Agenvillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Agenvillers
Agenvillers
La mairie et l'école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité CC Ponthieu-Marquenterre
Maire
Mandat
Pascal Farcy
2020-2026
Code postal 80150
Code commune 80006
Démographie
Gentilé Agenvillois ou Agenvillerois[1]
Population
municipale
242 hab. (2018 en augmentation de 22,22 % par rapport à 2013)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 10′ 45″ nord, 1° 55′ 13″ est
Altitude Min. 58 m
Max. 85 m
Superficie 5,98 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Abbeville
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Abbeville-1
Législatives 3e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Agenvillers
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Agenvillers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Agenvillers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Agenvillers

Agenvillers est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Agenvillers est un village rural picard du Ponthieu situé à une dizaine de kilomètres au nord-est d'Abbeville.

Le village est desservi par la route départementale 82.

Depuis juillet 2019, la commune fait partie du parc naturel régional Baie de Somme - Picardie maritime[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Agenvillers
Domvast
Neuilly-l'Hôpital Agenvillers Gapennes
Millencourt-en-Ponthieu

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Agenvillers est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Abbeville, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (75,3 %), prairies (17 %), zones urbanisées (7,7 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Argovillare en 845, Aisenviler en 1242, Aisenvileir, Aisenvillers en 1261, Assenvillé en 1372[10], Genvillers en 1763[11].

Le suffixe -villare nous rappelle l'existence d'une ferme gallo-romaine appartenant probablement à un certain Argonius ou Aizo[10], anthroponymes d'origine germanique.

Ginvilé en picard.

Histoire[modifier | modifier le code]

Durand la Guerre de Trente Ans, Agenvillers est brûlée par les Espagnols en [1].

En 1951, le hameau d'Hellencourt est rattaché à la commune de Domvast, à la suite de la demande de ses habitants[1]. Auparavant, il était administré par la commune d'Agenvillers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Abbeville du département de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Nouvion[12]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton d'Abbeville-1

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la troisième circonscription de la Somme.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Agenvillers était membre de la petite communauté de communes du canton de Nouvion, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 1996 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté de communes Ponthieu-Marquenterre dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[13],[1]
Période Identité Étiquette Qualité
  1925 Arthur Fréville    
1925 1931 Alphonse Maillet    
1931 1935 Didier Gambier    
1935 1945 Gabriel Petit    
1945 1959 Étienne Delannoy    
1959 1983 Eusèbe Journe    
1983 1995 Fernand Travet    
1995 2004 Philippe Journe    
mars 2005 2014 Hervé Bridoux[14]    
2014[15] mai 2020 Ghyslain Hecquet   Agriculteur propriétaire exploitant
mai 2020[16],[17] En cours Pascal Farcy    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[19].

En 2018, la commune comptait 242 habitants[Note 3], en augmentation de 22,22 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
460354519526530510511509516
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
492450458439408402413341320
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
321317317261256242240266239
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
239224206205198181191192195
2017 2018 - - - - - - -
228242-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école en 2015.

Les communes de Canchy, Neuilly-l'Hôpital et Agenvillers sont associées au sein du syndicat à vocation scolaire de la Vallée de l'Épine (SIVOS), pour la gestion de l'enseignement primaire : élémentaire et maternel[21].

En matière d'enseignement primaire, les enfants du village sont accueillis au sein du regroupement pédagogique intercommunal de la vallée de l'Épine qui compte trois écoles à Agenvillers, Canchy et Millencourt-en-Ponthieu, accueillant 123 élèves pour l'année scolaire 2018-2019. Les écoliers sont originaires d'Agenvillers, Canchy, Gapennes, Millencourt-en-Ponthieu, Domvast et Neuilly-l'Hôpital[22].

En juin 2020, l'école ferme sur décision de la communauté de communes du Ponthieu-Marquenterre qui a décidé la sectorisation scolaire. Les enfants du village sont orientés vers l'école intercommunale de Gueschart[23]

Autres équipements[modifier | modifier le code]

La salle communale.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-l'Assomption d'Agenvillers.

Dans le parc du château du XVIIIe siècle se trouve un pigeonnier en brique[1]. Philippe Seydoux en attribue la construction à Claude Leroy de Saint-Lau (1600-1660), seigneur de Genvillers et grénetier au grenier à sel d'Abbeville[24].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean-Joseph Nau (1749-1840), conseiller du Roi, notaire à Paris, membre de l'Assemblée législative, enterré à Agenvillers[25].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Guerville, Pigeonniers et girouettes en pays de Somme, F. Paillart, éditeur, Abbeville, 2007, 311 p.
  • Martine Saint Pol, Le canton de Nouvion, Mon canton passion, imp. F. Paillart, Abbeville, 2012, 80 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Agenvillers », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le 21 avril 2021).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e L'écho du canton, Communauté de communes du canton de Nouvion, édit. Norsud S.A., Saleux, 4e trim. 2000.
  2. « Un nouveau parc naturel régional est né », Courrier picard,‎ , p. 6.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Abbeville », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 22 mai 2021)
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 22 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non-romanes, formations dialectales., Genève, Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 194), (1re éd. 1991) (ISBN 978-2-600-00133-5, OCLC 174640771, lire en ligne), p. 976.
  11. Notice historique et géographique réalisée par l'instituteur, M. Délaviers, datée du , Archives départementales de la Somme, Amiens.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. « Les maires de Agenvillers », sur le site de la Communauté de communes du Canton de Nouvion-en-Ponthieu, (consulté le 12 juillet 2008).
  14. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 12 juillet 2008).
  15. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014).
  16. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  17. Dominique Delannoy, « Agenvillers. Une fête locale un peu particulière : La première décision du conseil municipal récemment élu et du maire Pascal Farcy a été de maintenir la fête locale, organisée avec le concours du Bistrot et du comité des fêtes », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2021) « La première décision du conseil municipal d’Agenvillers (au nord d’Abbeville – Somme) fraîchement élu et du maire Pascal Farcy a été de maintenir la fête locale, organisée le week-end dernier avec l’actif concours du Bistrot et de « Loisirs et animations », le comité des fêtes ».
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Le Courrier picard, édition Picardie maritime, , p. 9.
  22. Magali Mustioli-Hercé, « Grogne autour de la réorganisation des écoles », Courrier picard, édition Picardie maritime,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  23. Alexandra Mauviel, « Après deux ans de combat des parents, l’école rurale d’Agenvillers tire sa révérence : Elle fermera définitivement ses portes ce vendredi 3 juillet, en fin d’après-midi. L’intercommunalité a voté la sectorisation scolaire, au profit de structures plus grandes et plus modernes : les RPC de Saint-Riquier et Gueschart », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2021).
  24. André Guerville, Pigeonniers et girouettes en Pays de Somme, Abbeville, F. Paillart, , 311 p. (OCLC 213962599), p. 46.
  25. Robert Legrand (préf. Jean Tulard), La Révolution dans la Somme: Conventionnels, Jacobins et soldats., Abbeville, Paillard, , 326 p. (OCLC 490142161), p. 43.