Brailly-Cornehotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Brailly-Cornehotte
Brailly-Cornehotte
Le château.
Blason de Brailly-Cornehotte
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité CC Ponthieu-Marquenterre
Maire
Mandat
Xavier Bordet
2020-2026
Code postal 80150
Code commune 80133
Démographie
Population
municipale
239 hab. (2018 en augmentation de 0,42 % par rapport à 2013)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 13′ 05″ nord, 1° 57′ 36″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 91 m
Superficie 11,5 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Abbeville
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Rue
Législatives 3e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Brailly-Cornehotte
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Brailly-Cornehotte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brailly-Cornehotte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brailly-Cornehotte

Brailly-Cornehotte est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Brailly-Cornehotte est un village picard du Ponthieu situé sur le plateau situé entre les vallées de la Somme et de l'Authie, à 16 km au nord-est d'Abbeville, 22 km de la baie de Somme et 60 km au sud-est de Boulogne-sur-Mer Elle est desservie par les ex-RN 28 et RN 338 (actuelles RD 928 et 938), ainsi que par la RD 108, une chaussée Brunehaut qui relie Ponches-Estruval à Surcamps.

La commune compte une ferme isolée au nord de son territoire, la ferme du Grand Belinval, probablement une ancienne ferme d'abbaye[1].

Depuis le , la commune fait partie du parc naturel régional Baie de Somme - Picardie maritime.

En 2019, la localité est desservie par les lignes de bus du réseau Trans'80 (axe Boufflers - Abbeville), chaque jour de la semaine, sauf le dimanche[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Brailly-Cornehotte est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Abbeville, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve Brasli en 1079, dans le cartulaire d'Auchy, confirmé en 1166 par Wilfrid, abbé de Saint-Riquier, selon Dom Cotron.

Puis, Braly en 1301, dans un pouillé.

La première mention Brailly apparait en 1330 dans la Chronique de Saint-Riquier, selon Dom Cotron.

Dans un procès-verbal des coutumes, en 1567, arrive la mention de Brailly le Cauchie.

Enfin, Brailly-Cornehotte figure sur la carte Cassini de 1757[8],[9].

Pour ce qui concerne Cornehotte, Dom Cotron le signale dès 1165 dans une composition entre l'abbé de Saint-Riquier et Guy Calmont[10],[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Brailly, instituée par la Révolution française, absorbe entre 1790-1794, Bezancourt et Cornehotte et prend le nom de Brailly-Cornehotte[12].

  • Seconde République : En 1849, comme dans toutes les communes de France, la population masculine majeure peut, pour la première fois depuis la Révolution française, aller voter grâce à l'instauration du suffrage universel. Voici la répartition (en nombre) de quelques-uns des patronymes des 150 électeurs[13] (saisie non exhaustive) :
Cormont Dacquet Darsin Duvauchelle Flet Glachant Guilbaut Hequet Herbette Journé Porquet Venier
8 5 6 6 7 11 6 2 6 7 10 8

Le droit de vote des femmes n'a été reconnu en France qu'en 1945 et l'âge de la majorité civile a été abaissé à 18 ans en 1974.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Abbeville du département de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Crécy-en-Ponthieu[12]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Rue

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la troisième circonscription de la Somme.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Brailly-Cornehotte était membre de la communauté de communes Authie-Maye, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2007 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec la communauté de communes Ponthieu-Marquenterre, dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Henri Hecquet    
    Paul Hecquet    
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2014 Joël Debacker[14]    
2014[15] mai 2020 Thérèse Dalle    
mai 2020[16] En cours
(au 8 octobre 2020)
Xavier Bordet    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2018, la commune comptait 239 habitants[Note 3], en augmentation de 0,42 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
488478544497542514518485470
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
447465496466450415413402376
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
382354326295291293299295306
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
319324281255233240240242243
2018 - - - - - - - -
239--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école.

À la rentrée scolaire de 2017, l'école compte 22 élèves. Elle est située dans l'académie d'Amiens, en zone B pour les vacances scolaires[20].

En septembre 2019, l'école est fermée. Les élèves relèvent du regroupement pédagogique concentré à Gueschart[21].

Autres équipements[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Brailly-Cornehotte Blason
De gueules à la licorne saillante, ailée d'argent, accornée et onglée d'or, accompagnée en pointe d'un écusson d'argent à la croix pattée et alésée de gueules.


Armes adoptées le , sur une sollicitation du maire, ce sont des armes parlantes : « corne haute ».
Détails
Au hameau de Bellinval, une commanderie templière était installée, l'écusson en pointe en rappelle la mémoire[23].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Brailly-Cornehotte dans les arts[modifier | modifier le code]

Le , la « Cabane Bambou, restaurant-café » sur la RD 928, a servi de lieu de tournage pour quelques scènes de Road-Games, un long-métrage franco-britannique réalisé par Abner Pastoll et produit par Guillaume Benski, côté français[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Brailly-Cornehotte », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le 30 mars 2021).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bertrand Le Boudec et Hélène Izembart, Atlas des paysages de la Somme, t. II : Six structures paysagères, Amiens, Direction régionale de l'environnement, , 320 p. (lire en ligne [PDF]), p. 19, 42.
  2. « Trans80, Abbeville », sur trans80.hautsdefrance.fr.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Abbeville », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  8. Dictionnaire topographique du département de la Somme, tome 1, Archives départementales, Amiens, p.85/269
  9. a et b « Dictionnaire topographique du département de la Somme. - Tome 1 : de Aaron-le-Fontaine à Luzière-lès-Conty », sur archives.somme.fr (consulté le 2 avril 2021).
  10. Dictionnaire topographique du département de la Somme, tome 1, Archives départementales, Amiens, p.133/269
  11. Liste des maires du Crotoy.
  12. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Liste électorale de Brailly-Cornehotte, Archives Départementales de la Somme, Amiens, 1849
  14. « À la mémoire de Monsieur Joël Debacker », sur http://memoire.lavoixdunord.fr, (consulté le 30 mars 2021) « Maire Honoraire, conseiller Municipal de 1989 à 1995 et Maire de 1995 à 2014 ».
  15. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014).
  16. « Liste des élus de la Somme » [ods], Listes des élus, Préfecture de la Somme, (consulté le 29 mars 2021).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. L'école sur le site du ministère de l'Éducation nationale.
  21. Auguste Cannier, « Quel avenir pour les classes vides ? : Dans le cadre de la sectorisation scolaire et du regrouoement des écoles à Vron et à Gueschart, plusieurs établissements ne rouvriront pas à la rentrée », Courrier picard, édition Picardie maritime,‎ , p. 8.
  22. « Salle des fêtes communale », Courrier picard, édition Picardie maritime,‎,‎ , p. 10.
  23. « Le blason dans l'Armorial de France » (consulté le 30 janvier 2020).
  24. Florian Pottiez, Le Courrier picard, édition d'Abbeville, , p. 6.