Buigny-Saint-Maclou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Buigny-Saint-Maclou
La mairie de Buigny.
La mairie de Buigny.
Blason de Buigny-Saint-Maclou
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Abbeville-1
Intercommunalité Communauté de communes du Ponthieu-Marquenterre
Maire
Mandat
Éric Mouton
2014-2020
Code postal 80132
Code commune 80149
Démographie
Gentilé les Buignacois
Population
municipale
512 hab. (2014 en diminution de 0,97 % par rapport à 2009)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 09′ 21″ nord, 1° 48′ 51″ est
Altitude Min. 33 m
Max. 71 m
Superficie 7,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Buigny-Saint-Maclou

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Buigny-Saint-Maclou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Buigny-Saint-Maclou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Buigny-Saint-Maclou

Buigny-Saint-Maclou est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

À proximité d'Abbeville, de la route départementale 1001 (ancienne RN 1) et de l'aérodrome du Plessiel, l'agglomération continue son développement résidentiel.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Cliquer sur la carte pour agrandir.

Six communes limitent le territoire de la localité.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Un extrait du cartulaire du val de Buigny nous donne Le Wastine. D'après la charte de Richard de Gerberoy, on trouve Buesgni dès 1206. La bulle de Grégoire IX mentionne Buigniaco en 1227[1]. Sanctus Maclavius de Buniaco en 1304[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La maison du Temple de Beauvoir remonte au XIIe siècle. Cette commanderie était le chef-lieu de la baillie avec quatre membres : Aimont (Conteville), Forest-l'Abbaye, Bélinval, (Brailly-Cornehotte) et Bazincamps (Airaines). La ferme de « Blanche Abbaye » possède un vieux pigeonnier hexagonal en brique[3].

La terre de Buigny est possédée dès 1634 par la famille Tillette à la suite du mariage de Mathieu Tillette avec Louise de Dompierre. Le château est construit par leur petit-fils Jean. En 1914, Maurice Tillette décède sans postérité. Le château passe alors aux Van Zeller d'OOsthove, alliés aux De Lencquesaing[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
1929 1944 Charles Beauvisage    
1944 1965 Moïse Briet    
1965 1977 René Grare    
1977 mars 2008 Philippe Beauvisage UDF Agriculteur
Conseiller général de Nouvion (1994 → 2008)
Président de la CC du canton de Nouvion (1997 → 2008)
mars 2008[5] en cours Éric Mouton DVD[6] Architecte
Réélu pour le mandat 2014-2020[7]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Une deuxième fleur récompense par la suite les efforts locaux en faveur de l'environnement[10].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2014, la commune comptait 512 habitants[Note 1], en diminution de 0,97 % par rapport à 2009 (Somme : +0,33 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
302 384 393 403 440 443 466 465 400
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
418 413 398 376 382 370 373 365 338
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
335 337 323 337 333 334 344 285 338
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
352 335 292 467 548 523 520 520 519
2013 2014 - - - - - - -
512 512 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Pour l'année scolaire 2016-2017, la commune gère une école de 53 élèves[15].

À la rentrée 2017, l'école du village est placée dans le cadre du regroupement pédagogique comprenant les écoles de Buigny-Saint-Maclou, Forest-l’Abbaye, Hautvillers-Ouville, Lamotte-Buleux et Le Titre. Elle est située en zone B pour les vacances scolaires, dans l'académie d'Amiens et la circonscription Ponthieu-Marquenterre, en matière d'inspection départementale[16],[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'empereur Napoléon Ier s'est arrêté à Buigny le 6 juillet 1805 (ou le 19 juillet 1804[18]), sur la route du camp de Boulogne-sur-Mer. La plaque apposée sur l'orme en bordure de la départementale 1001 (ancienne RN 1) commémore l'endroit où il aurait pris son repas[1].
  • L’aérodrome d'Abbeville se trouve en grande partie sur la commune.
  • L'église Saint-Maclou, juste en face de la mairie.
  • La chapelle Saint-Sébastien, près de l'église, sépulture des châtelains.
  • Ferme des 1 000 vaches.
  • Château de Buigny-Saint-Maclou du XVIIIe siècle, en brique et pierre, toitures mansardées. Il a été endommagé par les Allemands qui l'ont occupé pendant la Deuxième Guerre mondiale.
  • Oratoire dédié à la Vierge, de 1950. Il protège la ferme de Blanche-Abbaye[19].
  • Vestiges de la maladrerie du Val aux Lépreux[19].
  • Christ aux liens dans une niche en brique, Ecce Homo, à la lisière du « bois du Val »[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Andrée Léraillé (1902-1964), bienfaitrice de la commune, la place du village porte son nom[20].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Buigny-Saint-Maclou.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'or à la bande de gueules, chargée de trois lionceaux d'argent, accompagnée de deux buis de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c L'écho du canton, communauté de communes du canton de Nouvion, 4e trim. 2000, édit. Norsud S.A. Saleux - 80480.
  2. Abbé Jules Corblet, Hagiographie du diocèse d'Amiens, Amiens, , p. 426
  3. André Guerville, Pigeonniers et girouettes en pays de Somme, F. Paillart, éditeur, Abbeville, 2007, p. 79
  4. Fascicule imprimé par la mairie de Buigny-Saint-Maclou.
  5. « Élection du maire et des adjoints », Infos-Buigny,‎ (lire en ligne).
  6. « Extrait de la fiche d'Éric Mouton », sur http://www.lesbiographies.com, (consulté le 29 mai 2016).
  7. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 8 avril 2014, p. 11.
  8. Le site du conseil.
  9. « Le palmarès des villes et villages fleuris », Le Courrier picard édition de l'Oise,‎
  10. Liste des localités au palmarès.
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  15. L'école sur le site de l'éducation nationale.
  16. L'école sur le site du ministère de l'éducation nationale.
  17. A.-M., Courrier picard, « Nouvionnais : les écoliers du Nouvionnais changent de table », .
  18. Gérard Devismes, Histoires insolites de Picardie maritime, La Vague verte, 2008
  19. a, b et c André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 51 (ASIN B000WR15W8).
  20. Photo de la plaque indicatrice.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]