SteamOS

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SteamOS logo.svg
Bureau de SteamOS
Bureau de SteamOS

Famille Type Unix
Langues multilingue
Type de noyau Monolithique modulaire (Linux)
État du projet en développement
Plates-formes X86-64Voir et modifier les données sur Wikidata
Entreprise /
Développeur
Valve Corporation
Première version
Dernière version stable 2.117 (Brewmaster stable, )[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version avancée 2.121 (Brewmaster beta, )[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Environnement de bureau Steam et GNOMEVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web http://store.steampowered.com/steamos/
Résumé des liens existant entre le Jeu vidéo, le Noyau Linux, la Simple DirectMedia Layer et l'OpenGL.

SteamOS est un système d'exploitation basé sur le noyau Linux et la distribution Debian (stable) et développé par la société Valve Corporation à l'origine de la plateforme de jeu vidéo Steam. Il a été annoncé pour la première fois à la conférence LinuxCon 2013[3].

À la LinuxCon 2013 à Édimbourg, Linus Torvalds a déclaré[4] : « J’aime les annonces SteamOS » et : « Je pense que c’est une chance qui pourrait vraiment aider Linux sur les ordinateurs de bureau. »

Dans le cadre de ce projet, Valve a rejoint le 4 décembre 2013 la Foundation Linux [5].

Genèse du SteamOS[modifier | modifier le code]

Premières annonces[modifier | modifier le code]

Durant la LinuxCon en 2013, Gabe Newell, le co-fondateur de Valve, a déclaré qu'il pensait que « Linux et l'open source étaient le futur du jeu vidéo », en ajoutant que sa compagnie allait aider les développeurs qui voudraient distribuer des jeux compatibles avec Linux, et qu'il ferait une annonce la semaine suivante lié à l'introduction de Linux dans les salons.

Le 20 septembre 2013, Valve a posté cette phrase « The Steam Universe is Expanding in 2014 » soit « L'univers de Steam s'étend en 2014 ». Il s'agissait d'un teaser pour annoncer l'arrivée de 3 nouveaux périphériques qui allaient aider à l'installation de Steam dans les salons. La première annonce a eu lieu le 23 septembre avec SteamOS. Les autres annonces étaient les Steam Machine et le Steam Controller.

En octobre 2013, Valve a annoncé les Steam Dev Days : une conférence de deux jours où les développeurs de jeux vidéo pouvaient tester et donner leurs impressions sur les Steam Machines. Le même mois, Nvidia a annoncé sa collaboration pour l'implémentation des moteurs propriétaires de Nvidia, tels que PhysX, OptiX (en) et VisualFX. Le mois suivant, Valve a confirmé qu'ils ne feront aucun jeu exclusif pour SteamOS, et qu'ils encourageaient les développeurs à faire de même puisque cela irait contre la philosophie de Steam qui est de vendre des jeux sur toutes les plateformes où se trouvent les joueurs.

Version bêta et caractéristiques[modifier | modifier le code]

En décembre 2013, Valve a annoncé la disponibilité d'une version bêta de SteamOS mais a conseillé d'attendre 2014 à moins d'être à l'aise avec les systèmes d'exploitation Linux.

Le nouvel OS est basé sur la version 7.0 de Debian (Wheezy)[6], une version stable sortie le 4 mai 2013, et il est conçu principalement pour jouer à des jeux vidéo. Les utilisateurs auront la possibilité de streamer des jeux depuis leur ordinateur fonctionnant sous Mac ou Windows vers ceux tournant sur SteamOS, ils partageront, en plus, les mêmes règles de partage et de filtrage familiaux que le logiciel Steam. Valve déclare avoir atteint « une hausse significative des performances attendues dans le rendu graphique » grâce à SteamOS. Le système d'exploitation est annoncé comme étant open source; permettant à tout le monde de modifier ou d'adapter le code source.

Conséquence de son orientation exclusivement vidéoludique, SteamOS ne possède pas beaucoup de fonctionnalités, mis à part la navigation sur internet et l'exécution de jeux. Il n'y a pas de logiciel de gestion de fichiers ou d'affichage d'images installé par défaut, mais les utilisateurs peuvent quand même avoir accès à l'environnement de bureau GNOME et installer des logiciels.

Bien que la version bêta de SteamOS ne supporte pas encore de service de streaming, Valve est alors en négociation avec des compagnies comme Spotify ou Netflix pour adapter leur service sur SteamOS. Le système supporte les principaux processeurs graphiques pour PC venant d'Intel, Nvidia ou AMD.

Valve a aussi annoncé qu'ils intégreront des fonctionnalités comme la lecture de film, de musique, ou l’intégration de la télévision avant la sortie officielle du SteamOS.

Les spécifications provisoires du SteamOS sont[7] :

Accueil et performances[modifier | modifier le code]

Réactions à la suite de l'annonce de 2013[modifier | modifier le code]

Après le 23 septembre 2013, beaucoup de développeurs de jeux vidéo ont partagé leur sentiment sur le projet SteamOS. Le créateur de Minecraft, Markus Persson, a décrit le système comme une nouveauté incroyable. D'autres comme le studio DICE, responsable des séries Battlefield, et The Creative Assembly, développeurs de la série Total War, ont annoncé qu'ils porteraient leurs jeux sur Linux et SteamOS. Randy Pitchford, de Gearbox Software, a commenté qu'il faudrait au système une application unique permettant d'attirer des clients et donc des développeurs.

Performances et premiers avis sur la version bêta[modifier | modifier le code]

En décembre 2013, Phoronix a comparé 3 cartes graphiques sur SteamOS et Windows 8.1[9]. Cette comparaison a montré que SteamOS pouvait offrir des performances similaires avec les drivers propriétaires de Nvidia.

En janvier 2014, GameSpot a comparé les performances de jeux tournant sur du matériel identique, et avec les mêmes paramètres. Avec les cartes graphiques AMD, ils ont trouvé que Dota 2, Left 4 Dead 2 et Metro: Last Light tournaient avec une moyenne de IPS inférieure. Left 4 Dead 2 souffrait aussi de quelques problèmes de compatibilité avec les drivers Linux pour les cartes AMD. Avec des cartes graphiques Nvidia, Left 4 dead 2 et Metro: Last Light tournaient avec une moyenne d'images par seconde plus élevée sur SteamOS que sur Windows. Dota 2 affichait les mêmes performances sur les deux plateformes. Les temps de chargement étaient plus longs sur Left 4 Dead 2 et Metro: Last Light par rapport à Windows[8].

En parallèle à ces premiers essais, la bêta du SteamOS a reçu des avis partagés dans les « tests ». Dans TechRadar, Henry Winchester a apprécié la facilité de navigation dans l'interface et y a vu un futur potentiel, tout en critiquant la difficulté de l'installation, et le manque de fonction spéciale comparé au logiciel Steam.Thomas Morgan, du site Eurogamer, n'a pas rencontré de problème d'installation, mais s'est plaint du manque de détection des résolutions disponibles en sortie vidéo et audio. Il a aussi critiqué le manque de jeux disponibles nativement sur le système. Il a aussi trouvé l'interface bien conçue et l'a considérée comme un bon point de départ.

En mai 2015, parmi les joueurs de Steam, moins de 1 % utilisent SteamOS ou une autre version de linux[10].

Évolution et état des lieux en mars 2016[modifier | modifier le code]

Évolution du système et des spécifications[modifier | modifier le code]

En juin 2015 Valve sort la version 2.0 de SteamOS, qui est basée sur "Jessie", la version 8.0 de Debian[6] qui est sortie le 25 avril 2015. Malgré cette nouvelle version, et contrairement à ce qui avait été annoncé au début, SteamOS n'est pas complètement open source. En effet, de nombreux composants du système restent "fermés", comme les pilotes des cartes graphiques ou le client Steam[6].

En mars 2016, les spécifications nécessaires pour faire fonctionner SteamOS sont[6] ː

  • Un processeur Intel ou AMD avec une architecture X86 64 bits
  • Go ou plus de Mémoire vive
  • Une Carte graphique Nvidia, Intel ou AMD compatible avec la version 11 de DirectX ou une version plus récente. Suivant les constructeurs, cela correspond soit à une GeForce GTX400 ou plus récent, soit à une Radeon HD5000 ou plus récente soit à un Processeur Graphique Intégré (IGP) Intel de la série Ivy Bridge (Core de 3e génération)[6]
  • Un disque dur de minimum 200 Go
  • Un Firmware UEFI (recommandé)
  • un port USB pour l'installation
  • une connexion internet stable, utilisée pour finir l'installation de l'OS et assurer le bon fonctionnement du client Steam intégré à SteamOS[6].

Ces spécifications sont très proches des spécifications provisoires annoncées en 2013, les changements étant principalement du à des mises à jour du système et à la sortie de la version 2.0 de SteamOS

Installation et fonctionnalités[modifier | modifier le code]

L'installation de SteamOS nécessite une Clef USB formatée en FAT32, sur laquelle on copie les fichiers d'installation depuis le site officiel de SteamOS, puis le programme recommande un formatage complet du disque dur avant de débuter l'installation proprement dite. D'après la rédaction de Canard PC hardware, l'installation de SteamOS n'est "ni plus simple, ni plus compliquée que celle d'un Windows récent"[6].

Concernant les diverses fonctionnalités promises, le streaming est opérationnel, mais c'est une fonction disponible pour toutes les versions du client Steam et non pas une exclusivité de SteamOS. Pour les films et la musique, après avoir commencé à y réfléchir en 2014[11], et fait un premier essai en 2015 avec les films Mad Max[12], Valve a finalement implémenté la VOD en 2016[13],[14] et dévellope son offre multimédia depuis cette date. Par contre, tout comme pour le streaming, cette fonction n'est pas une exclusivité SteamOS.

Pour ce qui est des jeux, la remarque qu'avait fait Thomas Morgan en 2014 est toujours valable, car le manque de jeux disponibles nativement sur SteamOS par rapport aux autres systèmes d'exploitation est toujours flagrant. Ainsi, au mois de juillet 2017, il n'existe que 7684 jeux compatibles Linux/SteamOS sur le Steam Store[15], contre 11855 jeux compatibles Mac OS X[16] et 31560 jeux compatibles Windows[17]. Il faut toutefois noter que parmi les 31560 jeux compatibles Windows, il y a un grand nombre de petites productions et de jeux amateurs qui existent grâce à la rubrique "Steam Greenlight", rubrique qui n'a pas son équivalent pour Linux. Il est difficile de juger du nombre exact de jeux compatibles Windows disponible si on met de côté les productions passées par Greenlight, mais dans tous les cas, ils restent bien plus nombreux que ceux compatibles Linux. Cependant, le nombre de jeux compatibles augmente en permanence et certains titres anciens sont parfois mis à jour pour devenir compatibles avec Linux et donc SteamOS. Malgré tout, SteamOS ne permet pas de jouer avec la plus grande partie des grosses productions vidéoludiques sorties ces dernières années[6]. Le streaming permet de contourner en partie ce manque de jeu, en permettant de jouer depuis une machine tournant sous SteamOS à un jeu lancé depuis une machine tournant sous Windows; mais cette solution reste tributaire de la stabilité de la connexion internet utilisée.

Les performances[modifier | modifier le code]

En mars 2016, la rédaction de Canard PC hardware a réalisé un comparatif entre Windows et SteamOS en utilisant le jeu "Middle-Earth : Shadow of Mordor". Ce jeu a été utilisé, car c'est un des rares qui intégre un test de performance à la fois dans sa version Windows et dans sa version Linux[6]. Pour chaque Test, la configuration utilisée est la même, avec comme GPU une GeForce GTX 780 et le niveau de détail graphique du jeu est a chaque fois réglé au niveau maximum; seul L’OS change[6]. Le résultat du comparatif est le suivant :

Version Windows :

  • nombre moyen d’images/secondes : 34.73
  • nombre maximum d’images/secondes : 45.41
  • nombre minimum d’images/secondes : 20.26

Version SteamOS :

  • nombre moyen d’images/secondes : 19.24
  • nombre maximum d’images/secondes : 40.96
  • nombre minimum d’images/secondes : 10.14

En diminuant le niveau de détail graphique, le nombre moyen d’images/secondes passe à 58 sous Windows contre 33 sous SteamOS[6].

Ce comparatif a été renouvelé avec plusieurs jeux, dans les mêmes conditions et à quasiment à chaque fois, les jeux tournent de manière plus fluide et moins saccadée sous Windows que sous SteamOS[6].

Le cas de "Middle-Earth : Shadow of Mordor" permet aussi de mettre en avant un autre problème rencontré sur SteamOS: le soins porté aux conversions Linux des jeux créés à la base pour Windows. En effet, il ne s'agit pas d'un jeu qui a été refait sous OpenGL, mais de la version Windows à laquelle a été rajouté une sur-couche logicielle traduisant les appels D3D vers OpenGL, ce qui est une solution coûteuse en termes de temps de calcul [18]. Les performances des jeux dépendent donc en partie du soins apporté à cette "couche" additionnelle par les sociétés assurant les portages. Ainsi, La version Linux/SteamOS de The Witcher 2 a été portée grâce à eON, système développé par la société Virtual Programming [19] et cette version ne montre quasiment pas de différences de performances avec la version Windows [20].

Il existe également de rares cas de jeux Windows réécrit entièrement en OpenGL, comme, par exemple, Dota 2 Reborn qui affiche des performances plus élevées que la version Windows [21].

Avenir à court terme et possibilités à long terme[modifier | modifier le code]

Le consortium Khronos Group a sorti une nouvelle API graphique nommé Vulkan[22], qui est une évolution d’OpenGL visant à offrir aux pilotes graphiques des divers constructeurs une relation plus directe au GPU et à sa mémoire; ceci afin d’améliorer les performances du matériel[22]. SteamOS a déjà des pilotes compatibles avec Vulkan, ce qui devrait permettre aux jeux tournant sur cet OS de profiter des améliorations amenées par cet API[6]. Les autres pistes pour avoir des meilleures performances sous SteamOS sont la mise à disposition de meilleurs drivers par AMD, Intel et NVIDIA ainsi que l’utilisation d’API compatibles OpenGL/Vulkan par les développeurs de jeux vidéo.

La piste des pilotes semble cependant peu pertinente, les tests effectués sur les logiciels natifs, par exemple les moteurs de rendu 3D comme Unigine, ne montrant pas de différences significatives entre les versions Windows et Linux sur cartes Nvidia [23] et des performances légèrement meilleures sur Linux avec les pilotes libres sur cartes AMD[24]. Concernant l'API Vulkan, elle est désormais utilisée par certains moteurs de jeu comme Unity[25] ou l'Unreal Engine[26] et quelques jeux, comme The Talos Principle ou Serious Sam 3. Ces versions montrent un gain de performances comparées à la version OpenGL[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « New SteamOS Stable Release Launches with Linux Kernel 4.11, Mesa Graphics Stack » (consulté le 29 juillet 2017)
  2. « SteamOS update 2.121 pushed to brewmaster beta » (consulté le 29 juillet 2017)
  3. « SteamOS : Valve présente une distribution GNU/Linux dédiée au jeu », sur ZDNet.fr, .
  4. « Pour Linus Torvalds, Steam OS « aidera vraiment » Linux sur les PC de bureau », (consulté le 25 octobre 2013).
  5. (en) « Cloudius Systems, HSA Foundation and Valve Join Linux Foundation », sur linuxfoundation.org, .
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Dossier de la rédaction de Canard PC Hardware, « SteamOS ou en est-on? », Canard PC Hardware, vol. 28,‎ .
  7. (en) « SteamOS FAQ :: Steam Universe », sur SteamCommunity.com, (consulté le 3 mai 2014).
  8. a, b et c (en) « How To Install SteamOS », sur GameSpot (consulté le 12 août 2014).
  9. (en) « SteamOS vs. Windows 8.1 NVIDIA Performance », sur phoronix.com (consulté le 12 août 2014).
  10. Moins de 1 % des joueurs sous Linux : Steam n'a guère d'impact. Clubic, mai 2015
  11. « steam plancherait sur la distribution de films, musique et séries TV », sur numerama.com
  12. « steam se lance dans la vente de films avec mad max », sur jeuxvideo.com
  13. « steam se lance pour de bon dans la vod », sur clubic.com
  14. « toujours plus de vod sur steam », sur commentcamarche.net
  15. « Steam Search » (consulté le 5 juillet 2017)
  16. « Steam Search » (consulté le 5 juillet 2017)
  17. « Steam Search » (consulté le 5 juillet 2017)
  18. http://www.jeuxvideo.com/dossier/488184/le-jeu-sur-linux-est-il-soluble-dans-le-grand-public-etat-des-lieux-3-ans-apres-la-sortie-du-client-steam/488247.htm
  19. https://www.vpltd.com/services/
  20. https://www.youtube.com/watch?v=f05C_BbtQx0
  21. https://www.youtube.com/watch?v=YM8qXbJqMvs
  22. a et b Ryan Smith, « Next Generation OpenGL Becomes Vulkan: Additional Details Released », AnandTech,‎ (lire en ligne)
  23. https://www.gamingonlinux.com/articles/unigine-heaven-how-does-ubuntu-1304-compare-to-windows-8.2507
  24. https://www.phoronix.com/scan.php?page=article&item=radeonsi-beats-wingl&num=4
  25. https://blogs.unity3d.com/2016/09/29/introducing-the-vulkan-renderer-preview/
  26. https://www.unrealengine.com/en-US/blog/unreal-engine-4-17-released
  27. https://www.back2gaming.com/b2g-interviews/an-interview-with-croteam-the-developer-of-serious-sam-and-the-talos-principle/

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ryan Smith, « Next Generation OpenGL Becomes Vulkan: Additional Details Released », AnandTech,‎ (lire en ligne)
  • Dossier de la rédaction de Canard PC Hardware, « SteamOS ou en est-on? », Canard PC Hardware, vol. 28,‎