Bataille de Poitiers (732)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bataille de Poitiers (732)
Description de cette image, également commentée ci-après
Informations générales
Date 732 ou 733
Lieu Hameau de Moussais sur la commune de Vouneuil-sur-Vienne, 25 km au nord-est de Poitiers.
Issue Victoire franque décisive
Retraite de l'armée omeyyade[1],[2]
Belligérants
Royaumes francs
Duchés d'Aquitaine
Duché de Vasconie
Califat omeyyade
Commandants
Charles Martel
Eudes
Abd al-Rahmân
Forces en présence
15 00020 000[3],[Note 1]20 00025 000[3],[Note 2]
Pertes
1 000[4],[5]12 000[4]

Invasion omeyyade en France

Batailles



Liste des guerres et des batailles de France
Coordonnées 47° 23′ 37″ nord, 0° 41′ 21″ est

La bataille de Poitiers appelée dans des sources arabes « bataille du Pavé des Martyrs » (arabe : معركة بلاط الشهداء) ou bataille de Tours pour les Anglo-Saxons, a lieu entre, d'une part, les Francs et les Burgondes[6],[7] dirigés par Charles Martel alliés aux Aquitains[8],[9] eux-mêmes dirigés par Eudes, et d'autre part une armée omeyyade menée par Abd al-Rahman, gouverneur général d'al-Andalus.

« C’est une bataille très mal connue. On n’est sûr ni du lieu ni de la date ni de l’importance des effectifs en présence »[10]. L'incertitude au sujet du lieu même conduit à des variations et des discussions quant à la dénomination de la bataille, selon les époques, les auteurs et les langues[11],[12].

Les historiens ne sont pas d'accord sur le lieu de la bataille. Les avis divergent entre une localisation entre les villes de Poitiers et Tours, au nord de l'Aquitaine, près du village de Vouneuil-sur-Vienne ou très proche de Tours (l'emplacement de la bataille était alors proche de la frontière entre le Royaume franc et celui d'Aquitaine, alors indépendant) ou encore proche de Poitiers.

Les Francs sortent victorieux. Abd al-Rahman est tué, Eudes affaibli et Charles en sort renforcé.

Certains avancent que Bède le Vénérable vit en cette victoire un châtiment de Dieu, et dans les siècles suivants, les chroniqueurs du IXe siècle, puis les auteurs de chansons de geste, donnent au maire du palais, Charles, le surnom de Martel (le marteau[13]) mais les sources ne font pas spécifiquement référence à la bataille de Poitiers[14].

Les historiens contemporains sont divisés au sujet de l'importance réelle de la bataille de Poitiers dans l'arrêt des incursions arabes (la ville de Narbonne et sa région est toujours aux mains des musulmans, et la Septimanie ne sera conquise qu'en 759 par Pépin, fils de Charles Martel), mais ils s'accordent pour dire qu'elle a marqué une étape dans l'établissement de la dynastie carolingienne. La mort d'Abd al-Rahman, gouverneur général d'al-Andalus tué dans la bataille, mit fin aux incursions musulmanes par la voie de l'Aquitaine. Elle ne fit pas cesser les offensives en Gaule : c'est en direction de la vallée du Rhône que se développèrent leur raids qui reprirent dès 734[15]. Toutefois la bataille de 732 marque le début d'une reconquête franque des territoires conquis par les Arabo-Berbères en Gaule : En 736 Charles Martel refoule les troupes musulmanes au sud de la vallée du Rhône alors qu'elles viennent de prendre Arles (735). En 737 il reprend Avignon, en 739 le reste de la Provence. Tous ceux qui avaient alors collaboré avec les Sarrasins sont châtiés et leurs biens donnés aux guerriers francs. Les musulmans ne possèdent alors plus que Narbonne (Septimanie), reprise en 759 par Pépin le Bref. Cette reconquête met fin à la première période de présence musulmane au nord des Pyrénées. Les musulmans reviendront pour une deuxième phase d'occupation de 890 à 973.

Les sources[modifier | modifier le code]

Peu de sources par rapport aux batailles antiques ou à celle du haut Moyen Âge (les croisades) sont disponibles sur le sujet.

Les auteurs arabes faisant allusion à cet épisode sont peu nombreux. Les allusions à la bataille de Poitiers précisent simplement qu'ʿAbd ar-Raḥmān et ses compagnons « ont connu le martyre ». Le premier, l'historien égyptien Ibn 'Abd al-Hakam rapporte (en 861) que l'expédition eut lieu en l'année 115 de l'Hégire (de février 733 à février 734). Les Chroniques mozarabes situent la bataille en un lieu nommé Balât al-shuhadâ (allée - ou, selon une traduction plus récente, palais des martyrs) et en l'an 114 de l'Hégire (mars 732 à février 733). Les historiens postérieurs tels Ibn al-Athîr (XIIIe siècle) ou Ibn Idhari (XIVe siècle), reprennent ces mêmes informations.

Les sources latines des VIIIe et IXe siècles sont plus nombreuses mais restent imprécises. La plupart des chroniques signalent l'événement en 732 en des termes brefs et similaires rappelant juste que « Charles combattit les Sarrasins un samedi du mois d'octobre ». Les Annales de Lorsch sont plus précises[16] Selon Sigebert de Gembloux « le duc Eudes, inférieur à Charles en tous points, fait venir contre lui des Sarrasins d'Espagne » (Chronica), là où le continuateur de Frédégaire (qu'il recopie) avançait qu'« Eudes, se voyant vaincu et humilié, fit appel à la perfide nation des Sarrasins »[17]. D'autres historiens se basant sur des sources méridionales comme la Chronique de Moissac (XIVe) font des événements une présentation contraire. Comme les Annales de Metz (XIe), la Chronique de Moissac mentionne l'événement en des termes brefs et similaires, rappelant que « Charles combattit les Sarrasins un samedi du mois d'octobre ».

L'Histoire ecclésiastique du peuple anglais de Bède le Vénérable (735) est souvent mentionnée, mais selon John Tolan[18], Bède écrirait le passage en question en 729, et ferait plutôt référence à la bataille de Toulouse survenue encore plus tôt, en 721.

Le seul récit détaillé[19] se lit, au milieu du VIIIe siècle, dans la Chronique mozarabe, dont les auteurs, moines chrétiens vivant au milieu du VIIIe siècle peut-être à Tolède ou Cordoue, racontent la bataille et donnent pour cause de la défaite omeyyade des dissensions internes. Le récit de la bataille de Poitiers se situe entre celui de la bataille de Toulouse (721), lorsque le gouverneur arabe al-Samh meurt sous les murs de Toulouse face à Eudes, prince d'Aquitaine, et celui de la bataille de la Berre (737, les Francs écrasent une armée arabe venue secourir Narbonne assiégée[20]. Malgré cette victoire, Charles Martel ne peut reprendre la ville)[21]. Selon Rouche, les auteurs des Chroniques mozarabes voient en outre dans cette victoire des Francs « l'espoir d'une libération possible de la domination politique de l'Islam »[19].

Contexte[modifier | modifier le code]

Conquêtes omeyyades précédentes[modifier | modifier le code]

Carte de l'expansion de l'islam. Le rouge sombre indique les conquêtes de 622 à 632, l'orange celles de 632 à 661 et le jaune celles de 661 à 750

Au début du VIIIe siècle, le califat omeyyade, grâce à une armée composée majoritairement de berbères islamisés[22], conquiert la péninsule Ibérique, puis la Septimanie, partie du Royaume wisigoth, qui avait échappé aux conquêtes des fils de Clovis Ier, y compris Narbonne.

Les gouverneurs à la tête de la Septimanie lancent alors des expéditions ponctuelles (ġazawāt) en Aquitaine pour s'emparer de butin. Eudes, duc d'Aquitaine et de Vasconie, se retrouve en première ligne. En 721, il parvient à arrêter les envahisseurs à Toulouse, allié pour la première fois aux Francs[23]. Quelques années plus tard, il s'allie au gouverneur omeyyade Munuza, subordonné du gouverneur d'al-Andalus, Ambiza. Munuza tente de se constituer une principauté indépendante en Cerdagne[24]. Nommé en 730, le nouveau gouverneur d'al-Andalus, ʿAbd ar-Raḥmān ibn ʿAbd Allāh al-Ġāfiqiyy, dirige alors une expédition punitive contre Munuza, qui est battu, et tué.

Environ une décennie après la défaite des Omeyyades à Toulouse en 721, ʿAbd ar-Raḥmān lance une nouvelle expédition au-delà des Pyrénées, principalement constituée de Berbères et de contingents recrutés dans la péninsule Ibérique[25]. Parmi les participants à l'expédition omeyyade, les chroniques mozarabes font la distinction entre « Sarrasins », Arabes venus d’Arabie et de Syrie notamment, plus anciennement islamisés, et « Maures », Berbères venus d'Afrique du Nord. Le nombre élevé de Berbères parmi les conquérants musulmans explique que ces derniers soient aussi globalement désignés sous le terme de Maures. L'incursion d'ʿAbd ar-Raḥmān n'a pas pour but principal la conquête mais le pillage[26]. Les Omeyyades envahissent l'Aquitaine, razzient le pays et prennent les faubourgs de la ville de Bordeaux. Eudes réunit une armée pour les contrer, mais il est battu entre la Garonne et la Dordogne et prend la fuite. Il appelle alors les Francs à l'aide, ce à quoi Charles Martel ne répond qu'après qu'Eudes lui a promis de se soumettre à l'autorité franque.

ʿAbd ar-Raḥmān continue son avancée, marche sur Poitiers, pille et peut-être incendie l’église Saint-Hilaire le Grand[27],[28]. Attiré par les richesses de l'abbaye de Saint-Martin[26],[29],[30] il se dirige ensuite vers Tours.

Cependant, Charles Martel, répondant à l'appel d'Eudes, marche aussi vers cette ville après avoir réuni une armée constituée principalement de fantassins francs. Après la Bataille de Vinchy, puis celle de Néry, en 719, il s'est imposé comme le maître des royaumes francs.

Bataille[modifier | modifier le code]

Lieu[modifier | modifier le code]

Le lieu de la bataille n'est pas connu, et pas moins de trente-huit sites prétendent être le lieu exact de la bataille[31]. Selon Carpentier, « On sait seulement que Charles Martel a remporté quelque part entre Poitiers et Tours, sur le territoire de Poitiers, un combat »[32].

L'appellation arabe de la bataille est, d’après une source du XIe siècle معركة بلاط الشهداء (maʿrakat Balāṭ aš-šuhadāʾ), « bataille du Pavé des Martyrs »[33],[34] traduite au XIXe siècle par Pavé ou Chaussée des martyrs. Selon cette traduction, la bataille aurait alors pu se passer sur l’ancienne voie romaine au Nord de Poitiers, dans la Vienne, et donc sur la rive droite du Clain[35]. C'est aussi l'hypothèse de Rouchel : *« le choc eut lieu sur la voie romaine de Poitiers à Tours, à Moussais »[19],[36].

Toutefois, l'historienne Françoise Micheau précise (en 2005) que la traduction de balat serait plutôt « palais » ou « édifice somptueux »[34] : cela la conduit à envisager que la bataille ait pu avoir lieu près de la riche abbaye de Saint-Martin de Tours[34]. (L'appellation "Bataille de Tours", toujours en vigueur en anglais, a longtemps eu cours en France[37].)

Deviosse souligne que la bataille ne se serait pas déroulée à proximité immédiate de Poitiers, car la forêt de Moulière aurait gêné les cavaliers omeyyades[38].

D’autres historiens préfèrent placer la bataille à Cenon-sur-Vienne, située au confluent de la Vienne et du Clain, d'autres entre Poitiers et Tours, à Preuilly-sur-Claise où des tombes mérovingiennes avaient été retrouvées au pied de l'ancienne abbatiale ou encore près de Ballan-Miré[39],[Note 3].

Pour James Derouet (défini par son éditeur comme passionné d'histoire, et non historien[40]) dans son livre 732 La grande bataille en Touraine dite bataille de Poitiers la bataille pourrait avoir eu lieu à l'est de Tours, le hameau dénommé « Fosse-Maure » (près de Luzillé), pourrait tenir son nom d’un éventuel charnier, car la dépression naturelle de ce vallon, se prête facilement à un ensevelissement massif de combattants :

« Avant le XIXe siècle, tous les vieux manuels d'histoire qualifiaient la bataille entre Charles Martel et Abd-Er-Rahman en 732, de « bataille de Tours ». Les Poitevins ont réussi à se l'accaparer et à faire changer la légende d'un tableau de Versailles représentant la victoire de Charles Martel. On avait inscrit Bataille de Tours, ils ont fait mettre Bataille de Poitiers.

Si en Poitou elle pourrait s'être déroulée au hameau de Moussais à Vouneuil-sur-Vienne, voir à Cenon-sur-Vienne, en Touraine, une douzaine de lieux sont évoqués. Des Landes de Charlemagne, à Saint-Martin-le-Beau, en passant par Razines, Sepmes, Villeperdue, Sainte-Catherine-de-Fierbois, Faye-la-Vineuse, Draché et Sainte-Maure, les emplacements proposés sont nombreux et étayés.

Pourtant quatre éléments essentiels n'ont jamais été évoqués par tous les érudits locaux. Tout d'abord le lieu avancé par les historiens arabes de la mort d’Abd-Er-Rahman à savoir sur la voie des martyrs et pouvant être le Chemin d’Espagne, passant par Reignac-sur-Indre et Amboise. Puis, aucun historien ne décrit les besoins démesurés en vivres de plus de sept cents tonnes, avec des forces en présence évaluées de 40 000 à 440 000 individus (selon les historiens), pour un combat durant sept jours. Seule la zone très fertile et très habitée entre Amboise et Loches, comme le confirment l’existence à cette époque de plusieurs dizaines d’églises, monastères et ateliers monétaires, dénommée la Champeigne Tourangelle, pouvait alors fournir les aliments et les fantassins.

Enfin, aucun écrivain ne cite le nombre important d’odonymes et de toponymes sur ce plateau entre le Cher et l’Indre, en lien avec cette bataille. En effet de nombreux lieux-dits reprennent les termes : Francs, Maures, Martel, Sarrasins, Chaussée, Guerriers, Singé mis surement pour singe, car en Touraine la voyelle « e » est remplacée souvent par « é ». Ainsi dit-on une ouée pour une oie, un poulétte pour un poulet, Cigogné pour une cigogne... »

Dates[modifier | modifier le code]

Si les nombreux détails donnés par les chroniqueurs permettent d'avancer certaines précisions sur la datation de l'affrontement, celle-ci reste débattue, les propositions oscillant entre 732 et 733, généralement située au mois d'octobre de ces deux années[41].

Selon les chroniqueurs européens, l'affrontement a lieu un samedi du mois d’octobre. Selon les chroniqueurs arabes, il a lieu le premier samedi du mois de ramadan 114 de l’hégire, soit après le 23 octobre 732. Le premier samedi est le 25, ce qui place alors la bataille au 25 octobre 732[42],[43]. Les historiens préférant placer la bataille de Poitiers l’année suivant celle de Bordeaux estiment que l’étendue du territoire à conquérir depuis les Pyrénées est trop vaste ; cependant, actuellement, on considère qu’il s’agit d’expéditions de razzia, et couvrir la distance entre les Pyrénées et la Vienne en moins de quatre mois semble raisonnable[2].

Léon Levillain et Charles Samaran datent eux la bataille du 11 octobre 732[44]. Ivan Gobry affirme pour sa part que la bataille a lieu le . Selon lui, seule la Chronique de Moissac, rédigée un siècle après l’événement, donne 732. Le continuateur de Frédégaire, contemporain de la bataille, et le chroniqueur castillan Rodrigo Jiménez de Rada, archevêque de Tolède du XIIIe siècle, avancent également la date de 733. Cette date est confirmée par les auteurs arabes de l'époque qui fixent l'événement à l'année 115 de l’hégire[45]. L'abbé Joseph-Épiphane Darras (1825-1878) rapporte qu'il est écrit dans un manuscrit des Annales de Hildesheim que la bataille a lieu un samedi, donnant pour quantième un jour d'octobre dont la première lettre est effacée, mais dont la suite est VII[46]. Il se trouve qu'aucun samedi d'octobre de l'année 732 n'est le 17 ou le 27, mais le 17 octobre 733 est bien un samedi[47].

Au début du XXIe siècle, si l'historien Peter Brown situe la bataille en 733[48], pour des médiévistes comme Paul Fourcare[49] ou Carole Hillenbrand[50] la question reste ouverte et les deux années sont envisageables.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Selon William Blanc et Christophe Naudin, « La Chronique mozarabe est la seule source à détailler l'affrontement »[51].

La bataille de Poitiers vue par un livre d'histoire pour la jeunesse en 1880.

Pendant une semaine des manœuvres et des escarmouches ont lieu[19], aux confins du Poitou et de la Touraine[52]. Après ces escarmouches, l’affrontement décisif a lieu, sur deux jours. Abd el-Rahman lance sa cavalerie sur les Francs. Ceux-ci, formés en palissade « comme un mur immobile, l'épée au poing et tel un rempart de glace », les lances pointées en avant des boucliers, attendent le choc[53]. Il semble que l'image ait quelque chose de juste dans la mesure où c'est bien la solidité des lignes franques qui impressionna les troupes arabo-berbères. La mêlée s'engage et les Francs parviennent à faire refluer leurs opposants. Mais ceux-ci n'ont pas l'occasion d'attaquer une seconde fois car de leur côté les Vascons, commandés par Eudes, prennent l'ennemi à revers et se jettent sur le camp musulman. Croyant leur butin et leurs familles[54] menacés, les combattants maures regagnent leur campement. Ils subissent de lourdes pertes et Abd el-Rahman est tué. Les survivants, obligés de regagner le Sud des Pyrénées furent attaqués par les Vascons au passage des cols[23].

Le lendemain, au point du jour, Charles donne l'ordre d'attaquer, mais le camp est vide, les musulmans ont fui dans la nuit[52].

Selon une légende locale à la région du Haut Quercy, Abd el-Rahman n'aurait pas été tué à la bataille de Poitiers mais aurait simplement reflué vers ses bases arrière de Narbonne. Poursuivi par les troupes franques de Charles Martel, il aurait été tué et son armée exterminée lors d'une bataille livrée à Louchapt au pied de la falaise du Sangou, dans le Lot, en 733. L'hôtel de ville de la commune de Martel aurait été construit, selon aussi une légende locale, sur le lieu même de la bataille[55].

Explications de la défaite arabe[modifier | modifier le code]

Rouche (1979), tirant son interprétation directement du récit de l'Anonyme de Cordoue[56], estime que « Les troupes de Charles Martel sont, en effet, toujours composées de fantassins à la bataille de Poitiers, de manière quasi-exclusive »[57]. Plus récemment, pour Clot (2006)[54], un des facteurs de la défaite réside dans l'éloignement des Sarrasins de leurs bases. De plus, l'armée sarrasine était composée en majorité de Berbères d'Afrique du Nord venus avec leur famille ce qui gênait les manœuvres militaires et retardait les mouvements, les hommes devant protéger leurs femmes et leurs enfants. Enfin, toujours selon Clot, le duc d'Aquitaine aurait attaqué lors du combat final le camp où étaient rassemblées les familles, entraînant la débandade des Sarrasins. Toutefois, Blanc et Naudin établissent que l'idée que les Sarrazins sont venus à Poitiers accompagnés de leur famille remonte à Paul Diacre, qui, écrivant à partir de 786, pensait à l'invasion de l'Aquitaine, et non à la bataille de Poitiers[58].

James G. Patterson, dans un article intitulé The Myth of the Mounted Knight[59], résume les travaux de Victor Davis Hanson sur la supériorité de la cavalerie franque mais conclut que « le problème que pose la bataille de Poitiers vis-à-vis de cette interprétation traditionnelle est que les Francs combattaient à pied, et non à cheval. Vague après vague, la cavalerie musulmane s'est écrasée contre la phalange franque et a été brisée. En effet, ce sont la supériorité de leur armure comprenant une cotte de mailles à mailles annulaires renforcées de mailles plates, et la discipline qui furent déterminantes pour la victoire de Martel »[60].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Cette défaite marque le terme de l’expansion musulmane vers le nord et favorise les ambitions de Charles. En répondant à l’appel à l’aide du duc Eudes d'Aquitaine, il a profité de l’avancée des troupes musulmanes pour intervenir dans une région qui refusait de se soumettre à son autorité. Fort de sa victoire, Charles s’empare de Bordeaux et met un pied en Aquitaine, sans la soumettre immédiatement : à la mort d’Eudes, ce sont les fils de celui-ci qui lui succèdent. À la suite de la bataille, les troupes musulmanes ne sont pas chassées de Gaule : allié aux Lombards, Charles Martel doit encore faire campagne contre elles en Provence et Septimanie entre 737 (il soumet le patrice Mauronte, allié des Sarrasins, et par ailleurs bat le nouveau gouverneur omeyyade lors de la bataille de la Berre, au sud de Narbonne) en 737[61]

Ainsi, la victoire de Poitiers entraîne non pas le départ définitif des musulmans (échec du siège de Narbonne, la ville restera dirigée par un gouverneur omeyyade jusqu’en 759), mais l’intervention systématique des Francs, seuls capables de s’opposer à eux. Si l’expansion musulmane est stoppée, notamment dans le Sud-Ouest, les raids musulmans se poursuivent sur plusieurs décennies. Charlemagne bat vers 800, à la bataille du bois des Héros (en Saintonge), une troupe musulmane qui razziait le pays. Des forteresses provençales servent de base à des incursions dans le pays jusqu’à la fin du Xe siècle (voir bataille de Tourtour).

Michel Rouche considère en définitive Eudes d'Aquitaine comme le véritable vaincu de Poitiers. Le prestige apporté par cette victoire aux Pépinides a pu faciliter, quelques années plus tard, l’éviction politique des Mérovingiens[2].

Selon l'historien allemand Karl Ferdinand Werner, la Provence a été bouleversée par les exactions de Charles Martel. Werner envisage également que le surnom « Martel-Marteau » puisse venir de la brutalité impitoyable de la répression de Charles, qui agit comme un marteau qui écrase tout, plutôt que de sa technique de combat contre les musulmans[62].

Importance de la victoire[modifier | modifier le code]

Le débat historique sur l’importance réelle[63] de la bataille est apparu à la fin du XIXe siècle, au moment où elle connaissait une grande popularité. Le consensus historique concernant l'affrontement dénommé « bataille de Poitiers » n'est pas aisé à atteindre dès que l'on élargit le débat à l'ensemble du pourtour méditerranéen[64].

L'appréciation contemporaine[modifier | modifier le code]

Pour l'historien belge Henri Pirenne, l'affrontement se résume à une contre-razzia : « on n'évita probablement rien de plus qu'un pillage en règle »[65]. À ce point de vue, s'oppose Pascal Buresi (directeur de recherche au CNRS) qui considère que « Cette défaite marque le terme de l'expansion musulmane médiévale en Occident et a d'importantes conséquences [en permettant à Charles Martel et aux Francs d'] intervenir [systématiquement] dans une région qui refusait de se soumettre à son autorité » et dans l'ensemble du Sud de la France[66].

Selon Françoise Micheau, spécialiste de l'histoire du Proche-Orient arabe, l'expédition d’Abd el-Rahman avait pour but essentiel le butin, non la conquête. « Il s'agissait pour les Arabes de Cordoue d'une expédition (en arabe ghazwa) visant à piller les richesses de la Gaule, mais non d'une « invasion » »[67]. L'historien Jean Deviosse et Élisabeth Carpentier, professeur honoraire d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Poitiers, nuancent cet argument : les razzias représentaient aussi un moyen de connaître le terrain, et plusieurs années de razzias réussies aboutissaient après quelque temps à une conquête définitive[68],[69].

Deviosse fait remarquer aussi l'organisation tactique de l'expédition de 732. Il s’agit d’une opération combinée entre marine et cavalerie arabes. Une flotte débarque une armée arabe en Camargue, qui remonte la vallée du Rhône jusqu’à Sens, assiégée et conquise[70], pendant que d’un autre côté, Abd el-Rahman passe les Pyrénées du côté le plus éloigné. Il compte ainsi obliger ses adversaires à se diviser et parcourir de longues distances pour l’arrêter. Abd el-Rahman demande également à ses hommes d’abandonner une partie du butin pour être plus efficaces lors de la bataille (demande rejetée par les troupes). Il a surtout accepté la bataille, qu'il aurait pu refuser s’il ne venait que pour le butin, déjà considérable.

Selon l'historien espagnol Emilio Gonzalez Ferrin, la bataille de Poitiers relève du mythe. Le VIIIe siècle est un siècle de guerre civile en Hispanie où les seigneurs de guerre, qui se déchirent autour des successions wisigothes, sont bien trop occupés à consolider leur position locale pour aller s'aventurer au delà des Pyrénées. En outre, l'Hispanie n'est ni arabisée ni islamisée à cette date pour parler d'« invasion arabe », L'arabisation et l'islamisation de la péninsule se fait par influence tout au long du VIIIe siècle et ne devient palpable qu'au cour de la seconde moitié du siècle avec la formation du premier Émirat de Cordoue par Abd al-Rahman Ier, bien après la supposée bataille de Poitiers. Il ne s'agit encore que d'un Émirat (contrairement au présent article qui mentionne déjà un califat), le Califat ne sera affirmé que bien plus tard par son lointain successeur Abd al-Rahman III au début du Xe siècle. Pour Gonzalez Ferrin, les mouvements au delà des Pyrénées s'expliquent plus par la fuite que par la conquête. Ils supposent une vraisemblable émigration de réfugiés du fait des conflits et de la famine dans la péninsule. Une « invasion » arabe a plus de sens sur la côte méditerranéenne par débarquement maritime, comme ce fut possiblement le cas sur le massif des Maures. Il note en outre l'absence de témoignages contemporains aux batailles du Guadalete en 711 et de Poitiers en 732 pour étayer la théorie d'une invasion arabe fulgurante. Les chroniques arabes qui les content, prennent forme plus d'un siècle et demi plus tard et cherchent plus à légitimer la filiation orientale du pouvoir récemment mis en place, qu'à établir une quelconque vérité historique.[71] La défense d'Emilio Gonzalez Ferrin des postulats liés au déni de la conquête de la péninsule ibérique par les musulmans (initialement inventé par Ignacio Olagüe), a néanmoins été dénoncée comme un exemple de légitimation académique du déni et une fraude historiographique[72],[73]

Une victoire parmi d'autres[modifier | modifier le code]

En fait, la bataille de Poitiers semble s'inscrire dans un contexte général d'essoufflement de la conquête arabe, après un siècle de victoires. En effet, si les Arabes parviennent à conquérir les grandes îles de Méditerranée occidentale en 720-724, ils échouent dans leur second siège de Constantinople en 718. L'échec de la prise de Constantinople préserve l'existence de l'Empire byzantin, qui agit comme rempart contre l'expansion musulmane en Europe jusqu'au XVe siècle, quand l'Empire ottoman finit par prendre Constantinople. Le succès dans la défense de Constantinople a été associé par de nombreux chroniqueurs à celui de la bataille de Poitiers. L'historien Paul K. Davis écrit qu'« en repoussant l'invasion musulmane, l'Europe reste aux mains des chrétiens et plus aucune menace musulmane sérieuse n'intervient jusqu'au XVe siècle. Cette victoire [de Constantinople] coïncide avec la victoire franque à Poitiers, limitant l'expansion occidentale de l'islam au sud de la Méditerranée »[74].

La taille même de l’Empire pose des difficultés pour le gouverner : des révoltes kharidjistes éclatent en Mésopotamie et en Syrie (724-743), qui provoquent l’abandon de Damas par le calife pour Resafa, ou encore en 740 pour le Maroc. Les Omeyyades sont renversés en 750 par les Abbassides. Cordoue devient le centre d'un émirat autonome dont le pouvoir se limite à la péninsule Ibérique. « Ces crises du milieu du VIIIe siècle scellent la fin des conquêtes arabes en Gaule, comme dans l'Empire byzantin et en Asie centrale »[75].

Deviosse réplique toutefois que la victoire a dû être importante pour deux raisons :

  • la victoire est telle que les envahisseurs abandonnent leur butin ;
  • aucune autre expédition musulmane d’envergure n’a pu atteindre le cœur de la Gaule par la suite.

Enfin, et peut-être surtout, pour Élisabeth Carpentier, la victoire est importante pour les Francs du Nord de la Gaule. Vue d’Occident, la progression de la conquête musulmane paraissait inexorable ; or le premier combat des Francs contre les Arabes est une victoire (Eudes commande les Aquitains), suivie d’autres victoires, et empêche toute nouvelle attaque par la suite. Cette victoire n'est donc pas le mythe qu’on en a fait, et si Charles Martel ne sauve pas « la France » — qui n’existe pas encore — il change le destin de la Gaule, et donc prépare la France qui lui succède. Cette bataille n’est pas un mythe, mais un symbole historique[76].

Cette bataille n'est pas synonyme de la fin de la présence sarrasine au nord des Pyrénées. La présence arabe est enregistrée entre 719 et 759 dans la province de Septimanie avec Narbonne pour capitale, et des raids et razzias ont lieu sur cette région et en Provence entre 890 et 973[77]. La dernière bataille serait celle de Tourtour en 973.

Le symbole historique[modifier | modifier le code]

À l'époque de l'événement[modifier | modifier le code]

La victoire de Charles l'a renforcé, et a sans doute contribué à l’élimination des Mérovingiens au profit des Carolingiens.

Bède le Vénérable, moine anglo-saxon, a vu dans la victoire de Charles un châtiment de Dieu[78]. Toutefois, selon John Tolan (p. 120), c'est de la bataille de Toulouse que parle Bède, qui écrit plusieurs années avant la bataille de Poitiers. Charles n'est aucunement mentionné.

Aucune source de l'époque ne voit dans cette bataille une occasion de défendre la chrétienté.

Au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Si la bataille reste célèbre tout au long du Moyen Âge, elle n’acquiert cependant pas immédiatement le statut de symbole. L’Espagne musulmane n’est pas une menace pour les Francs des IXe et XIe siècles. De plus, la figure de Charles Martel s’efface derrière celle de Charlemagne, qui a lui-même combattu les Maures. Enfin, l’Église, principale productrice de livres, ne cherche pas à mettre en avant un bâtard qui a mis la main sur de nombreux biens d’Église[79].

La victoire de Charles Martel à Poitiers sera rappelée et mythifiée au XVIe siècle, au moment où l’Empire ottoman menace l’Empire de Charles Quint[80]. On peut aussi évoquer l’épée de Charles Martel, miraculeusement retrouvée par Jeanne d’Arc à Sainte-Catherine-de-Fierbois.

À l'époque moderne[modifier | modifier le code]

Voltaire, qui moque les exagérations autour du récit de la bataille, conclut dans son Essai sur les mœurs : « Sans Charles Martel […], la France était une province mahométane » mais pour regretter qu'elle ne le soit pas, au regard, selon lui, des siècles d'obscurantisme chrétien[81].

À l'époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, le patriotisme français voit dans la bataille de Poitiers un événement fondateur de la nation, et les anticléricaux préfèrent Charles Martel à Clovis, davantage associé à l’Église. La conquête des colonies en terres musulmanes popularise également la victoire contre des musulmans. À la fin du XIXe siècle, la bataille de Poitiers est également célébrée comme la capacité de la France à bouter du pays tout envahisseur hors de ses frontières, à l'heure où l'occupation de l'Alsace-Lorraine suscitait une vive rancœur, l'ennemi n'était plus arabe mais allemand. Outre-Rhin et en Angleterre, à l’heure des théories raciales, cette victoire d’Européens sur des Africains est aussi revendiquée par les Anglais et les Allemands, ces derniers rappelant que les Francs étaient un peuple germanique[82]. À partir de ce siècle, l'année 732 est présentée comme moment de la construction nationale et l'école de la IIIe République exalte l'épisode tout en évacuant l'aspect chrétien et européen des discours antérieurs.

Au XXe siècle, des points de vue opposés se font jour[réf. nécessaire]. Dans un roman d'Anatole France, auteur anticlérical, Monsieur Dubois, un personnage qui aime à scandaliser[83], dit à Madame Nozière que « le jour le plus funeste de l'histoire » est « le jour de la bataille de Poitiers, quand, en 732, la science, l'art et la civilisation arabes reculèrent devant la barbarie franque »[84]. Mais rien dans le texte ne laisse penser que cela soit la position d'Anatole France.

En 1942, Adolf Hitler déclare à l'envoyé saoudien Khalid al Hud al Qargani : « Si à Poitiers Charles Martel avait été battu, le monde aurait changé de face. Puisque le monde était déjà condamné à l'influence judaïque, il aurait mieux valu que l'islam triomphe. Cette religion récompense l'héroïsme, promet au guerrier les joies du septième ciel… Animé d'un esprit semblable, les Germains auraient conquis le monde. Ils en ont été empêchés par le christianisme[85]. » Hitler considérait les musulmans comme des alliés dans sa lutte contre le judaïsme mondial.

L’image de l’arrêt d’une invasion à Poitiers reste populaire en France : pendant la Seconde Guerre mondiale, les résistants créent la brigade Charles Martel en Indre et Indre-et-Loire (brigade devenue ensuite la 25e DI des FFI). Durant la guerre d'Algérie, les commandos de l’Organisation armée secrète (OAS) prirent également le nom de Charles Martel.

Actuellement[modifier | modifier le code]

L'ouvrage de Blanc et Naudin montre à quel point il est important de revenir sur la bataille de Poitiers dans la mesure où elle est devenue un symbole fort, aux yeux de ceux qui analysent notre temps comme une confrontation entre l’Occident et l’Islam[86] et ce, quoique les sources contemporaines ne mettent pas en avant de dimension religieuse au conflit.

Aux États-Unis, Samuel Huntington qui expose dans un article[87] puis dans son ouvrage controversé, Le Choc des civilisations, la thèse d’un "affrontement pluriséculaire de grands blocs de civilisations" et en particulier entre un bloc occidental et un bloc musulman, cite la bataille de Poitiers comme ayant été décisive dans ce dernier affrontement[88].

Blanc et Naudin montrent que la bataille de Poitiers est devenue un symbole aussi pour certains républicains américains[89].

En France, les mêmes rappellent que le symbole a été réutilisé par le Front national qui a pris comme titre d’une affiche « Martel 732, Le Pen 2002 » lors de l'élection présidentielle française de 2002[90] tandis que le magazine Valeurs actuelles daté du 5 décembre 2013 titrait en couverture « Notre histoire massacrée. Les héros français piétinés par la gauche » avec comme illustration Charles Martel brandissant sa masse et foulant l'ennemi aux pieds[91]. Blanc et Naudin s'opposent également aux idées défendues par ce magazine selon lesquelles Charles Martel aurait disparu des manuels scolaires, dans leur ouvrage et sur leur site[92].

Mohammed Arkoun souligne que la difficulté à "ramener la bataille à sa juste place" tient au fait que la bataille est devenue un mythe mis au service d'une vision qui "fonde la nation française, la civilisation chrétienne, l'identité européenne sur la mise en scène du choc des civilisations et l'exclusion de l'Autre"[21]. Pour Suzanne Citron, l’imaginaire de la bataille fonctionnerait dans l'« inconscient des pulsions racistes anti-arabes et dans l'illusion d'une supériorité de la civilisation catholique et blanche »[93].

Plus généralement, « la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle voient donc l’apparition d’une nouvelle utilisation de la bataille de Poitiers et ce dans un contexte nouveau marqué par la fin de la guerre froide, les interventions militaires occidentales répétées dans les pays du Moyen-Orient, le développement du terrorisme islamiste et le rejet de plus en plus important des populations musulmanes […] vivant dans des pays occidentaux »[94].

On trouve aussi un auteur musulman qui va jusqu'à nier l'existence de la bataille de Poitiers[95] : cet ouvrage fait l'objet d'une critique sévère[96].[pertinence contestée]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le rappeur Salif fait référence à cette bataille dans une de ses chansons. Le groupe Zebda évoque également cet épisode de manière ironique dans le titre France 2 (Album Le Bruit et l'Odeur, 1995) : « Mais qui dit Français, dit pas qu'à Poitiers on ait tout paumé. » Le rappeur Tunisiano du groupe Sniper y fait aussi référence dans le titre Paname All Star (album Gravé dans la roche, 2003) dans : « Aujourd'hui les bicots (Arabes) ont dépassé Poitiers ». Quelquefois, la bataille est utilisée pour viser une personnalité politique de la droite ou de l'extrême-droite. Ainsi Mister You, sur son album Dans ma grotte en 2011, assimile Jean-Marie Le Pen à Charles Martel dans ces termes : « C'est Jean-Marie l'borgne s'prend pour Charles Martel / il dépasse les bornes et quand on nous provoque / beh nous on fout le bordel ». En 2013, le groupe IAM, dans sa chanson Pain au chocolat (en référence à une déclaration potentiellement islamophobe qui impliquait une anecdote sur un pain au chocolat), cible Jean-François Copé en dénonçant une « recette de maître Machiavel / recalibrée en mode Charles Martel ».

Le tableau Bataille de Poitiers (1837), peint par Charles de Steuben, a été utilisé comme pochette de l'album Charles Martel par le groupe de rock anticommuniste Brutal Combat, qui a aussi composé un morceau nommé Charles Martel.

Le mouvement politique Génération identitaire occupa également symboliquement la mosquée de Poitiers en cours de construction, en octobre 2012[97].

Le groupe de black metal nationaliste français Peste noire fait référence à Charles Martel (et indirectement à cette bataille) dans le morceau Casse, Pêches, Fracture et Tradition issu de l'album L'Ordure à l'état pur (« Ouais ouais pour toi mon grand Carlo / Les faux repartiront par l’eau »).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'autres estimations plus élevées existent, allant de 20 000 à 25 000 hommes.[réf. nécessaire]
  2. D'autres estimations avancent 50 000 ou 80 000 hommes.[réf. nécessaire]
  3. À une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Tours, sur le lieu-dit des landes de Charlemagne en raison des armes qui y avaient été retrouvées. Voir à ce sujet : André-Roger Voisin, La bataille de Ballan-Miré : dite bataille de Poitiers, 732, Société des Écrivains associés, , 195 p. (ISBN 978-2-84434-606-3).

Références[modifier | modifier le code]

  1. AbdurRahman Ali El-Hajji, The Andalusian History, from the Islamic conquest till the fall of Granada 92–897 A.H. (711–1492 C.E.), Dar Al-Qalam, Damas, Beyrouth, seconde Édition, pages 198-199.
  2. a b et c Dr Abd Al-Fattah Muqallid Al-Ghunaymi, Balat Al-Shuhada battle, in Islamic and European history, Alam Alkotob, Caire, Égypte, première édition (ISBN 977-232-081-9), page 77.
  3. a et b Estimations de Terry L. Gore dans Neglected Heroes: Leadership and War in the Early Medieval Period.
  4. a et b Hanson, 2001, p. 141.
  5. Aude Cirier, La bataille de Poitiers : Charles Martel, la naissance d'une figure héroïque, 50 minutes, coll. « Grandes batailles », , 32 p. (ISBN 978-2-8062-5609-6, lire en ligne).
  6. (en) Bernard Bachrach, Early Carolingian Warfare : Prelude to Empire, Philadelphia (Pa.), University of Pennsylvania Press, , 430 p. (ISBN 0-8122-3533-9, présentation en ligne), p. 276.
  7. Fouracre, 2002, p. 87, Vita Eucherii, ed. W. Levison, Monumenta Germaniæ Historica, Scriptores Rerum Merovingicarum VII, p. 46–53, ch. 8, p. 49–50 ; Gesta Episcoporum Autissiodorensium, extracts ed. G. Waitz, Monumenta Germaniæ Historica, Scriptores XIII, p. 394–400, ch. 27, p. 394.
  8. Philippe Sénac Musulmans et Sarrasins dans le Sud de la Gaule du VIIIe au XIe siècle, Paris, Le Sycomore, 1980
  9. Philippe Sénac Les Carolingiens et al-Andalus, VIIIe-IXe siècle, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002
  10. Carpentier 2013.
  11. Rouche 1979, p. 114-115, 361, 458.
  12. Rouche utilise dans son texte comme nom de l'événement : « bataille de Poitiers » mais indexe les passages qui y sont relatifs sous la dénomination « Moussais-la-bataille ».
  13. Edward Gibbon, Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, t. 10, Lefèvre, (lire en ligne), p. 368
  14. La question de l'origine du surnom "Martel" fait l'objet d'une étude approfondie figurant en annexe de l'ouvrage de Blanc et Naudin (p. 269-277).
  15. Philippe Sénac, Charlemagne et Mahomet, Gallimard, , 437 p. (ISBN 978-2-07-035794-9), p. 81
  16. Les Annales Laureshamenses reprennent les Annales mosellani : « 732. Karlus pugnavit contra Saracinos die sabbati ad Pictavis civitatem. »
    Les Annales Laurissenses minores reprennent la Chronique de Frédégaire et plus précisément celle du deuxième continuateur de Frédégaire :
    « Le duc Eudes s’étant écarté du traité qu’il avait conclu [731], le prince Charles en fut instruit par des messagers. Il leva une armée, passa la Loire, mit le duc Eudes en déroute, et enlevant un grand butin de ce pays, deux fois ravagé par les troupes dans la même année, il retourna dans le sien. Le duc Eudes, se voyant vaincu, et couvert de confusion, appela à son secours, contre le prince Charles et les Francs, la nation perfide des Sarrasins ; ils vinrent avec leur roi nommé Abdérame, passèrent la Garonne, marchèrent vers Bordeaux, et incendiant les églises, massacrant les habitants, ils s’avancèrent jusqu’à Poitiers. Là, après avoir livré aux flammes la basilique de Saint-Hilaire, chose bien douloureuse à rapporter, ils se préparèrent à marcher pour détruire celle de Saint-Martin de Tours. Le prince Charles se disposa vaillamment à les combattre, accourut pour les attaquer, renversa leurs tentes par le secours du Christ [732], se précipita au milieu du carnage, tua leur roi Abdérame, et détruisit complètement l’armée de ses ennemis. » (http://remacle.org/bloodwolf/historiens/gregoire/fregedaire.htm#V)
  17. Goderniaux, Alexandre, « Eique victoria provenit in omnibus. De Charlemagne à Henri IV : appropriations analogiques des exploits militaires des Pippinides et des Carolingiens par Sigebert de Gembloux durant la Querelle des Investitures », Revue belge de Philologie et d'Histoire, Persée - Portail des revues scientifiques en SHS, vol. 93, no 3,‎ , p. 753–769 (DOI 10.3406/rbph.2015.8804, lire en ligne, consulté le 2 août 2020).
  18. Tolan, John, Les Sarrasins, p. 120
  19. a b c et d Rouche 1979, p. 114
  20. Jean de Jaurgain, La Vasconie : étude historique et critique sur les origines du royaume de Navarre, du duché de Gascogne, des comtés de Comminges, d'Aragon, de Foix, de Bigorre, d'Alava & de Biscaye, de la vicomté de Béarn et des grands fiefs du duché de Gascogne, t. 1, PyréMonde (Ed.Régionalismes), , 447 p. (ISBN 2846181446 et 9782846181846, OCLC 492934726, lire en ligne), p. 81
  21. a et b Arkoun 2006, p. 15.
  22. Guichard 2000, p. 22.
  23. a et b Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque : Préhistoire-Époque Romaine-Moyen-Âge, t. 1, Donostia / Bayonne, Elkarlanean, , 492 p. (ISBN 2913156207 et 8483314010, OCLC 41254536), p. 142-144.
  24. Alain Corbin (dir.) et Françoise Micheau, 1515 et les grandes dates de l'histoire de France : revisitées par les grands historiens d'aujourd'hui, Paris, Seuil, , 475 p. (ISBN 2-02-067884-5), p. 36.
  25. Carpentier 2000, p. 42.
  26. a et b (en) Anthony Pagden, Worlds at War : The 2,500-Year Struggle between East & West, Oxford, Oxford University Press, , 548 p. (ISBN 978-0-19-923743-2 et 0-19-923743-3, présentation en ligne), p. 157.
  27. Sophie Chautard, Les grandes batailles de l'histoire, Levallois-Perret, Studyrama, coll. « Perspectives », , 341 p. (ISBN 2-84472-659-3, lire en ligne), p. 70.
  28. Philippe Sénac, Les Carolingiens et al-Andalus : (VIIIe – IXe siècles), Paris, Maisonneuve & Larose, , 154 p. (ISBN 2-7068-1659-7), p. 30.
  29. (en) Franco Cardini, Europe and Islam, Blackwell Publishing, coll. « The Making of Europe », , 252 p. (ISBN 0-631-22637-0, lire en ligne), p. 10-11.
  30. Stéphane Lebecq, Les origines franques, éditions du seuil, 1990, p. 201/318.
  31. Franck Ferrand, « La Bataille de Poitiers » sur Europe 1, 10 octobre 2012.
  32. Carpentier 2013, p. § 4.
  33. Dalil Boubakeur, Les Défis de l'islam, Paris, Flammarion, , 241 p. (ISBN 2-08-067997-X, lire en ligne), p. 88.
  34. a b et c Grunberg 2013, p. 56-57.
  35. Carpentier 2000, p. 15.
  36. hameau de Moussais (renommé Moussais-la-Bataille), sur l'actuelle commune de Vouneuil-sur-Vienne, entre Châtellerault et Poitiers.
  37. Voir "Bataille de Tours (oct. 732) Par M. Steuben en 1837", Notice des peintures et des sculptures du palais de Versailles, 1837 (ark:/12148/bpt6k6438463c) et le Bulletin trimestriel de la Société archéologique de Touraine, tome XXII (1923) : procès-verbal de la séance du 26 avril 1922, p. 63 : "M. Vincent signale le fait suivant M. Duplantin, sénateur de la Vienne, a fait changer d'office l'inscription d'un tableau de Versailles, représentant la victoire de Charles Martel. On avait inscrit : Bataille de Tours. Il a fait mettre : Bataille de Poitiers. M. Vincent reprend la suite de l'invasion générale, et de l'expédition limitée d'une armée de 50 000 hommes qui prit Bordeaux et marcha sur Tours. Il conclut par le vœu d'élever une stèle à Miré, dans les landes, dites de Charlemagne."
  38. Deviosse 2006, p. 162-165.
  39. André-Roger Voisin, La bataille de Ballan-Miré : dite bataille de Poitiers, 732, Société des Écrivains associés, , 195 p. (ISBN 978-2-84434-606-3).
  40. https://www.petitpave.fr/petit-pave-auteur-james-derouet-252.html
  41. (en) Paul Fouracre, « Writing about Charles Martel », dans Pauline Stafford, Janet L. Nelson et Jane Martindale (éds.), Law, Laity and Solidarities, Manchester University Press, , p. 13.
  42. Guichard 2000, p. 34.
  43. Pierre Riché, Les Carolingiens : Une famille qui fit l'Europe, Paris, Hachette Littératures, coll. « Pluriel », , 490 p. (ISBN 2-01-278851-3), p. 59.
  44. Léon Levillain et Charles Samaran, « Sur le lieu et la date de la bataille dite de Poitiers de 732 », Bibliothèque de l'École des chartes, Paris, Société de l'École des chartes, vol. 99,‎ , p. 243-267 (DOI 10.3406/bec.1938.452462, lire en ligne).
  45. Ivan Gobry, Charlemagne : Fondateur de l'Europe, Monaco, Éditions du Rocher, , 314 p. (ISBN 2-268-03407-0, lire en ligne), p. 22.
  46. « Histoire générale de l'Église », Histoire générale de l'Église, Paris, vol. XVII,‎ , p. 32-33.
  47. Ivan Gobry, Pépin le Bref, collection « Histoire des rois de France », éditions Pygmalion, page 41.
  48. (en) Peter Brown, The Rise of Western Christendom : Triumph and Diversity, A.D. 200-1000, John Wiley and Sons, , p. 319, 410.
  49. (en) Paul Fourcare, The age of Charles Martel, Longman, , p. 92.
  50. (en) Carole Hillenbrand, « Muhammad and the rise of islam », dans Paul Fouracre (éd.), The New Cambridge Medieval History, vol. I, Cambridge University Press, , p. 337.
  51. Charles Martel et la Bataille de Poitiers, p. 74. Les auteurs citent in extenso le passage concerné.
  52. a et b Carpentier 2000, p. 16.
  53. Adriaan Vehulst, « La construction carolingienne » tiré de Histoire de la France des origines à nos jours sous la direction de Georges Duby, Larousse, 2007, page 194.
  54. a et b Clot 2006, p. 33.
  55. Les origines de Martel (Lot).
  56. « L’anonyme de Cordoue précise qu’après la victoire, les Francs […] retournèrent chez car « ces peuples ne se soucient nullement de la poursuite » ».
  57. Rouche 1979, p. 361.
  58. Charles Martel et la bataille de Poitiers, p. 71
  59. (en) Stephen J. Harris et Bryon Lee Grigsby, Misconceptions about the Middle Ages, Routledge, , 298 p. (ISBN 978-0-415-77053-8 et 0-415-77053-X, lire en ligne), p. 90-91.
  60. The problem posed by Poitiers for this traditional interpretation is the fact that the Franks fought on foot, not on horseback. Wave after wave of Muslim cavalry crashed against the Frankish phalanx and were broken. Indeed, superior armor, both chain mail and scale, and discipline were central in Martel's victory.
  61. Jean-Marc Albert, Petit Atlas historique du Moyen Âge, Armand Colin, , 176 p. (ISBN 978-2-200-24221-3), p. 40.
  62. Karl Ferdinand Werner, Les Origines : Avant l'an mil, Paris, Le Livre de poche, coll. « Histoire de France », (réimpr. 1996) [détail des éditions] (ISBN 978-2-253-06203-5).
  63. Salah Guemriche, « Comment le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers en 732 s’est installé », lemonde.fr, 5 juin 2015.
  64. Article de Max Lejbowicz à propos du livre de Nas E. Boutammina.
  65. Henri Pirenne, Naissance de l'Occident, p. 327.
  66. BURESI, « POITIERS BATAILLE DE (732/33) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2017.
  67. Françoise Micheau, « 732, Charles Martel, chefs des Francs, gagne sur les Arabes la bataille de Poitiers », dans Alain Corbin (dir.), 1515 et les Grandes dates de l'histoire de France, Seuil, 2005, page 35.
  68. Deviosse 2006, p. 168-169.
  69. Carpentier 2000, p. 44.
  70. Deviosse 2006, p. 162.
  71. (es) Emilio Gonzalez Ferrin, Historia general de Al-Andalus, Espagne, Almuzara, (ISBN 978-84-16776-18-4)
  72. (es) Alejandro García Sanjuán, « La creciente difusión de un fraude historiográfico: la negación de la conquista musulmana de la península ibérica », Universidad de Huelva, Huelva, no 7,‎ , p. 173-193 (ISSN 2254-6901, DOI 10.18239/vdh_2018.07.10, lire en ligne)
  73. (es) Patricia R. Blanco, « El “fraude” que intenta tergiversar la historia de Al Andalus », sur El País,
  74. (en) Paul K. Davis, « Constantinople : August 717-15 August 718 », dans 100 Decisive Battles : From Ancient Times to the Present, Oxford University Press, , 99 p. (ISBN 0-19-514366-3).
  75. François Micheau, op. cit., p. 36.
  76. Carpentier 2000, p. 46-47.
  77. Philippe Sénac, « Musulmans et Sarrasins dans le sud de la Gaule du VIIIe au XIe siècle », Sycomore, 1980, p. 47, et « Les Musulmans en Provence au Xe siècle » dans Histoire de l'Islam et des musulmans en France du Moyen Âge à nos jours, Albin Michel, 2006, p. 26.
  78. Carpentier 2000, p. 20.
  79. Carpentier 2000, p. 34-35.
  80. Carpentier 2000, p. 35-36.
  81. Voir sur franceculture.fr.
  82. Carpentier 2000, p. 36-38.
  83. Voir sur wikisource.org.
  84. « Monsieur Dubois demanda à Madame Nozière quel était le jour le plus funeste de l'histoire. Madame Nozière ne le savait pas. C'est, lui dit Monsieur Dubois, le jour de la bataille de Poitiers, quand, en 732, la science, l'art et la civilisation arabes reculèrent devant la barbarie franque », Anatole France, Œuvres IV, La vie en Fleur (1922), Gallimard, 1994, p. 1 118
  85. Adolf Hitler, Libres propos sur la guerre et la paix recueillis sur l’ordre de Martin Bormann, Flammarion, 1954, 28 août 1942, p. 297.
  86. Carpentier 2000, p. 47.
  87. (en) Samuel P. Huntington, « The Clash of Civilizations? », sur Foreign Affairs, (consulté le 2 août 2020).
  88. Blanc et Naudin 2015, p. 17-18.
  89. Blanc et Naudin 2015, p. 19.
  90. Le Monde Diplomatique, Des Sarrasins aux Beurs, une vieille méfiance.
  91. Blanc et Naudin 2015, p. 15.
  92. « Malheurs actuels de l'Histoire : "Valeurs Actuelles" et le roman national - Les historiens de garde », sur Les historiens de garde, (consulté le 2 août 2020).
  93. Suzanne Citron, Le Mythe national : L'histoire de France revisitée, Paris, Éditions de l’Atelier, , 351 p. (ISBN 978-2-7082-3992-0, présentation en ligne), p. 185.
  94. Blanc et Naudin 2015, p. 20.
  95. Nas E Boutammina, La Bataille de Poitiers (732) n’a jamais eu lieu, Paris, Albouraq, coll. « Ombres et Lumières », , 88 p. (ISBN 2-84161-291-0).
  96. http://crm.revues.org/11313 crm.revues.org
  97. « Mosquée de Poitiers : « Génération identitaire cherche la médiatisation pour trouver des militants » ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Concernant la bataille[modifier | modifier le code]

  • William Blanc (doctorant en histoire médiévale) et Christophe Naudin (professeur d’histoire-géographie) (préf. Philippe Joutard), Charles Martel et la bataille de Poitiers : De l'histoire au mythe identitaire (sciences humaines), Paris, Libertalia, coll. « Ceux d’en bas » (no 4), , 328 p., broché (ISBN 978-2-918059-60-8, présentation en ligne), Introduction. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Elisabeth Carpentier (prof. honoraire en histoire médiévale, Univ. de Poitiers), « POITIERS 732, qu’en savons-nous ? », sur Institut Géopolitique et Culturel Jacques Cartier – Poitiers, (consulté le 13 octobre 2016).
  • Pierre Grunberg, « Poitiers, invasion ou raid ? », Guerres & Histoire, vol. L'empire arabe, une conquête sans jihad (632-750), no 16,‎ , p. 56 et 57. 
  • Salah Guemriche (journaliste indépendant et écrivain), Abd er-Rahman contre Charles Martel : la véritable histoire de la bataille de Poitiers, Paris, Perrin, 2010 (ISBN 978-2-26202-960-9).
  • Mohammed Arkoun (dir.), Françoise Micheau et Philippe Sénac (préf. Jacques Le Goff), Histoire de l'Islam et des musulmans en France (collectif), Paris, Albin Michel, , 1 217 p., relié (ISBN 2-226-17503-2), « La bataille de Poitiers, de la réalité au mythe », p. 15. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Françoise Micheau (prof. émérite, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Alain Corbin (dir.), chap. 732 « Charles Martel, chefs des Francs, gagne sur les Arabes la bataille de Poitiers », dans 1515 et les grandes dates de l'histoire de France, Seuil, (ISBN 978-2-02-067884-1). 
  • André Clot, L'Espagne musulmane (synthèse historique), Paris, Perrin, coll. « Tempus », , 448 p. (ISBN 978-2-262-02301-0, présentation en ligne), p. 33. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre Guichard (prof. d'histoire médiévale univ. Lyon II), Al-Andalus : 711-1492. Une histoire de l'Espagne musulmane, Hachette Littératures, (réimpr. 2011 (coll. Pluriel chez Fayard)) (1re éd. 2000), 272 p. (ISBN 978-2-01-235378-7, présentation en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Élisabeth Carpentier (prof. honoraire en histoire médiévale, Univ. de Poitiers), Les Batailles de Poitiers : Charles Martel et les Arabes, Geste Éditions, coll. « En 30 questions », , 63 p. (ISBN 978-2-84561-007-1, présentation en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Deviosse et Jean-Henry Roy, La bataille de Poitiers : ...octobre 733, Gallimard, coll. « Trente journées qui ont fait la France » (no 2), , 362 p. (ISBN 2-07-021897-X, EAN 978-2-0702-1897-4, présentation en ligne).
  • Ferdinand Lot, « Études sur la bataille de Poitiers de 732 », Revue belge de philologie et d'histoire, Bruxelles, Librairie Falk fils, t. 26, fasc. 1-2,‎ , p. 35-59 (lire en ligne).

Concernant l'époque de la bataille[modifier | modifier le code]

  • Pierre Riché (prof. à l'Univ. de Paris X Nanterre), Les Carolingiens : Une famille qui fit l'Europe (biographie), Paris, Fayard, coll. « Pluriel » (réimpr. 2012) (1re éd. 1983), 496 p., broché (ISBN 978-2-01-279544-0, EAN 9782012795440, présentation en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Michel Rouche (prof. à l'Univ. de Paris IV - Sorbonne), L'Aquitaine : des Wisigoths aux Arabes, 418-781, naissance d'une région (thèse de doctorat d'Etat), Paris, Editions de l'EHESS (Paris) - Editions Jean Touzot (Paris), (1re éd. 1979), 776 p., broché (ISBN 978-2-7132-0685-6, 2-86433-006-7 et 2-7132-0685-5, présentation en ligne), p. 114-115, 361, 458. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Stéphane Lebecq, Nouvelle histoire de la France médiévale, vol. 1 : Les origines franques, Ve – IXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points. Histoire » (no 201), , 317 p. (ISBN 2-02-011552-2).

Biographies de personnalités liées à l'événement[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]