Ponthoile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ponthoile
Ponthoile
La mairie-école.
Blason de Ponthoile
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité Communauté de communes Ponthieu-Marquenterre
Maire
Mandat
Henri Poupart
2020-2026
Code postal 80860
Code commune 80633
Démographie
Gentilé Pontilois
Population
municipale
608 hab. (2019 en diminution de 1,78 % par rapport à 2013)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 12′ 58″ nord, 1° 42′ 45″ est
Altitude Min. 2 m
Max. 31 m
Superficie 19,41 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Abbeville
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Abbeville-1
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Ponthoile
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Ponthoile
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ponthoile
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ponthoile
Liens
Site web mairie-ponthoile.fr

Ponthoile est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Depuis , la commune fait partie du parc naturel régional Baie de Somme - Picardie maritime. Elle fait partie de la région naturelle du Marquenterre. La commune a connu la notoriété grâce à la chanson de Gauvain Sers, Les Oubliés.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes

Située à 5 km de la sortie 24 (côte picarde) de l'autoroute A16, Ponthoile compte cinq hameaux : Bonnelle, le Hamel, Morlay, Romaine, Romiotte.

Le village est notamment accessible par l'axe routier allant de Noyelles à Rue via Forest-Montiers (D235), ou encore par la route de Sailly à Le Crotoy via Favières.

Au point de vue ferroviaire, une ancienne gare subsiste sur la ligne SNCF Amiens – Boulogne. Le Chemin de fer de la Baie de Somme (CFBS) gère une desserte touristique sur l'axe Noyelles – Le Crotoy, avec un arrêt à la gare de Morlay.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Favières Forest-Montiers Rose des vents
N Nouvion
O    Ponthoile    E
S
Noyelles-sur-Mer

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par une ligne d'autocars du réseau Trans'80 (ligne 11, Saint-Quentin-en-Tourmont - Abbeville), chaque jour de la semaine (sauf le dimanche et durant les vacances scolaires)[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ponthoile est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Abbeville, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[7]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (76,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (76,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (45 %), prairies (28,1 %), zones humides intérieures (12,8 %), zones humides côtières (9,1 %), zones agricoles hétérogènes (3,5 %), forêts (1,6 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village serait issu de « Villa ponticuli », la ferme du petit pont[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Monument aux morts, à l'entrée du cimetière.
  • L'époque gallo-romaine fournit un habitat aujourd'hui disparu à Romaine et Romiotte, aux lieux-dits Camp Saint-Pierre et Terres noires[12].
  • Le Platon, motte circulaire à l'emplacement du cimetière contemporain, correspond à un site mérovingien habité du Ve siècle au VIIIe siècle et d'un camp viking datant du VIIIe siècle au XIe siècle[12].
  • 1201 : Guillaume III de Ponthieu, neuvième comte de Ponthieu, marié à la sœur du roi de France Philippe II Auguste, Adèle, accorde à Ponthoile une charte garantissant les libertés communales (7 novembre), inspirée de la charte d’Abbeville de 1184, qui a servi de modèle à l’élaboration de presque toutes les autres chartes du Ponthieu.
  • 1346 : pendant la Guerre de Cent Ans, les troupes anglaises, qui pillent et brûlent les villages du Ponthieu sur leur passage, mettent à sac Ponthoile le 24 août, le jour de la Saint-Barthélémy, à peine deux jours avant la bataille de Crécy, brûlant l'église, dont l'existence était avérée depuis le XIIe siècle.
  • 1849 : comme dans toutes les communes de France, la population masculine majeure put, pour la première fois, aller voter grâce à l'instauration du suffrage universel.
Voici la répartition (en nombre) de quelques patronymes des électeurs :

Crepin, 18
Lefevre, 1

(saisie non exhaustive !)
  • Les frères Caudron effectuent leur premier vol sur un avion de leur création à Romiotte en 1909[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[13],[14]
Période Identité Étiquette Qualité
1929 1953 Charles Poupart    
1953 1971 Maurice Bizet    
1971 1995 Albert Crépin    
1995 1999 Marcel Dovergne    
1999 mars 2008 Martine Saint-Pol    
mars 2008[15] En cours
(au 17 juillet 2020)
Henri Poupart   Réélu pour le mandat 2020-2026[16]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, on comptait à Ponthoile 180 feux, selon dom Grenier. Un siècle plus tard, après les ravages de la guerre de Cent Ans, on n'en comptait plus, selon les statistiques anglaises, citées par dom Grenier, que 48.

Par la suite, la population de Ponthoile a progressé doucement jusqu'au milieu du XIXe siècle, pour décliner par la suite, et amorcer un léger redressement depuis une décennie :

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2019, la commune comptait 608 habitants[Note 3], en diminution de 1,78 % par rapport à 2013 (Somme : −0,2 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
581516690794727781805828878
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
846876904871848794798807848
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
851781706715669665679661628
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
629599537509502547596610619
2018 2019 - - - - - - -
611608-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école à deux classes permettait à une quarantaine d'enfants d'être scolarisés dans leur village, de bénéficier du transport scolaire et d'un service de cantine.

L'unique établissement scolaire local ferme en 2018. Les enfants se rendent dans les écoles de Nouvion et du Crotoy[21]. Cette école et sa fermeture se sont fait connaître grâce à la chanson de Gauvain Sers, Les Oubliés.

La bibliothèque communale est ouverte une fois par semaine.

Santé[modifier | modifier le code]

En , la commune inaugure un cabinet médical pour lutter contre la désertification en cours dans le milieu rural. Deux médecins généralistes à temps complet, un kinésithérapeute, une infirmière, une sophrologue, une diététicienne ainsi qu'une psychologue à temps partiel se partageront les locaux financés par la commune et, dans une moindre mesure, le département[22].

Économie[modifier | modifier le code]

La commune propose différents types d'hébergement : camping, gîtes, chambres d'hôtes et ferme-relais[23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monument des frères Caudron, dressé en 1938, commémorant le vol d'un aéronef « Romiotte I » tiré par la jument « Luciole »[12].
  • Église Saint Pierre[24]. Fortement détériorée par deux incendies, il est décidé le 2 février 1836 de la démolir et de construire un nouvel édifice un peu plus grand, en brique et en ardoise, à quelques dizaines de mètres de là. Les quatorze vitraux (dont un est muré) proviennent des ateliers Charlemagne de Toulouse.
  • Réplique de la grotte de Lourdes, route de Morlay[25].
  • Le circuit du Geai, celui du Héron, les chemins de grande randonnée ainsi que des parcours balisés permettent de découvrir, à pied, à cheval ou à vélo, le Ponthieu-Marquenterre et les abords de la baie de Somme.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Chapelle à Romaine. Oratoire Saint-Sauveur, édifié à la fin des années 1870, à la suite d'un vœu pour le retour d'un soldat (Victor Fromentin) parti au Tonkin.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune possède des marais tourbeux, des prairies humides, des roselières et des mares de petite taille, favorisant la bio-diversité. Les rivières du Dien et des Îles, le ruisseau des Caserettes sont autant de lieux favorables à la conservation des espèces locales.

La Grenouille des champs est découverte en 2014. En France, c'est l'une des cinq seules populations relevées[12].

La base de données « Clicnat » de l'association Picardie Nature recense 490 espèces ou taxons d'animaux sauvages à Ponthoile, à la date du [26].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les pionniers de l'aviation, les frères Caudron (Gaston ( - ) et René ( - )) ont habité la ferme de Romiotte où ils ont réalisé leurs premiers essais.
  • Louis Marie Théodore Froment (1838-1909), député de la Somme de 1892 à 1895, sénateur de la Somme de 1895 à 1909, président de la Société des agriculteurs de la Somme de 1898 à 1909, maire de Ponthoile.
  • Gauvain Sers (1989-), auteur-compositeur-interprète. Dans sa chanson Les Oubliés, il s'inspire des souvenirs et des regrets d'un instituteur de l'école qui a fermé en 2018, dénonçant notamment les campagnes « laissées pour compte » dans la société française actuelle qui marche « à deux vitesses ».

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Ponthoile Blason
D'or au sautoir engrêlé de sable, cantonné en chef d'une étoile du même.


Le blason est inspiré de celui de Saint-Blimont. Une alliance des seigneurs locaux des XIIIe et XIVe siècles avec ceux du Vimeu a engendré une postérité qui a duré pendant six générations[27].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Répertoire des Noms de Famille de la Somme en 1849" - René Boyenval, René Debrie, René Vaillant
232 pages, Éditions Éklitra (Amiens, 1972)
  • Martine Saint Pol, Le canton de Nouvion, Mon canton passion, imp. F. Paillart, Abbeville, 2012, 80 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Lignes qui desservent PONTHOILE », sur trans80.hautsdefrance.fr (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Abbeville », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  8. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. a b c d e et f [1] « Baie de Somme », Syndicat mixte Baie de Somme Grand Littoral Picard, no 71, hiver 2015-2016, p. 7.
  13. « Maires et Mayeurs de Ponthoile », sur le site officiel de la commune, (consulté le ).
  14. « Liste des maires affichée dans la salle de la mairie de Ponthoile » (consulté le ).
  15. Source : site officiel de la préfecture de la Somme
  16. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. Courrier picard, édition Picardie maritime, « Fermeture d'école, le recours des parents d'élèves rejeté », , p. 12.
  22. Le Courrier picard, édition Picardie maritime, 4 octobre 2018.
  23. http://www.mairie-ponthoile.fr/sss/index.html
  24. http://www.somme-photos.com/album-1967800.html
  25. http://www.mairie-ponthoile.fr/albumphoto4/page27.html
  26. « Accès à la base de données de Picardie-Nature, Clicnat, Ponthoile » (consulté le ).
  27. > « Le blason dans l'Armorial de France » (consulté le ).