Le Boisle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Somme
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Somme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Le Boisle
L'église.
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Rue
Intercommunalité Communauté de communes Authie-Maye
Maire
Mandat
Laurent Duval
2014-2020
Code postal 80150
Code commune 80109
Démographie
Population
municipale
378 hab. (2013)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 16′ 19″ Nord, 1° 59′ 07″ Est
Altitude Min. 12 m – Max. 92 m
Superficie 11,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Le Boisle

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Le Boisle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Boisle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Boisle

Le Boisle est une commune française, située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Boisle est situé sur la rive gauche de la vallée de l'Authie, à la limite entre la Somme et le Pas-de-Calais, sur la route départementale 928, l'axe Abbeville-Hesdin. En 1899, le village comporte trois hameaux : Enconnay ( 9 habitants), Moismont (ferme de 9 habitants) et Vergeollay (11 habitants)[1].

Le Boisle compte 60 hectares de marais communaux[1].

La culture de l'osier, dans la vallée de l'Authie, a donné lieu, par le passé, à une importante activité de vannerie[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le Boëlle signifie probablement « village du buisson », par opposition à Larbroye , « village de l'arbre »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des outils de pierre taillée ont été retrouvés dans le sol communal[1], attestant d'une occupation préhistorique des lieux.

En 1130, Guy d'Amiens, chevalier, est le seigneur du village[1].

Une charte communale est accordée en 1194 par Guillaume III, comte de Ponthieu[1].

En août 1436, le roi de France Philippe VI, en fuite après la bataille de Crécy, traverse le village pour se réfugier au château de Labroye[1].

En 1635, les Espagnols ravagent les environs et inondent la vallée[1].

Avant la Révolution, Labroye-Ponthieu, dit « Le Boisle » dès 1710, dépendait de la paroisse de Labroye-Artois[2].

En 1770, le seigneur local est Emmanuel de Durfort, duc de Duras et lieutenant général des armées[1].

En 1790, la population obtient son indépendance. La commune du Boisle est alors créée, l'Authie sert de limite communale[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Jean-Paul Butin    
mars 2008[3] en cours
(au 6 mai 2014)
Laurent Duval   Réélu pour le mandat 2014-2020 [4]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 378 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
484 549 535 555 631 666 665 685 694
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
664 709 698 705 685 687 685 656 669
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
660 687 632 572 517 553 560 505 491
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
578 566 529 506 455 426 380 379 392
2013 - - - - - - - -
378 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Pour l'année scolaire 2015-2016, l'école maternelle publique, clasée en zone B, scolarise 23 élèves[7].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Vaast. Le clocher a dû être reconstruit entièrement en brique au début du XXe siècle. L'église renferme une statut de saint Vaast avec le nez usé à la suite des frottements de chaussures des pèlerins[2],[1].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k M. Nivel, Notice géographique et historique, réalisée par l'instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens, Lire la notice en ligne sur le site des archives.
  2. a, b et c Panneau d'informations à l'entrée de l'église.
  3. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ (consulté le 15 juillet 2008)
  4. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ (consulté le 9 juin 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  7. Site de l'Éducation nationale.

Ouvrages[modifier | modifier le code]