu-Marquenterre : l'impossible unité ? », 23 janvier 2017, p. 8.
  14. INSEE, Recensement général de la population 2016, Document mentionné en liens externes.
  15. « Arrêté préfectoral du 3 octobre 2019 déterminant la représentativité du conseil communautaire de la communauté de communes Ponthieu-Marquenterre à compter du prochain renouvellement général des conseils municipaux en mars 2020 » [PDF], EPCI à fiscalité propre de la Somme, Préfecture de la Somme (consulté le 21 mars 2020).
  16. a b et c Nasséra Lounassi, « Une séance fleuve pour installer le conseil communautaire du Ponthieu-Marquenterre : Au terme de sept heures de réunion, la communauté de communes du Ponthieu-Marquenterre a procédé à l’installation de son conseil, ce mercredi 15 juillet, à Crécy-en-Ponthieu. Claude Hertault a été reconduit dans sa fonction de président », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2020).
  17. Courrier picard, édition Somme, « Intercommunalités, Claude Hertault, président de Ponthieu-Marquenterre », 22 janvier 2017, p. 11.
  18. Johann Rauch, « Ponthieu-Marquenterre : Qui à la tête de l’intercommunalité… : Focus sur la nouvelle gouvernance de l'intercommunalité Ponthieu-Marquenterre… », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2020).
  19. Vincent Hervé, « Ponthieu-Marquenterre, le retour du temps scolaire à quatre jours », Courrier picard, édition Picardie maritime, , p. 10.
  20. Claude Cailly, le Courrier picard, édition Picardie maritime, « Ponthieu-Marquenterre Inondations : chacun son rôle », , p. 15.
  21. « Le centre intercommunautaire d'action social vient d'être créé », Courrier picard, édition Picardie maritime,‎ , p. 12.
  22. Vincent Hervé, Courrier picard, édition Picardie maritime, 31 mai 2017, http://www.courrier-picard.fr/33890/article/2017-05-31/un-premier-budget-solide-pour-ponthieu-marquenterre
  23. Claude Cailly, Le Courrier picard, édition Picardie maritime, 23 mars 2017, p. 13.
  24. Article L. 5214-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance.
  25. a et b N. L., Courrier picard, « Ponthieu-Marquenterre 2017, année contraignante », édition Picardie maritime, , p. 15.
  26. N. L. et M. M.-H. (En affectant arbitrairement les élèves d'une école à une autre, la communauté de communes prend le risque de vider des classes au profit des regroupements. Les parents y voient la mort de leurs écoles.), « Le sort des écoles débattu ce vendredi », Courrier picard, édition Picardie maritime,‎ , p. 9 (lire en ligne).
  27. A. M., Courrier picard, « 11,58€ en plus sur la feuille d'impôt », édition Picardie maritime, , p. 8.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liste des intercommunalités de la Somme

Liens externes[modifier | modifier le code]