Aller au contenu

Buigny-Saint-Maclou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Buigny-Saint-Maclou
Buigny-Saint-Maclou
La mairie de Buigny.
Blason de Buigny-Saint-Maclou
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité Communauté de communes Ponthieu-Marquenterre
Maire
Mandat
Éric Mouton
2020-2026
Code postal 80132
Code commune 80149
Démographie
Gentilé Buignacois
Population
municipale
531 hab. (2021 en augmentation de 3,71 % par rapport à 2015)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 09′ 21″ nord, 1° 48′ 51″ est
Altitude Min. 33 m
Max. 71 m
Superficie 7,3 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Abbeville
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Abbeville-1
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Buigny-Saint-Maclou
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Buigny-Saint-Maclou
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
Buigny-Saint-Maclou
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Buigny-Saint-Maclou

Buigny-Saint-Maclou est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Depuis le , la commune fait partie du parc naturel régional Baie de Somme - Picardie maritime.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Localisation

[modifier | modifier le code]
Cliquer sur la carte pour agrandir.

À proximité d'Abbeville, de la route départementale 1001 (ancienne RN 1) et de l'aérodrome du Plessiel, l'agglomération continue son développement résidentiel.

La localité est desservie en 2019 par les lignes de bus du réseau Trans'80, chaque jour de la semaine, sauf le dimanche[1].

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]

Six communes limitent le territoire de la localité.

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,3 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 805 mm, avec 12,6 jours de précipitations en janvier et 8,3 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune d'Abbeville à 6 km à vol d'oiseau[4], est de 11,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 806,2 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Au , Buigny-Saint-Maclou est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[8]. Elle est située hors unité urbaine[9]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Abbeville, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[9]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (85,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (79 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (9,2 %), zones urbanisées (6,3 %), prairies (4,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le nom de la localité est attesté sous les formes Buniacum en 1100 ; Buigny en 1138 ; Bugny en 1205[13] ; Buesgni en 1206 (charte de Richard de Gerberoy)[14] ; Buigniacum en 1224[13] ; Buigniaco en 1227 (bulle de Grégoire IX)[14] ; Sanctus Maclavius de Buniaco en 1304[15] ; Managium de Cluodio en 1492 ; Buigny-S.-Maclou en 1646 ; Bugni-S.-Maclou en 1733 ; Bugny-S.-Maclou en 1761 ; Buigny-St.-Macloux en 1763 ; Buigni près Ouville en 1766[13].

Un extrait du cartulaire du val de Buigny cite Le Wastine en 1216 (lieu-dit au terroir de Buigny-Saint-Maclou)[13].

Surnommé Saint Maclou (patron de la paroisse). Ce nom permet à la commune de se distinguer de Buigny-l'Abbé et de Buigny-lès-Gamaches.

Saint-Maclou est un hagiotoponyme.

La terre de Buigny est possédée dès 1634 par la famille Tillette à la suite du mariage de Mathieu Tillette avec Louise de Dompierre. Le château est construit par leur petit-fils Jean. En 1914, Maurice Tillette décède sans postérité. Le château passe alors aux Van Zeller d'OOsthove, alliés aux De Lencquesaing[16].

Les Templiers

[modifier | modifier le code]

La maison du Temple de Beauvoir remonte au XIIe siècle. Cette commanderie était le chef-lieu de la baillie avec quatre membres : Aimont (Conteville), Forest-l'Abbaye, Bélinval, (Brailly-Cornehotte) et Bazincamps (Airaines). La ferme de Blanche Abbaye possède un vieux pigeonnier hexagonal en brique[17].

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux

[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Abbeville du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la troisième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Nouvion[18]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton d'Abbeville-1.

Intercommunalité

[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes du canton de Nouvion, créée fin 1996.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité fusionne avec ses voisines pour former, le , la communauté de communes Ponthieu-Marquenterre, dont est désormais membre la commune.

Liste des maires

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs[14]
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1796 Jacques Billoré    
1796 1798 Honoré Brocqueville    
1798 1801 Charles Moignet    
1801 1815 Jean Tillette de Buigny    
1815 1815 Jean-Baptiste Dubois    
1815 1843 Jean Tillette de Buigny    
1843 1848 Honoré Ridoux    
1848 1851 Nicolas Ducastel    
1851 1885 Auguste Dufestel    
1885 1888 Ernest Tillette de Buigny    
1888 1907 Alfred Tillette de Buigny    
1907 1908 Anatole Savreux    
1908 1912 Alfred Tillette de Buigny    
1912 1914 Maurice Tillette de Buigny    
1914 1919 Alfred Tillette de Buigny    
1919 1923 Anatole Savreux    
1923 1929 Georges Petit    
1929 1944 Charles Beauvisage    
1944 1965 Moïse Briet    
1965 1977 René Grare    
1977 mars 2008 Philippe Beauvisage UDF Agriculteur
Conseiller général de Nouvion (1994 → 2008)
Président de la CC du canton de Nouvion (1997 → 2008)
mars 2008[19] En cours
(au 10 juillet 2020)
Éric Mouton EXG puis DVD[20] Architecte
Vice-président de la CC Ponthieu-Marquenterre (2020 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[21]

Politique environnementale

[modifier | modifier le code]

Distinctions et labels

[modifier | modifier le code]

Une deuxième fleur récompense par la suite les efforts locaux en faveur de l'environnement[24].

Population et société

[modifier | modifier le code]

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[26].

En 2021, la commune comptait 531 habitants[Note 2], en augmentation de 3,71 % par rapport à 2015 (Somme : −0,98 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
302384393403440443466465400
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
418413398376382370373365338
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
335337323337333334344285338
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
352335292467548523520519512
2018 2021 - - - - - - -
520531-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

[modifier | modifier le code]

Pour l'année scolaire 2016-2017, la commune gère une école de 53 élèves[28].

À la rentrée 2017, l'école du village est placée dans le cadre du regroupement pédagogique intercommunal comprenant les écoles de Buigny-Saint-Maclou, Forest-l'Abbaye, Hautvillers-Ouville, Lamotte-Buleux et Le Titre. Elle est située en zone B pour les vacances scolaires, dans l'académie d'Amiens et la circonscription Ponthieu-Marquenterre, en matière d'inspection départementale[29],[30].

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
  • L'empereur Napoléon Ier s'est arrêté à Buigny le 6 juillet 1805 (ou le 19 juillet 1804[31]), sur la route du camp de Boulogne-sur-Mer. La plaque apposée sur l'orme en bordure de la départementale 1001 (ancienne RN 1) commémore l'endroit où il aurait pris son repas[14].
  • L’aérodrome d'Abbeville se trouve en grande partie sur la commune.
  • L'église Saint-Maclou[32],[33], juste en face de la mairie.
  • La chapelle Saint-Sébastien[34], près de l'église, sépulture des châtelains.
  • Ferme des 1 000 vaches.
  • Château de Buigny-Saint-Maclou du XVIIIe siècle, en brique et pierre, aux toitures mansardées[35],[36]. Il a été endommagé par les Allemands qui l'ont occupé pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • Oratoire dédié à la Vierge, de 1950. Il protège la ferme de Blanche-Abbaye[37].
  • Vestiges de la maladrerie du Val aux Lépreux[37].
  • Christ aux liens dans une niche en brique, Ecce Homo, à la lisière du bois du Val[37].

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]
  • Andrée Léraillé (1902-1964), bienfaitrice de la commune, la place du village porte son nom[38].

Héraldique

[modifier | modifier le code]

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
d'or à la bande de gueules, chargée de trois lionceaux d'argent, accompagnée de deux buis de sinople.

La commune a relevé les armes de la famille des seigneurs De Buigny[39].

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. « Trans80, Abbeville », sur trans80.hautsdefrance.fr.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Orthodromie entre Buigny-Saint-Maclou et Abbeville », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Abbeville » (commune d'Abbeville) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Abbeville » (commune d'Abbeville) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Buigny-Saint-Maclou ».
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Abbeville », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. a b c et d Jacques Garnier, Dictionnaire topographique de la Somme, t. 1, Paris / Amiens 1867 - 1878, pp. 180 - 418 (lire en ligne sur DicoTopo) [1][2].
  14. a b c et d L'écho du canton, communauté de communes du canton de Nouvion, 4e trim. 2000, édit. Norsud S.A. Saleux - 80480.
  15. Abbé Jules Corblet, Hagiographie du diocèse d'Amiens, Amiens, , p. 426.
  16. Fascicule imprimé par la mairie de Buigny-Saint-Maclou.pl
  17. André Guerville, Pigeonniers et girouettes en pays de Somme, F. Paillart, éditeur, Abbeville, 2007, p. 79.
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. « Élection du maire et des adjoints », Infos-Buigny,‎ (lire en ligne).
  20. « Extrait de la fiche d'Éric Mouton », sur lesbiographies.com, (consulté le ).
  21. Johann Rauch, « Ponthieu-Marquenterre : Qui à la tête de l’intercommunalité… : Focus sur la nouvelle gouvernance de l'intercommunalité Ponthieu-Marquenterre… », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Eric Mouton, maire de Buigny-saint-Maclou depuis 2008 réélu en mars dernier, se voit attribuer la quatorzième vice-présidence en charge de l’Habitat ».
  22. Le site du conseil.
  23. « Le palmarès des villes et villages fleuris », Le Courrier picard édition de l'Oise,‎ .
  24. Liste des localités au palmarès.
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  28. L'école sur le site de l'éducation nationale.
  29. L'école sur le site du ministère de l'éducation nationale.
  30. A.-M., Courrier picard, « Nouvionnais : les écoliers du Nouvionnais changent de table », .
  31. Gérard Devismes, Histoires insolites de Picardie maritime, La Vague verte, 2008
  32. « Aquarelle : A) 1) Eglise de Buigny St Maclou. 2) Chapelle dédiée à St Sébastien destinée à la sépulture de la famille Tillette de Buigny. - Aquarelle Macqueron, d'après nature, 25 mai 1851. B) Armes sur la tombe dans le cimetière de Buigny de dame Catherine Josephe Manessier de Selincourt épouse de M. Alexandre Nicolas David baron de Linars. », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le ).
  33. L. Gillard, « Dessin : Eglise de Buigny St Maclou, canton de Nouvion », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville, (consulté le ).
  34. L. Gillard, « Dessin : Chapelle St Sébastien dans le cimetière de Buigny St Maclou, canton de Nouvion, destinée à la Sépulture de la famille Tillette de Buigny », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le ).
  35. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Château de Buigny St Maclou, d'après nature, 25 mai 1851. », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le ).
  36. L. Gillard, « Dessin : Château de Buigny St Maclou. Habitation de M. Tillette de Buigny », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville, (consulté le ).
  37. a b et c André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 51 (ASIN B000WR15W8).
  38. « Photo de la plaque indicatrice ».
  39. « Le blason dans l'Armorial de France » (consulté le ).