Maud Olivier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olivier.
Maud Olivier
Maud Olivier.
Maud Olivier.
Fonctions
Députée de la 5e circonscription de l'Essonne
En fonction depuis le
(4 ans 9 mois et 6 jours)
Élection 17 juin 2012
Législature XIVe législature
Groupe politique SRC puis SER
Prédécesseur Pierre Lasbordes
Conseillère générale de l'Essonne
élue dans le canton des Ulis

(13 ans 2 mois et 2 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Marc Salinier
Successeur Dominique Fontenaille
Françoise Marhuenda
Maire des Ulis

(4 ans 3 mois et 15 jours)
Élection 16 mars 2008
Prédécesseur Paul Loridant
Successeur Sonia Dahou
Biographie
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Boulogne-Billancourt
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
Profession Responsable commerciale

Maud Olivier, née le à Boulogne-Billancourt, est une femme politique française. Membre du Parti socialiste, elle est députée de la cinquième circonscription de l'Essonne, a été conseillère générale du canton des Ulis et maire des Ulis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et formation[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Maud Olivier a exercé ses activités professionnelles dans l’encadrement commercial[1].

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Elle est mariée et mère de famille[1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Maud Olivier adhère au Parti socialiste en 1981[1], elle est élue sur la liste du maire des Ulis Paul Loridant dès 1983[2] et devient première adjointe en 2001. Après le décès de Jean-Marc Salinier, conseiller général, survenu le , elle est élue conseillère générale des Ulis en mai 2002 lors d'une élection partielle. En 2004 elle obtient la vice-présidence chargée des sports[1]. Au cours des élections législatives de 2007, candidate dans la cinquième circonscription de l'Essonne elle s’incline en obtenant 49,75 % des voix face au candidat sortant Pierre Lasbordes[3].

Lors des élections cantonales de 2008, elle est élue au premier tour avec 50,49 % des voix[4], la même année au cours des élections municipales, sa liste arrive en tête au second tour avec 48,03 % des suffrages, lui assurant vingt-sept sièges sur les trente-cinq du conseil municipal[5].

En 2011, la vice-présidence contre les discriminations et pour la promotion de l’égalité lui est confiée. Cette même année, au cours des élections sénatoriales, elle est quatrième (non élue) sur la liste d’union de la gauche conduite par Jean-Vincent Placé[6] qui recueille 31,20 % des voix et deux élus[7].

Les élections législatives de 2012 lui permettent de remporter la cinquième circonscription avec 54,81 % des suffrages au deuxième tour face au candidat UMP maire de Bièvres Hervé Hocquard, Pierre Lasbordes ne s’étant pas représenté après trois mandats successifs[8]. Conformément à la règle de cumul des mandats, elle démissionne du poste de maire des Ulis et du conseil municipal de la commune en juillet 2012 et laisse sa place à sa quatrième adjointe Sonia Dahou (PS)[9].

Synthèse des fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Mandats nationaux[modifier | modifier le code]

Député de la cinquième circonscription de l’Essonne[modifier | modifier le code]

Maud Olivier a été élue députée de la cinquième circonscription de l'Essonne pour la quatorzième législature. Elle est Vice-Présidente de la Délégation pour les droits des femmes et l'égalité entre les hommes et les femmes, secrétaire de la commission des affaires culturelles et de l'éducation[10] et membre de l'Office Parlementaire d'Evaluation des choix Scientifiques et Technologiques.

Le 5 mai 2015, Maud Olivier vote pour le projet de loi relatif au renseignement[11].

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Conseillère générale du canton des Ulis[modifier | modifier le code]

Maud Olivier a été conseillère générale du canton des Ulis entre 2002 et 2015. Elle devient en 2004 vice-présidente chargée des sports. Réélue en 2008 au premier tour, elle est d'avril 2011 à septembre 2012 huitième vice-présidente chargée de la lutte contre les discriminations et de la promotion de l’égalité[12].

Maire des Ulis[modifier | modifier le code]

Maud Olivier est élue conseillère municipale des Ulis en 1983. En 2001 elle devient première adjointe au maire des Ulis. En 2008 elle est élue maire des Ulis[13]. Elle démissionne du conseil municipal en 2012 à la suite de son élection à l’Assemblée nationale.

Autres mandats[modifier | modifier le code]

De 2008 à 2012, Maud Olivier a été présidente du syndicat mixte Courtabœuf Développement[14].

Elle a également été présidente de la Mission locale des Ulis.

Travaux[modifier | modifier le code]

Maud Olivier en concertation avec le gouvernement a élaboré le texte d'une proposition de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel déposée au bureau de l'Assemblée nationale en octobre 2013. Elle a été rapporteure de cette proposition de loi[15] qui comporte pour la première fois un volet social d'accompagnement des personnes prostituées. Elle comprend également un volet de lutte contre les réseaux de proxénétisme et de traite des êtres humains, un renforcement de l'éducation à la sexualité, et la responsabilisation des clients de la prostitution à travers l'interdiction d'achat sexuel. Une peine de prison à l'encontre des clients de prostituées pourrait être inscrite dans le code pénal en cas de récidive[16]. Cette loi a été adoptée le 13 avril 2016.

Cette proposition de loi s'appuie sur un rapport dont elle est l'auteure, intitulée « Prostitution : Protéger les victimes et responsabiliser la société »[17].

Maud Olivier est la co-auteure (avec le sénateur Jean-Pierre Leleux) du rapport de l'OPECST "Faire connaître et partager les cultures scientifique, technique et industrielle : un impératif".

Maud Olivier est l'auteure du rapport d'information de la Délégation pour les droits des femmes et l'égalité entre les hommes et les femmes n°4105 intitulé "Études de genre : les sciences au service de l'égalité réelle"

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Portrait de Maud Olivier sur son site de campagne. Consulté le 18/06/2012.
  2. Présentation de Maud Olivier sur le site de campagne sénatoriale du Rassemblement de la gauche. Consulté le 18/06/2012.
  3. Résultats de l’élection législative 2007 dans la cinquième circonscription de l’Essonne sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 18/06/2012.
  4. Résultats de l’élection cantonale 2008 sur le canton des Ulis sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 18/06/2012.
  5. Résultats de l’élection municipale 2008 aux Ulis sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 18/06/2012.
  6. Composition de la liste Rassembler pour l’Essonne sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 18/06/2012.
  7. Résultats de l’élection sénatoriale 2011 dans l’Essonne sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 18/06/2012.
  8. Résultats de l’élection législative 2012 dans la cinquième circonscription de l’Essonne sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 18/06/2012.
  9. Article Une ex-étudiante venue de Tunisie à la tête des Ulis du 9 juillet 2012 paru sur l'édition en ligne du quotidien Le Parisien. Consulté le 09/07/2012.
  10. Fiche de Maud Olivier pour la quatorzième législature sur le site de l'Assemblée nationale. Consulté le 24/06/2012.
  11. « Analyse du scrutin n° 1109 - Deuxième séance du 05/05/2015 », sur http://www2.assemblee-nationale.fr,‎
  12. Fiche de Maud Olivier sur le site officiel du conseil général de l’Essonne. Elle a démissionné de la vice-présidence lors de son élection en tant que députée pour respecter son engagement contre le cumul des mandats. Elle a conservé sa mission concernant la lutte contre les discriminations et la promotion de l'égalité. Consulté le 18/06/2012.
  13. Composition de l’équipe municipale sur le site officiel des Ulis. Consulté le 18/06/2012.
  14. Mentions légales sur le site officiel du parc d’activités de Courtabœuf. Consulté le 18/06/2012.
  15. http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion1437.asp
  16. vers des sanctions pédagogiques pour les clients de prostituées sur www.lemonde.fr consulté le 18 octobre 2013
  17. http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-info/i1360.asp

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]