Yasse Tabuchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tabuchi.
Yasse Tabuchi
Tabuchi Yasukazu bijutsu-techo 1962199a.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
VauhallanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Yasse Tabuchi, né Yasukazu Tabuchi (田淵 安一) le [1] à Kitakyūshū dans la préfecture de Fukuoka et mort le (à 88 ans) à Vauhallan, au sud de Paris[2],[1] est un peintre aquarelliste, graveur sur cuivre, lithographe et céramiste japonais du XXe siècle. Il est actif en France de 1951 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir été mobilisé dans la marine et l'aviation, pendant les dernières années de la Seconde Guerre mondiale, il suit comme étudiant, des études en histoire de l'art à l'université des arts de Tokyo de 1946 à 1951, tout en ayant commencé à peindre.

En 1951, il quitte sa famille et Yokohama en bateau en direction de Marseille puis refait sa vie à Paris. En 1959, il achète une ferme à Vauhallan, dans l'Essonne, afin d'avoir plus d'espace pour travailler[3].

Il y fait la connaissance de Pierre Alechinsky et est fortement influencé par le surréalisme[2]. Ses œuvres tendent cependant à se rapprocher de l'abstraction, comme avec Femmes volantes[4].

Dans la deuxième moitié des années 1950, Tabuchi s'intéresse en particulier à l'abstraction lyrique et explore le clair-obscur pour réaliser des toiles ayant de très forts contrastes colorés[4].

En 1976, il écrit un article pour L'Œil intitulé « Art japonais contemporain »[5]

En 1988, il illustre un livre de Susanne Jorn, Det dansende æsel[6]

Tabuchi réalise également des décorations architecturales aux Pays-Bas et au Japon[4].

Il meurt en 2009 d'une bronchite au sud de Paris, à Vauhallan[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

En Europe, les œuvres de sa première période sont inconnues. Dans la première année de son installation à Paris, et notamment avec la série autour des Femmes volantes, de 1953-1954, les différents éléments de ses propositions plastiques, qu'il ne s'agisse d'espace, de plans, voire de personnages, sont réduits respectivement à leur signe symbolique minimum, constituant finalement des faits picturaux purement abstraits, aux masses orthogonalement équilibrées, aux harmonies des rouges les plus diversement travaillés en matière. Si les signes graphiques symboliques qui s'y tracent et s'inscrivent, peuvent justifier l'influence surréaliste qu'allège Tabuchi, ce ne peut être que par une certaine parenté avec l'écriture elliptique d'un Matta. Dans une nouvelle période, qui dure environ de 1956 à 1960, Tabuchi se rapproche de l'abstraction lyrique[4], ce qui n'est guère étonnant quand on pense à ce que l'abstraction lyrique doit à la calligraphie et aux idéogrammes extrême-orientaux[7].

Entretenant des rapports variables avec la réalité, jouant avec des évocations de ciels, d'eau, de vent, de collines, de vastes graphismes impétueux, travaillés dans des matières recherchées, volontiers en contre-jour sombre sur fond clair, ou au contraire en clair-obscur de blancs violents sur fond sombre, envahissent la surface de la toile, s'enroulant sur eux-mêmes jusqu'à occupation totale ; ainsi du Ruisseau, de 1960, ou de Le Nuage noir surgit, de 1961. Après cette période de clairs-obscurs romantiques, dans un retournement total, Yasse Tabuchi repart de Matisse, ou plus précisément de ce que Matisse tient lui-même des japonais du XIXe siècle, pour peindre, après la violence des éléments, la joie de vivre, d'être au monde et de regarder tout ce qui vit autour de soi, dans des toiles dont les titres sont révélateurs de ce changement radical de climat psychologique : Porte des femmes de 1962, La Fleur bleue de 1965, Coin intime de 1965, L'Érotique des choses de 1966, La Table abondante de 1966, La Mer et la table encore de 1966, À la mémoire des fleurs mortes de 1967[7].

Avec Fleurs et volcans de 1969, il divise la toile en deux, associant motifs figuratifs et abstraits. Il reprend cette structure en deux parties, l'une au-dessus de l'autre dans les séries de 1992 Émergence nocturne', Empreinte stellaire. Entre temps, il réalise les séries des Arbres (1977) où il réserve souvent une bande chromatique en bas, des Chinese Dream et de L'errance des nomades. D'entre les décorations architecturales que Tabuchi exécute, il faut citer l'important ensemble du hall du Centre Culturel Philips, à Eindhoven, Hollande, le mur en céramique (66 mètres carrés) au 20th Century Art Museum d'Ikeda[8],[4].

Hommages[modifier | modifier le code]

Tabuchi est qualifié d'« artiste important » ayant « l'amour du trait et de la spontanéité[3] », selon Anne le Diberder, conservatrice du musée Foujita.

Le directeur du Musée d'Art Moderne de Kamakura évoque l'artiste ainsi : « Ce qui intéresse le plus le peintre Yasse Tabuchi, c'est la recherche des racines du monde[4] ».

Publications[modifier | modifier le code]

Yasse Tabuchi a publié plusieurs ouvrages[4] :

  • L'origine de l'image des Européens (1976),
  • L'Occident à nu. Le cœur de l'Europe (1979),
  • Le miroir à deux faces (1982),
  • L'enclos des idées (1994),
  • Bretagne des silences et du vent (1996),
  • Ce grand vide lumineux (2006)

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Expositions individuelles[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Une grande partie de son œuvre a été léguée au musée de Kamakura, au Japon[1].

Sa peinture est par ailleurs présente dans plusieurs musées, dont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Tabuchi, Yasukazu (1921-2009) », notice d'autorité personne sur le site du catalogue général de la BnF
  2. a, b et c AFP, « Mort du peintre japonais Tabuchi », sur Le Figaro,‎ (consulté le 30 octobre 2014).
  3. a et b « Ce peintre japonais peignait dans une ferme essonnienne », sur Le Parisien,‎ (consulté le 30 octobre 2014).
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Biographie de Yasse Tabuchi », sur lesatamanes.com (consulté le 4 novembre 2014).
  5. (en) Yasse Tabuchi, « Art japonais contemporain », L'Œil, no 248,‎ , p. 10-12 (ISSN 0029-862x).
  6. (da) Susanne Jorn, Det dansende æsel, Kbh., Tiderne skifter, cop., (ISBN 9788774453437).
  7. a, b et c Dictionnaire Bénézit 1999, p. 422
  8. Dictionnaire Bénézit 1999, p. 423
  9. Catalogue de l'exposition « Start! », 1965.
  10. Jabès et Roland 1981.
  11. Jabès, Dimanche et Foire internationale d'art contemporain 1981.
  12. Cinq peintres des années 50 aujourd'hui, 1987.
  13. Taillandier 1965.
  14. Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi », 1969.
  15. À propos des peintures récentes de Yasse Tabuchi, lexique d'images.
  16. Catalogue de l'exposition « Tabuchi : arbres : exposition des peintures récentes de Tabuchi », 1977.
  17. Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi », 1984.
  18. Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi », 1988.
  19. Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi », 1992.
  20. Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi », 1966.
  21. Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi », 1973.
  22. Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi », 1978.
  23. 田淵安一展 = Yasse Tabuchi, 1982.
  24. Yasse Tabuchi, Genève, 1983 (cat. exp.).
  25. Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi, Territoire de l'image 1964-1983 », 1984.
  26. Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi : chinese dream », 1985.
  27. Toshiaki 1985.
  28. Yasse Tabuchi - Jardin cosmogonique, 1996.
  29. Harambourg 1999.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Catalogues
  • (en) Catalogue de l'exposition « Start! » : (Antes, Bertholo, Gironella, Segui, Soerensen, Tabuchi, Jan Voss), New York, Galerie Léger, (OCLC 501630864).
  • Yvon Taillandier, Tabuchi : octobre 1965 (cat. exp.), Paris, Galerie Ariel, (OCLC 602954309).
  • Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi », Malmö, Galerie Léger, .
  • Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi : Fleurs et volcans », Paris, Ariel 15, Galerie Ariel, (OCLC 30827675).
  • Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi », Toulouse, At Home, .
  • À propos des peintures récentes de Yasse Tabuchi, lexique d'images : Galerie Ariel, 1973 (cat. exp.), Paris, Ariel 25, Galerie Ariel, (OCLC 819177910).
  • Catalogue de l'exposition « Tabuchi : arbres : exposition des peintures récentes de Tabuchi », Paris, Ariel 45, Galerie Ariel, .
  • Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi », Tokyo, Fuji television gallery, .
  • Edmond Jabès et René Roland, Yasse Tabuchi : saisons inachevées, cat. exp. 16-25 octobre 1981, Paris, Grand Palais, .
  • Edmond Jabès, André Dimanche et Foire internationale d'art contemporain, Yasse Tabuchi : saisons inachevées : FIAC'81, Grand Palais, Paris, 16-25 octobre 1981 (cat. exp.), Tokyo, Paris, Fuji television gallery, Art Yomiuri, (OCLC 835145116).
  • (ja) 田淵安一展 = Yasse Tabuchi : Kitakyūshū Shiritsu Bijutsukan, Oct.1-Oct 31, 1982 (cat. exp.), Kitakyūshū-shi, Kitakyūshū Shiritsu Bijutsukan,‎ (OCLC 850497784).
  • Yasse Tabuchi : Galerie Motte, Genève, du 19 juillet au 21 août 1983 (cat. exp.), Genève, Galerie Motte, (OCLC 717980842).
  • Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi », Paris, Galerie Ariel, .
  • Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi, Territoire de l'image 1964-1983 », Sochaux, Maison des Arts et Loisirs, Hôtel de Ville, .
  • Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi : chinese dream », Paris, Grand Palais, (OCLC 31868542).
  • (ja) Minemura Toshiaki, Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi : chinese dream » à la Fuji Television Gallery de Tokyo, Tokyo, Fuji Terebi Gyararī, (OCLC 31772169).
  • Cinq peintres des années 50 aujourd'hui : Jacques Busse, James Guitet, Gottfried Honeger, Jean Messagier, Yasse Tabuchi, Chamalières, Galerie d'art contemporain de Chamalières, (OCLC 31809627)
  • Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi », Paris, Galerie Ariel, (OCLC 47034561).
  • Catalogue de l'exposition « Yasse Tabuchi », Paris, Galerie Ariel, .
  • Yasse Tabuchi - Jardin cosmogonique : du 12 mai au 16 juin 1996 (cat. exp.), Kamakura, Musée d'Art Moderne, (OCLC 634161918).
  • Lydia Harambourg, Tabuchi : suite des jardins suspendus, Sochaux, Maison des arts et loisirs de Sochaux, (OCLC 48451706).
Monographies et ouvrages généralistes
  • Yasukazu Tabuchi (trad. Alain Kervern), Ce grand vide lumineux : un peintre japonais entre Orient et Occident, Rennes, la Part commune, , 76 p. (ISBN 9782844181053)
  • Michel Seuphor, Dictionnaire de la peinture abstraite, Paris, Hazan, .
  • Georges Boudaille, Yasse Tabuchi, Paris, Cimaise, .
  • Lydia Harambourg, L'École de Paris 1945-1965. Dictionnaire des peintres, Neuchâtel, Ides et Calendes, .
  • Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol. 13, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2700030230). Document utilisé pour la rédaction de l’article
Articles
  • (de) Klaus Jürgen-Fischer, « Zwischen dem Ungefähren und Präzisen », Das Kunstwerk, Schriftl, Leopold Zahn, no 5,‎ 1956-57, p. 3-30 (ISSN 0023-561X)
    Article traitant des artistes suivant : Hubert Dietrich, Horst Egon Kalinowski, Boris Kleint, John Koenig, Eduard Micus, Yasse Tabuchi, Alberto Burri, Pierre Courtin, Horia Damian, Luis Feito, Claude Georges, James Guitet, Horst Egon Kalinowski, Boris Kleint, Eduard Micus, Louis Armand Nallard, Gabriel Pellon, August Puig, Emil Schumacher, Antoni Tàpies, Wilhelm Wessel.

Liens externes[modifier | modifier le code]