Vironchaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vironchaux
La mairie, entrée.
La mairie, entrée.
Blason de Vironchaux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Rue
Intercommunalité Communauté de communes du Ponthieu-Marquenterre
Maire
Mandat
Patricia Poupart
2014-2020
Code postal 80150
Code commune 80808
Démographie
Population
municipale
479 hab. (2014)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 17′ 23″ nord, 1° 49′ 22″ est
Altitude Min. 24 m
Max. 72 m
Superficie 16,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Vironchaux

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Vironchaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vironchaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vironchaux

Vironchaux est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localité essentiellement tournée vers l'agriculture, Vironchaux est à l'écart des grands axes de communication. Elle est située entre les routes départementales D 938 et D 12, à un peu moins de 2 km de chacune de ces deux voies. L'autoroute A16 est accessible par la sortie 24 de Forest-Montiers, à 12 km.

Par la route, Amiens est à 61 km (h 15), Abbeville à 25 km, Crécy-en-Ponthieu à 5,5 km et Arras à 84 km.

Au point de vue ferroviaire, la gare de Rue est située à environ 12 km.

En 1899, le village compte trois écarts, correspondant à des exploitations agricoles :

  • le Grand Mezoutre, 19 habitants, à 2,5 km du chef-lieu ;
  • le Petit Mezoutre, 6 habitants, à 3 km ;
  • le Tronquoy, 9 habitants, à 4 km[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Argoules et Dominois Ponches-Estruval Ligescourt Rose des vents
Vron N Machiel
O    Vironchaux    E
S
Regnière-Écluse Machy

Sol, relief, climat, hydrographie[modifier | modifier le code]

Le sol est généralement de consistance sablonneuse, il se révèle plutôt perméable. Peu de relief sur le territoire majoritairement uni. Quelques mares suffisent pour abreuver les animaux en 1899. À cette époque, l'eau tirée des puits alimentés par une nappe souterraine satisfait les besoins ménagers.

Située à environ 24 km de la Manche, la commune bénéficie d'un climat tempéré et la grêle n'est pas particulièrement à redouter[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Villarcelus, Viloncels, Vilonchiaux sont mentionnés[1]'[2].

Jean-Baptiste Ledieu interprète l'appellation par la déformation de Guillaume et de cella, chapelle ou petite habitation, vers le début du XIe siècle. Maurice Gysseling y voit plutôt le diminutif roman de Vron[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

  • Des tombelles celtiques ont été trouvées dans les bois de Vironchaux, attestant de l'ancienneté du village[1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

  • Au lieu-dit Elcourt, les templiers ont possédé un domaine[1].
  • Deux seigneuries d'importance inégale ont possédé le village. Celle du bois dépend de plusieurs familles avant d'appartenir, en 1435, à l'abbaye de Saint-Saulve. La seigneurie principale avec château et ferme dépend de 1500 à 1550 de la famille « Aux Couteaux ». Elle passe aux Waignart aux XVIe et XVIIe siècles. Dès 1740, les Foucques de Bonval puis les Foucques de Vironchaux sont les propriétaires des lieux, achetés auprès de Mons d'Héricourt qui avait épousé la dernière fille des Woignart. Leur blason comporte trois foulques dessinés avec des plumes de paons[4],[5].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

  • En , l'armée espagnole pille, dévaste, brûle la paroisse. Des habitants, faits prisonniers, sont rançonnés[1].
  • Dès 1787, le village a son école[1].
  • Les Allemands occupent la localité pendant six semaines en 1871[1].
  • 1849 : Comme dans toutes les communes de France, la population masculine majeure peut, pour la première fois, aller voter grâce à l'instauration du suffrage universel.
Voici la répartition (en nombre) de quelques patronymes des 248 électeurs[6],[7] :
Cagnard Capet Caudron Chartrel Coffinier Dubos Dumesnil Dupuis Garbe Hervet Liège Maillard Warrin
6 17 13 4 4 5 9 6 19 9 11 12 5
  • Si des moulins ont pris en charge la mouture des céréales au temps jadis, ils n'existent plus en 1899[1].


  • En 1899, Vironchaux, complètement tourné vers l'agriculture, compte 440 bovins dont 295 vaches laitières, 920 moutons, 495 porcs, 26 ruches. Le tout est pris en charge par 113 exploitations dont 82 ont moins de cinq hectares[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
en cours en 1949 et 1955[8]   G. Guilbart    
Les données manquantes sont à compléter.
1995 avril 2014 Bernard Popot    
avril 2014[9] en cours
(au 6 mai 2014)
Patricia Poupart LR  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

D’après le recensement Insee de 2007, Vironchaux compte 433 habitants (soit une augmentation de 13 % par rapport à 1999). La commune occupe le 17 887e rang au niveau national, alors qu'elle était au 18 293e en 1999, et le 246e au niveau départemental sur 782 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Vironchaux depuis 1793. Le maximum de la population a été atteint en 1846 avec 818 habitants.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 479 habitants, en augmentation de 14,87 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
683 784 781 746 788 792 817 818 810
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
795 772 774 743 695 659 645 623 604
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
617 599 566 527 511 502 502 504 490
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
463 421 440 452 427 383 425 417 479
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (27,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (21 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 16,3 %, 15 à 29 ans = 15,8 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 20,7 %, plus de 60 ans = 25,1 %) ;
  • 51,3 % de femmes (0 à 14 ans = 19,2 %, 15 à 29 ans = 13,6 %, 30 à 44 ans = 19,2 %, 45 à 59 ans = 17,8 %, plus de 60 ans = 30,3 %).
Pyramide des âges à Vironchaux en 2007 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
1,4 
7,9 
75 à 89 ans
7,9 
17,2 
60 à 74 ans
21,0 
20,7 
45 à 59 ans
17,8 
22,2 
30 à 44 ans
19,2 
15,8 
15 à 29 ans
13,6 
16,3 
0 à 14 ans
19,2 
Pyramide des âges du département de la Somme en 2007 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
5,9 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,3 
20,6 
45 à 59 ans
20,0 
21,0 
30 à 44 ans
19,8 
20,6 
15 à 29 ans
19,3 
19,5 
0 à 14 ans
17,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

En matière d'enseignement primaire, pour l'année scolaire 2016-2017, les communes de Vironchaux, Machy, Machiel et Dominois sont associées au sein d'un regroupement pédagogique.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vironchaux Blason De sinople au hêtre d'argent et à la scie de bûcheron du même brochant en fasce sur le fût de l'arbre; chaussé d'or chargé de deux foulques adossés de sable, becqués de gueules.
Détails Le conseil municipal adopte son blason à l'unanimité le . Celui-ci représente deux foulques sur fond jaune. La lettre V est censée représenter l'initiale de Vironchaux tandis que l'arbre qu'elle contient sur fond vert évoque le travail des bûcherons. La scie qui croise le tronc du hêtre blanc de la forêt de Crécy, sans le couper, symbolise la tâche qui attend le travailleur[4].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint Maurice.
  • Chapelle Notre-Dame des Victoires, en mémoire de la « Sainte de Vironchaux », construite à l'emplacement de sa maison, fin XIXe siècle[16],[17].
  • Oratoire Notre-Dame de Lourdes, installé vers 1950[18].
  • Chapelle Notre-Dame des Victoires, seconde moitié du XIXe siècle[18].
  • La vierge de Fatima de l'abbé Paul Platevoët, édifié vers 1960[18].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Marthe Boizard, artiste peintre du XXe siècle, est née à Vironchaux. Paysagiste, elle a exposé au Salon des indépendants à Paris. Elle est citée dans le « Bénézit » (Dictionnaire des peintres, dessinateurs, graveurs et sculpteurs, Ed. Gründ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur de Vironchaux, M. Gavois, , Archives départementales de la Somme, Amiens.
  2. La notice de M. Gavois sur le site des Archives départementales de la Somme, lire en ligne.
  3. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, F. Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 27.
  4. a et b Le Journal d'Abbeville, « Vironchaux, la commune a son blason », 30 novembre 2016, p. 23.
  5. René de Belleval, Nobiliaire de Ponthieu et de Vimeu, Paris, Bachelin-Deflorenne, 1876.
  6. Liste électorale de Vironchaux, Archives Départementales de la Somme, Amiens, 1849
  7. La liste électorale de 1849 sur le site des Archives départementales de la Somme, lire en ligne.
  8. Annuaire général d'Abbeville pour 1949 et 1955, p. 1 312.
  9. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 7 avril 2014, p. 13.
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. « Évolution et structure de la population à Vironchaux en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 novembre 2010)
  15. « Résultats du recensement de la population de la Somme en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 novembre 2010)
  16. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, F Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 27.
  17. Ernest Prarond, Le canton de Rue.
  18. a, b et c Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées AG.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]