Mondion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mondion
Image illustrative de l'article Mondion
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Châtellerault
Canton Châtellerault-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Grand Châtellerault
Maire
Mandat
Jean-Louis Poyant
2014-2020
Code postal 86230
Code commune 86162
Démographie
Population
municipale
100 hab. (2014)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 56′ 17″ nord, 0° 29′ 07″ est
Altitude Min. 78 m
Max. 134 m
Superficie 8,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Mondion

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Mondion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mondion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mondion

Mondion est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les villes voisines de Mondion sont Leigné-sur-Usseau, Marigny-Marmande, Vellèches, Usseau, Jaulnay.

La grande ville la plus proche de Mondion est Châtellerault et se trouve à 14 km au Sud à vol d'oiseau.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les gares les plus proches se trouvent à :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village pourrait avoir deux origines. Il pourrait provenir, d'abord, de la présence d'un temple bâti sur une élévation et dédié à Bacchus (en latin : Dionisius), mentionné sous la forme de Montédonis ou Mundium Dionis. Le nom pourrait aussi découler de la présence d'une église au XIIe siècle qui dépendait du prieuré de Saint Denis-en-Vaux ; Monte Dionis pourrait alors signifier le mont de saint Denis[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 réélu en 2008 Jean-Louis Poyant    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 100 habitants, en diminution de -29,58 % par rapport à 2009 (Vienne : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
284 249 282 248 281 263 259 237 233
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
230 246 213 209 237 222 237 233 223
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
252 238 225 205 212 219 244 206 187
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
178 142 124 123 132 149 135 123 100
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

La densité de population de la commune est de 15 hab./km2. Celle du département est de 61 hab./km2. Elle est de 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et de 115 hab./km2 pour la France[7].

Les dernières statistiques démographiques pour la commune ont été fixées en 2009 et publiées en 2012. Il ressort que la mairie administre une population totale de 146 personnes. À cela il faut soustraire les résidences secondaires soit 4 personnes pour constater que la population permanente sur le territoire de la commune est de 142 habitants.

Selon l'Insee, en 2007 :

  • le nombre de célibataires était de : 37,4 % dans la population ;
  • les couples mariés représentaient 43 % de la population ;
  • les divorcés représentaient 10,3 % de la population du bourg ;
  • le nombre de veuves et veufs était de 9,3 % à Mondion.

La réparttion de la population par sexe est la suivante :

  • en 1999 : 52,3 % d'hommes et 47,7 % de femmes ;
  • en 2007 : 52,6 % d'hommes et 47,4 % de femmes.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[8].

Les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 924 hectares en 2000 à 691 hectares en 2010. 46 % sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi du maïs), 13 % pour les oléagineux (tournesol) et 30 % pour le fourrage.

L'élevage de volailles a disparu au cours de cette décennie.

Activité[modifier | modifier le code]

Selon l'Insee, le taux d'activité était de 85,3 % en 2007 et 64,6 % en 1999.

Le taux de chômage en 2007 était de 9,4 % et en 1999 il était de 7,8 %.

Les retraités et les pré-retraités représentaient 25,2 % de la population en 2007 et 29,5 % en 1999.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Mondion : tout proche du village, le château se niche dans une clairière parmi des arbres d'essences variées, dont certains sont d'une taille impressionnante, le cachant ainsi aux regards.

À côté d'un logis du XVIIe siècle, il est possible d'admirer les ruines du manoir de plaisance du XVe siècle de Tristant L'Hermite, conseiller, diplomate et chambellan du roi Louis XI.

Le logis est percé de fenêtres à meneaux. Il est coiffé d'un toit d'ardoise à deux pans inclinés. Il est flanqué d'une tourelle polygonale qui enferme un escalier à vis. Les vastes pièces du logis étaient chauffées par de hautes cheminées. Le logis se signale par un curieux péristyle dont les colonnes ioniques, posées sur quatre degrés de pierre, supportent un fronton armoiré. Inscrite dans le toit à la Mansart, au-dessus du péristyle, une lucarne cantonnée dans des colonnettes reprend dans des dimensions plus modestes, ce motif de fronton triangulaire. Le péristyle et la lucarne ont été rajoutés à la façade initialement sobre au XIXe siècle. Il se peut que ce rajout ait été inspiré au propriétaire vers 1860 par le style des demeures coloniales aperçues lors d'un long voyage aux Antilles et dans le Sud des États-Unis.

L'élévation et la toiture du château sont inscrits comme Monument historique depuis 1969.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L'écrivain et traducteur Alberto Manguel y réside depuis qu'il a racheté l'ancien presbytère. C'est là qu'il a enfin établi sa bibliothèque, accueillant des milliers de volumes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Edition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  2. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. INSEE- 2008
  8. Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne