Bussus-Bussuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bussus-Bussuel
Le clocher.
Le clocher.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Rue
Intercommunalité Communauté de communes du Ponthieu-Marquenterre
Maire
Mandat
Mathieu Doyer
2014-2020
Code postal 80135
Code commune 80155
Démographie
Population
municipale
314 hab. (2014)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 06′ 38″ nord, 2° 00′ 02″ est
Altitude Min. 47 m – Max. 112 m
Superficie 8,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Bussus-Bussuel

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Bussus-Bussuel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bussus-Bussuel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bussus-Bussuel

Bussus-Bussuel est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé entre Saint-Riquier et Ailly-le-Haut-Clocher, en fond de vallée. Le Scardon, rivière qui traverse l'agglomération, peut à certains moments être franchi à pied sec mais cause parfois des inondations[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention du village de Bussus, en 704, fait état d’une seigneurie et du fief d’Emimont, appartenant à la prestigieuse abbaye voisine de Saint-Riquier. Le domaine était administré, pour le compte de l’abbaye, par des clercs laïcs[1].

Au début du XIXe siècle, le village se développe. On construit alors une école de filles en 1867, puis une école de garçons et la mairie en 1878[1].

Jusqu'en 1952, une église commune avec le village de Yaucourt se tenait dans le cimetière. Elle a complètement disparu.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bussus-Bussuel Blason D'argent à la bande de sable chargée de trois coquilles d'or posées à plomb.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  avant 1940 Victor Pruvot    
1971 1995 Jeannine Decoëne[2]    
Les données manquantes sont à compléter.
  2001 Jacques Firmin[3]    
mars 2001 2008 Michel Luce    
mars 2008[4] en cours
(au 6 mai 2014)
Mathieu Doyer   Réélu pour le mandat 2014-2020 [5]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Classement des villes et villages fleuris : une fleur récompense les efforts locaux en faveur de l'environnement[6].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 314 habitants, en augmentation de 8,65 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
493 510 548 599 565 616 652 648 649
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
610 604 568 560 527 470 450 412 412
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
375 343 318 282 253 266 247 275 266
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
249 248 220 221 223 247 264 312 314
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2010, l'école ferme. Les élèves du village se rendent à l'école intercommunale Becquestoile de Saint-Riquier où un regroupement pédagogique concentré a été construit[11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Michel[12],[13]. L'édifice a été bâti en 1897, pour bénéficier d'un lieu de culte, tout comme le village voisin de Yaucourt.
  • Le moulin Vaillant-Tellier du XVIIe siècle. À cet emplacement, trois moulins étaient présents jusqu'au début du XIXe siècle[1].
  • La chapelle d'Hémimont du XVIe siècle. Primitivement construite à l'endroit où se trouvait un petit temple gallo-romain, elle a été endommagée plusieurs fois : tornades, troupes allemandes en 1941 et reconstruite en 1982. De très anciens graffitis sont alors remis en évidence[1].
  • La ferme abbatiale avec son mur d'enceinte et sa mare.
  • la chapelle funéraire, route de Gorenflos. Un ancien maire de la commune y est inhumé[14].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e http://www.bussus-bussuel.fr/images/stories/Dépliant.pdf.
  2. Jacques Dulphy, Un mariage aux douceurs de Chine, le Courrier picard, édition Picardie maritime, 29 juillet 2015, p. 11.
  3. « Bussus-Bussuel », sur le site http://www.quielire.fr/ (consulté le 17 juillet 2008)
  4. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 17 juillet 2008)
  5. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  6. Liste des localités figurant au palmarès des villes et villages fleuris.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Le Courrier picard, édition Picardie maritime, 22 septembre 2015, p.12.
  12. Clochers.org
  13. 40000clochers.com
  14. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 78 (ASIN B000WR15W8).