Vellèches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vellèches
Vellèches
Ruines du château de Marmande.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Châtellerault
Canton Châtellerault-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Grand Châtellerault
Maire
Mandat
Christelle Vanéroux
2015-2020
Code postal 86230
Code commune 86280
Démographie
Population
municipale
365 hab. (2016 en diminution de 7,83 % par rapport à 2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 56′ 35″ nord, 0° 31′ 59″ est
Altitude Min. 58 m
Max. 135 m
Superficie 19,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Vellèches

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Vellèches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vellèches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vellèches

Vellèches est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le paysage s'apparente davantage à la Touraine qu'au Poitou. Vallées et coteaux crayeux assez boisés abritent de nombreux châteaux et gentilhommières, principalement du XVe siècle.

En 2006, 70 % de la superficie de la commune était occupée par l'agriculture et 30 % par des forêts et des milieux semi-naturels[1]. La présence de milieux naturels et semi-naturels riches et diversifiés sur le territoire communal permet d’offrir des conditions favorables à l’accueil de nombreuses espèces pour l'accomplissement de leur cycle vital (reproduction, alimentation, déplacement, refuge). Forêts, landes, prairies et pelouses, cours d’eau et zones humides… constituent ainsi des cœurs de biodiversité et/ou de véritables corridors biologiques.

Le terroir se compose[2]:

  • de bornais sableux du Loudunais pour 48 % et de tuffeau jaune (ce sont des sols brun clair sur limons, profonds et humides, à tendance siliceuse) pour 14 % sur les collines et les dépressions sableuses des bordures du Bassin parisien,
  • de champagnes ou aubues (ce sont des sols gris clair, argilo-limoneux, sur craie et donc calcaires) pour 38 % sur les autres collines.

La forêt privée représente, en 2007, 583 hectares soit 30 % du territoire communal[3]. Les espaces boisés (la moyenne sur la région Poitou-Charentes est de 15 %, et 29,2 % pour la France) sur le territoire communal contribuent à assurer des fonctions de production (bois d’œuvre mais aussi bois énergie), de protection (espèces, qualité des eaux) et sociales (accueil du public). Les forêts les plus anciennes ou implantées dans des conditions écologiques particulières (pentes, bords de cours d'eau,...) abritent en général la biodiversité la plus forte. Mais, au cours de l’histoire, pour répondre aux besoins d'une population rurale importante, la forêt poitevine a été intensément défrichée et sur-exploitée jusqu’à la révolution industrielle. Environ la moitié des forêts actuelles du Poitou n'existait pas il y a 200 ans[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par 6 km de cours d'eau.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

D’une manière générale[5], le temps est assez sec et chaud pendant l’été, moyennement pluvieux en automne et en hiver avec des froids peu rigoureux.

La température moyenne est de 11 °C. Juillet est le mois le plus chaud (maximale absolue 40,8 °C en 1947). Janvier est le mois le plus froid (minimale absolue – 17,9 °C en 1985). 9 °C à peine sépare les moyennes minimales des moyennes maximales (cette séparation est de 6 °C en hiver et de 11 °C en été). L’amplitude thermique est de 15 °C.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vellèches tire son nom d'un petit ruisseau homonyme qui se jette dans la Vienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir du début du XIIe siècle, Vellèches fut une possession de l'abbaye de Sainte-Croix de Poitiers. Les moniales y avaient un prieuré. L'église était, alors, dédiée à sainte Radegonde. À partir du XVIe siècle, elle le sera sous son nom actuel : Notre-Dame.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
février 2015 janvier 2018 Christelle Vaneroux    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2016, la commune comptait 365 habitants[Note 1], en diminution de 7,83 % par rapport à 2011 (Vienne : +1,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
420339499419411494484498497
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
484507486465455493488478470
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
439456463424436458456442502
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
508491405387350358371396365
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008,selon l'Insee, la densité de population de la commune était de 19 hab./km2, 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Économie[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[11], il n'y a plus que 23 exploitations agricoles en 2010 contre 29 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont paradoxalement augmenté de 7 % et sont passées de 1 040 hectares en 2000 à 1 123 hectares en 2010 dont 67 irrigables. Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares[12].

49 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 25 % pour les oléagineux (colza et tournesol), 14 % pour le fourrage et 1 % reste en herbe. En 2000, 4 hectares (1 en 2010) étaient consacrés à la vigne[11].

Quatre exploitations en 2010 comme en 2000 abritent un petit élevage d'ovins exclusivement destiné à la production de viande (161 têtes en 2010 contre 176 têtes en 2000). L'élevage industriel de volailles a disparu au cours de cette décennie (17 298 têtes en 2000 réparties sur 15 fermes)[11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame du XIIe siècle restaurée au XIXe siècle avec un beau clocher-porche. L'église est inscrite comme monument historique depuis 2001.

L'église a été construite au XIIe siècle en plusieurs étapes.

Le clocher a été plaqué sur la façade romane primitive. Il est consolidé par des contreforts plats au nord et au sud. Les contreforts situés à l'ouest sont saillants et alourdissent le monument. Les 12 premiers mètres sont dépourvus de baies. Le beffroi, est haut de 4 m. Il est percé de baies géminées en plein cintre sur chacune de ses faces. Il est couronné par une petite corniche moulurée. L'intérieur du clocher est voûté, à mi-hauteur, par une coupole octogonale portée dans chaque angle par un modillon. Contre le mur nord, des épitaphes sont déposées. Elles datent du XVIIe siècle.

Le chevet est renforcé par des contreforts. Ses trois baies sont ornées du petit ruban plissé dit « ruban angevin ». Sous le débord du toit, la corniche, en partie conservée, a des modillons sculptés.

L'accès à l'église Notre-Dame se fait de nos jours par la porte nord. Elle plus petite que l'ancien, ne porte du mur sud aujourd'hui murée. Elle est en plein cintre. La porte ouest, est quant à elle, en arc brisé à deux rouleaux.

La nef, le chœur et l'abside sont du début du gothique.La nef est un vaisseau unique composé de trois travées. Le mur nord est doté à l'extérieur, de contreforts plats. Il est sans ouvertures. À l'intérieur, dans la troisième travée, un enfeu a été aménagé dans l'épaisseur du mur. Le mur sud est, quant à lui, percé de trois baies. Les deux premières travées présentent une grande arcade en plein cintre. Dans la troisième, le mur reconstruit en avancée d'environ 70 cm, a fait disparaitre ce dispositif architectural. Ces arcades ouvraient sur la chapelle Sainte-Catherine. Cette chapelle a été fondée en 1351 par un seigneur local. Elle doublait la nef au sud. Elle aurait été démolie au cours des guerres de Religion ainsi que le logis prieural qui jouxtait l'église de ce côté.

Le chœur comprend une travée droite et l'abside. la travée a une voûte quadripartite dont les ogives retombent sur des colonnes engagées à chapiteaux. Ces derniers sont sculptés de feuilles d’acanthe ou de palmettes. Les voûte de l'abside est en cul-de-four. Elle est raidie par quatre grosses nervures moulurées en tores. La clé de voute est sculptée d'un grand ange, les bras ouverts c'est-à-dire en adoration. Il tient dans sa main droite un globe. Ces voûtes sont de style gothique angevin. Le vitrail de l'axe date de 1862. Il a été réalisé par l'atelier tourangeau Lobin. Il représente la Vierge, debout, dans une mandorle avec sous ses pieds la lune.

À la fin du XIXe siècle, une sacristie a été rajoutée. Au-dessus de la porte, un tableau du XVIIe siècle représente le baptême du Christ. Un autre tableau, côté nord représente une Vierge à l'Enfant.

L'église abrite un beau retable de pierre du XVIIe siècle. Le médaillon du vitrail de la deuxième baie représente Saint-Joseph. Il est signé J.Fournier dont l'atelier était à Tours et est daté de 1898. Des restes de stalles dans le chœur rappellent que Vallèches a été un prieuré de moniales.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Marmande (Logo monument historique Classé MH (2015)) : situé au nord-ouest du village, c'est un ensemble de fortifications des XIIe et XVIIe siècles. Il se dresse sur un plateau escarpé. Le donjon et la tour d'escalier de 40 m de hauteur sont d'une grande qualité de construction. Par ailleurs, le château possède un important réseau de souterrains aménagés mais non accessibles aux visiteurs.
  • Au sud de Vellèches, le château de Valençay date des XVe et XVIIe siècles. Il possède un pigeonnier en contrebas.
  • Gentilhommière de la Rie dont la grange et le porche ont été inscrits comme monument historique en 1976.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune abrite sur son territoire deux zones naturelles classées d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) [13].

Les bois Pierrières et Blanchards[modifier | modifier le code]

Elle englobe la pointe sud-est d’un secteur boisé formant un ensemble plus ou moins morcelé de petits bois privés traversé par l’ autoroute A10 implanté sur les communes de Dangé-Saint-Romain et Vellèches. Surplombant d’une trentaine de mètres le vallon formé par le ruisseau des Trois Moulins, le bois des Pierrières et le bois Blanchard forment deux entités bien distinctes.

Le bois Pierrières se trouve sur des affleurements de craie turonienne et des sols calcaires limono-argileux peu profonds. L’habitat forestier est composé de chênaie pubescente thermophile à chêne pubescent et de chêne vert. Cette dernière essence est typiquement méditerranéenne. Elle possède en région Poitou-Charentes une répartition très tranchée : commun et abondant sur les dunes littorales, elle se raréfie considérablement vers l’intérieur, où elle se cantonne alors sur les substrats calcaires les plus superficiels, dans des sites climatiquement privilégiés. Ses colonies s’égrènent ainsi du sud du département de la Charente au nord de celui de la Vienne et elles sont de moins en moins abondantes au fur et à mesure que l’on remonte vers le nord. Le bois des Pierrières peut être considéré comme une de ses zones d’implantation la plus septentrionale en France. Sur le site, le chêne est d’ailleurs accompagné par diverses autres plantes thermophiles, telles que la Germandrée des montagnes ou la Brunelle à grandes fleurs, qui renforcent le caractère d’îlot "méridional" de ce coin du nord de la Vienne.

Le bois Blanchard occupe des sols sableux profonds développés sur argile et grès du Turonien supérieur. L’habitat forestier est composé de chêne pédonculé et de châtaigniers. Ils sont accompagnés, en sous-strate, d’Ajonc d’Europe, de Fougère aigle et d’Alisier de Fontainebleau. Cette dernière essence est un grand arbuste ou petit arbre caducifolié qui ne dépasse pas 15 m de hauteur, à feuilles largement ovales, faiblement lobées et dentées. Il est une endémique dans l’Ouest de l’Europe et présent en France dans un petit quart Nord-Est où il est toujours rare et disséminé. L’espèce est, d’ailleurs, protégée au niveau national. En Poitou-Charentes, sur la marge occidentale de son aire de répartition, l’espèce est localisée à un unique secteur du Châtelleraudais, sur les communes de Dangé-Saint-Romain et Vellèches, en petites populations disjointes qui ne possèdent à chaque fois qu’un faible nombre de pieds (moins d’une dizaine en général).

Le bois de la Bonde et les brandes de la Corbery[modifier | modifier le code]

Le bois de la Bonde et les brandes de la Corbery se situent dans l’extrême nord du département de la Vienne, aux confins des régions Poitou-Charentes et Pays de la Loire, sur les territoires des communes de Antran, Usseau, Vaux-sur-Vienne et Vellèches. Ces deux sites sont recouverts de bois et de landes. Ils occupent un haut plateau siliceux qui domine la rive gauche de la Vienne.

Sur ce territoire, comme dans tout le nord-ouest du département actuel de la Vienne, entre les villes de Châtellerault et de Loudun, les formations crétacées sont recouvertes de sols sableux ou limoneux, acides et hydromorphes, riches en cailloux et blocs siliceux, dénommés : les "bornais". Sur ces terres de médiocre qualité, la forêt et la lande ont longtemps dominé. La végétation était, autrefois, périodiquement incendiée afin de régénérer la production herbacée et offrir, ainsi, un pâturage aux animaux. Les cultures céréalières étaient plutôt réservées aux plaines calcaires.

De nos jours la moitié du site a été plantée de résineux et a perdu, ainsi, une partie de sa spécificité. Toutefois, la zone a quand même pu conserver un certain nombre des habitats typiques hérités de ces anciennes activités agro-sylvo-pastorales. Ainsi, la chênaie calcifuge composée de chênes sessiles et de chênes pédonculés existe toujours. Elle est mêlée avec des sorbiers, des trembles et des châtaigniers. La chênaie alterne avec des landes atlantiques à «brande» ou bruyère à balais et ajoncs. En outre, le bois de la Bonde a été morcelé par le passage de l’autoroute A10. Malgré ces modifications récentes, le site offre encore un fort intérêt biologique qui se manifeste notamment dans sa richesse ornithologique et qui a justifié son classement comme zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) .

Parmi les quelque 50 espèces d’oiseaux répertoriées sur ce territoire, 11 sont particulièrement rares et font l’objet d’une protection au niveau national (Bouvreuil pivoine Huppe fasciée, Locustelle tachetée, Mésange huppée, Moineau friquet, Pipit rousseline). Le Busard Saint-Martin et le Busard cendré, deux élégants rapaces gris pâle au vol onduleux et bas nichent sur la zone. En revanche, le Circaète Jean-le-Blanc, un grand rapace méridional, vient des boisements alentour pour capturer dans la lande les serpents et autres reptiles qui représentent l’essentiel de son régime alimentaire. Parmi les passereaux, on remarque surtout la présence de la Fauvette pitchou, qui a trouvé dans les étendues de bruyère à balais, un milieu de substitution aux maquis méditerranéens qui constituent son biotope d’origine. L’Engoulevent d’Europe chasse, à la nuit tombée, au-dessus de la lande et dans les clairières de la forêt, les gros insectes nocturnes qui constituent l'essentiel de sa nourriture. Le Faucon hobereau, un petit rapace sombre, amateur lui aussi de gros insectes et de petits passereaux, chasse aussi à la tombée de la nuit mais juste avant l'Engoulevent d’Europe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Observatoire Régional de l'Environnement de Poitou-Charente
  2. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charente - 2007
  3. Centre Régional de la Propriété Forestière de Poitou-Charente - 2007
  4. IFEN-BD CORINE Land Cover® 2006, toutes couches « Forêt », hors espace vert artificialisé non agricole
  5. Livret simplifié de la carte des pédopaysages de la Vienne – Novembre 2012, édité par la Chambre d’Agriculture de Poitou-Charentes
  6. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. a b et c Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  12. Agreste – Enquête Structure 2007
  13. Secrétariat scientifique de l'inventaire des ZNIEFF, DREAL Poitou-Charentes , 2011