Ligescourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ligescourt
Ligescourt
L'école et la mairie.
Blason de Ligescourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité Communauté de communes Ponthieu-Marquenterre
Maire
Mandat
Pascal Bourlo
2020-2026
Code postal 80150
Code commune 80477
Démographie
Population
municipale
220 hab. (2018 en diminution de 3,93 % par rapport à 2013)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 17′ 23″ nord, 1° 52′ 36″ est
Altitude Min. 42 m
Max. 74 m
Superficie 5,12 km2
Élections
Départementales Canton de Rue
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Ligescourt
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Ligescourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ligescourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ligescourt

Ligescourt est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Depuis le , la commune fait partie du parc naturel régional Baie de Somme - Picardie maritime.

Géographie[modifier | modifier le code]

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

Le village s'est principalement construit le long de la route de Crécy à Dompierre et Montreuil, sur un plateau dépourvu de tout cours d'eau. Son sol est surtout argilo-sableux, la marne se trouvant à une profondeur variable.

En 1899, la nappe d'eau alimentant les puits était à une quarantaine de mètres de profondeur[1],[2].

En 1899, l'instituteur signale que le village a compté les hameaux de Bois Riflard et du Moulin de Ligescourt mais qu'ils sont disparus[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par les lignes de bus du réseau Trans'80, chaque jour de la semaine, sauf le dimanche[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 857, le village est cité sous le nom d'Andégelia curtis[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Les familles De Ponches, De Bouflers et Gallet ont été successivement seigneurs du lieu[5].
  • Ligescourt n'a pas échappé au sort connu par de nombreux villages du Ponthieu : les Espagnols venus de l'autre côté de l'Authie ont brûlé le village en 1635. Il comptait alors 430 habitants[1].
  • En 1871, les Allemands ont occupé la localité pendant deux mois et une contribution de guerre de 640 F a dû être versée à l'ennemi[1].
  • 1849 : comme dans toutes les communes de France, la population masculine majeure put, pour la première fois, aller voter grâce à l'instauration du suffrage universel.
Voici la répartition en nombre de quelques patronymes des 134 électeurs[6],[7] :
Buignet Cahon Cagny Duvauchelle Garbe Lendet Leroy Plé Vasseur
3 4 5 5 4 4 1 13 2
  • Pendant la Seconde Guerre mondiale, un site de lancement de missiles V1 est installé dans les bois de Ligescourt par les Allemands[8],[9]. Le site a été l'objet de plusieurs missions de bombardement allié. Au début de 1944, le village est détruit à 80 % par les bombes[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Bernard d'Avout   Croix de guerre 1914-1918[10]
avant 1995   Paul d'Avout[11] DVD  
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 juillet 2020 Thierry d'Avout[12]  
juillet 2020[13] En cours
(au 8 octobre 2020)
Pascal Bourlo    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2018, la commune comptait 220 habitants[Note 1], en diminution de 3,93 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
343416420398451417425428433
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
394403404382348345360325322
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
314286269260272292275203264
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
278275245197206194222226231
2017 2018 - - - - - - -
219220-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le village n'a plus d'école. Les enfants relevant du primaire et du secondaire se rendent majoritairement à Crécy.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption dont la nef est toute en craie blanche. Le clocher remanié et les extensions ont été réalisés en brique. En 2015, la nef et le chœur sont couverts de tuiles plates noires.
  • Monument aux morts constitué d'un sobre et classique obélisque de pierre grise sur laquelle sont gravés les noms des soldats et une palme de laurier.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis-Joseph Dumarquez (1746-1805), ecclésiastique, curé de Ligescourt, écrivain, membre de l'académie royale des belles lettres d'Arras.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Ligescourt Blason
D'azur au chevron d'or chargé de trois roses de gueules, accompagné en chef, à dextre, d'une molette d'argent et, à senestre, d'une merlette du même, au Phénix d'argent sur son immortalité d'or en pointe brochant en partie sur le chevron[5].
Détails
Adopté en conseil municipal le 6 novembre 2020, projet sollicité auprès de Jacques Dulphy et dessiné par Daniel Juric[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e A. Gavois, instituteur, Notice géographique et historique, réalisée en 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens
  2. Lire en ligne la notice de 4 pages, réalisée par l'instituteur en 1899, sur le site des archives départementales.
  3. « Trans80, Abbeville », sur trans80.hautsdefrance.fr.
  4. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904, Tome II, Année 1140.
  5. a b c et d « Le blason dans l'Armorial de France ».
  6. Liste électorale de Ligescourt, 1849, Archives départementales de la Somme, Amiens.
  7. Lire en ligne la liste électorale de 1849 sur le site des archives départementales.
  8. V-1 Flying Bomb par Steven Zaloga, Osprey Publishing, p. 14.
  9. Pierre Clostermann, Le Grand Cirque, Paris, Flammarion, , 1re éd., p. 112-113.
  10. Plaque dans la chapelle de l'église.
  11. Plaque dans la chapelle de l'église.
  12. Réélu pour le mandat 2014-2020 : Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 14 avril 2014, p. 11.
  13. « Pascal Bourlo succède à Thierry d'Avout », Le Courrier picard,‎ , p. 13
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.