Goat Simulator

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Goat Simulator

Développeur
Éditeur

Date de sortie
Windows

OS X, Linux

Android, iOS

Xbox 360, Xbox One

PlayStation 3, PlayStation 4

Switch
Genre
Mode de jeu
Plate-forme
Ordinateur(s) :
Console(s) :
Tablette(s) tactile(s) :
Téléphone(s) mobile(s) :

Langue
Moteur

Évaluation
ESRB : M ?
PEGI : 16 ?
USK : 12 ?
Site web

Goat Simulator est un jeu vidéo de simulation en vue objective développé par Coffee Stain Studios. Il est sorti le 1er avril 2014 sur Windows, le sur Linux et OS X, le sur Android et iOS[1], le sur Xbox 360 et Xbox One, et le sur PlayStation 3 et PlayStation 4[2]. Le , Goat Simulator The Goaty sort sur Nintendo Switch, incluant les différentes contenus supplémentaire téléchargeables du jeu[3].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le joueur incarne une chèvre invulnérable et dotée d'une force extraordinaire dans un monde ouvert et décalé où il effectue diverses actions lui faisant gagner des points, comme détruire ou interagir avec des objets ou des personnes, se faire renverser par des véhicules, accomplir certaines quêtes, etc. Le jeu étant de type sandbox, il n'a pas vraiment d'objectif, excepté les points (qui sont toutefois remis à zéro à l'arrêt de la partie) et les « succès Steam ». Les interactions avec les objets sont volontairement absurdes (les ventilateurs projettent très loin dans les airs, les personnages non-joueurs s'écroulent dès qu'on les effleure, etc.) et le joueur peut transporter des objets parfois très lourds en y collant sa langue. Des extensions existent pour pouvoir utiliser des objets (comme un jetpack) ou se transformer en animaux divers (bien que toujours désignés par le terme "goat + caractéristique spécifique"), chacun ayant un pouvoir spécifique.

Une extension nommée Goat MMO Simulator se présentant comme un MMORPG est sortie le , toujours dans un univers décalé où le personnage doit accomplir des quêtes loufoques[4].

Développement[modifier | modifier le code]

À l'origine, le jeu ne devait pas sortir et se limitait à un trailer parodiant le jeu Dead Island. Sous la pression de la communauté de joueurs, le studio a finalement décidé de développer le jeu en le rendant conforme au trailer. Le jeu est présenté par les développeurs comme étant « bourré de bugs pour le rendre plus fun », seuls les bugs risquant de provoquer un plantage ayant été retirés.

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
Computer and Video Games (UK) 6 / 10[5]
Presse numérique
Média Note
AllGame (US) 2,5/5 étoiles[6]
Eurogamer (UK) 7 / 10[7]
IGN (US) 8 / 10[8]
Agrégateurs de notes
Média Note
Metacritic 62 / 100[9]

Goat Simulator a obtenu 89 % d'évaluations positives sur Steam, les joueurs appréciant le côté fun et décalé du jeu[10]. L'accueil a été plus mitigé sur Jeuxvideo.com, 11/20 pour les utilisateurs et le test d'un des journalistes du site lui attribue 9/20, estimant le prix de 9,99 € excessif pour un jeu qui n'était au départ qu'une blague et qui finalement n'amuse que quelques minutes ainsi que les bugs de graphismes et du moteur de jeu qui, s'ils sont assumés, n'améliorent en rien l'expérience de jeu[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Goat Simulator arrive sur mobiles », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  2. « Goat Simulator va rendre chèvre la PS4 », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  3. « Indie Highlights : Goat Simulator débarque sur Switch en version GOATY », sur Jeuxvideo.com, (consulté le )
  4. « Le MMO Goat Simulator débarque demain ! », sur Jeuxvideo.com,
  5. (en) Joel Gregory, « Goat Simulator », sur Computer and Video Games, (consulté le )
  6. (en) « Goat Simulator », sur AllGame (consulté le )
  7. (en) Dan Whitehead, « Goat Simulator », sur Eurogamer, (consulté le )
  8. (en) Dan Stapleton, « Goat Simulator », sur IGN, (consulté le )
  9. (en) « Goat Simulator », sur Metacritic (consulté le )
  10. « Goat Simulator sur Steam », sur store.steampowered.com (consulté le )
  11. « Test du Goat Simulator », sur Jeuxvideo.com, https://plus.google.com/105261500849864742219/ (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]