Neuilly-l'Hôpital

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Neuilly-l'Hôpital
Neuilly-l'Hôpital
L'église.
Blason de Neuilly-l'Hôpital
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité Communauté de communes Ponthieu-Marquenterre
Maire
Mandat
José Conty
2020-2026
Code postal 80132
Code commune 80590
Démographie
Gentilé Neuillois
Population
municipale
324 hab. (2018 en augmentation de 1,25 % par rapport à 2013)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 10′ 10″ nord, 1° 52′ 42″ est
Altitude Min. 22 m
Max. 84 m
Superficie 7,69 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Abbeville
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Abbeville-1
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Neuilly-l'Hôpital
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Neuilly-l'Hôpital
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuilly-l'Hôpital
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuilly-l'Hôpital

Neuilly-l'Hôpital est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Depuis le , la commune fait partie du parc naturel régional Baie de Somme - Picardie maritime.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Neuilly-l'Hôpital se trouve dans l'ancien comté de Ponthieu, pratiquement à l'intersection des axes Nouvion - Saint-Riquier (RD 32) et Abbeville - Hesdin (RD 928). Par la route, Abbeville se trouve à 9,5 km, Amiens à 47 km et Nouvion à 9,5 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Cliquer sur l'image pour agrandir.

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par les lignes de bus du réseau Trans'80 (axe Boufflers - Abbeville, ligne no 15), chaque jour de la semaine, sauf le dimanche et les jours fériés[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Neuilly-l'Hôpital est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Abbeville, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (83,4 %), prairies (7,3 %), zones urbanisées (5,8 %), forêts (3,6 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

De 1199 à 1218, Noilli est relevé dans Tit. de l'Hospice de Saint-Riquier[9] ; en 1301, Nigella Hospitalis est mentionné (Pouillé)[9].

Explication commune à tous les Neuilly, c'est-à-dire NOBILIACU (Nobiliacum) ou NOVELLIACU (Novelliacum), formation toponymique gallo-romane en -(i)acum « lieu de, propriété de », suffixe précédé soit de l'adjectif novellus « nouveau », c'est-à-dire « lieu nouvellement défriché », soit du nom de personne latin Nobilis au sens de « propriété de Nobilis »[10]. La forme de 1301 est une mauvaise latinisation d'après nigellus « petit noir, nielle, émail noir », diminutif du latin niger « noir ».

L'extension du nom par « l'Hôpital » serait liée à la donation de terres à l'hôpital de Saint-Riquier au XIIe siècle[11].

Dès 1766, la forme actuelle est approchée avec Neuilli l'Hôpital dans les Coutumes du Ponthieu[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1199, Barthélémi Fretel de Vismes, seigneur de Neuilly, donne aux frères et sœurs de l'Hôtel Dieu de Saint-Riquier, une ferme et un bois sis sur le territoire de Neuilly. En 1212, il donne également à l'hôtel dieu de Saint-Riquier le bois du Halloy.

Au Moyen Âge, la Drucat prenait sa source en bordure de la forêt de Crécy et alimentait les douves du château de Neuilly-l'Hôpital[12].

En 1634, Gallet, seigneur de Sombrin et de Neuilly-l'Hôpital, maître particulier des eaux et forêts en Picardie est anobli[13].

Le chemin de grande communication de Nouvion à Saint-Riquier est créé en 1844[14].

En 1871, une batterie d'artillerie prussienne est basée à Neuilly[14].

Neuilly est libérée par les Polonais le [13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1800 Louis François Gabriel Vincque    
1800 1807 Charles François Mellier    
1807 1828 Jean-Baptiste Sanson de Pongerville   Homme de lettres et poète
Membre de l'Académie française
Maire de Nanterre (1832 → 1839)
1828 1835 Louis François de Cormette    
1835 1849 Lenglet    
1849 1870 Jean François Maurice Mellier    
1870 1871 Casimir Pinchon    
1871 1873 Honoré Ringard    
1873 1875 Henri Charles de Cormette    
1875 1878 Paul de Belleville    
1878 1892 Pierre Aclocque    
1892 1903 Paul Henri Marie de Belleville    
1903 1908 Anatole Carpentier    
1908 1915 Paul de Belleville    
1915 1919 Fernand Bridoux    
1919 1945 Paul de Belleville    
1945 1977 Alfred Andrieux    
1977 2000 Roger Balesdent    
2000 2001 Marie-Jeanne de Drée    
2001 mars 2014[15] Jacky Léger    
mars 2014[16] En cours
(au 8 octobre 2020)
José Conty   Réélu pour le mandat 2020-2026[17]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

Classement au concours des villes et villages fleuris : deux fleurs récompensent en 2015 les efforts locaux en faveur de l'environnement[18].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[20].

En 2018, la commune comptait 324 habitants[Note 3], en augmentation de 1,25 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
342289371347412419400385390
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
385385395378384373330329313
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
320272281279259279268259289
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
269269266260280290313316319
2013 2018 - - - - - - -
320324-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les communes de Millencourt-en-Ponthieu, Canchy, Neuilly-l'Hôpital et Agenvillers sont associées au sein du syndicat à vocation scolaire de la vallée de l'Épine (SIVOS), pour la gestion de l'enseignement primaire : élémentaire et maternel[23].

Le regroupement pédagogique intercommunal de la vallée de l'Épine compte trois écoles à Agenvillers, Canchy et Millencourt-en-Ponthieu, accueillant 123 élèves pour l'année scolaire 2018-2019. Les écoliers sont originaires d'Agenvillers, Canchy, Gapennes, Millencourt-en-Ponthieu, Domvast et Neuilly-l'Hôpital[24].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Riquier dont le clocher est surmonté d'une croix et d'un coq a subi de nombreuses réparations en particulier à la suite des travaux sur le chemin de grande communication qui la longe.
  • Le monument aux morts pour la patrie est implanté en bordure de la route qui traverse le village.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Louis-François de Cornette, chef de bataillon sous l'Empire, né le , a fait les campagnes de Prusse, Pologne, Espagne et d'Allemagne. Réformé en 1819 pour cause de santé.

Jean-Baptiste Sanson de Pongerville (1782-1870), académicien, homme de lettres, maire de Neuilly, son père a possédé le château.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Présentation du blason
Blason ville fr NeuillyHopital (Somme).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

de gueules aux trois aigles d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Trans80, Abbeville », sur trans80.hautsdefrance.fr.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Abbeville », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. a b et c Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, Archives départementales de la Somme, Amiens.
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1979, p. 494a.
  11. Histoire de cinq villes et de trois cents villages, hameaux et fermes, par Ernest Prarond, 1868, tome 2, p. 496.
  12. Philippe d'Hellencourt, L'eau à Saint-Riquier, Société d'émulation d'Abbeville, bulletin 2015, tome XXXIII, fascicule 5, p. 645, ISSN 0081-0819.
  13. a b et c L'écho du canton, communauté de communes du canton de Nouvion, 4e trim. 2000, édit. Norsud S.A. Saleux - 80480.
  14. a et b http://membres.multimania.fr/picard1/c_nouvion/neuilly/neuilly-histoire.htm
  15. Dominique Delannoy, « Le maire tire sa révérence : Un grand moment d’émotion a présidé à la cérémonie des vœux du maire de Neuilly l’Hôpital, lorsque Jacky Léger a annoncé qu’il ne se représentera pas le 23 mars prochain », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le 9 novembre 2020).
  16. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 3 avril 2014, p. 11..
  17. « Liste des élus de la Somme » [ods], Listes des élus, Préfecture de la Somme, (consulté en 9/11/2020 2020).
  18. « Liste des localités figurant au palmarès des villes et villages fleuris », sur Villes et villages fleuris (consulté le 7 novembre 2015).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. Le Courrier picard, édition Picardie maritime, , p. 9.
  24. Magali Mustioli-Hercé, « Grogne autour de la réorganisation des écoles », Courrier picard, édition Picardie maritime,‎ , p. 8 (lire en ligne).

Ouvrages[modifier | modifier le code]