Saint-Gervais-les-Trois-Clochers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Gervais.
Saint-Gervais-les-Trois-Clochers
Image illustrative de l'article Saint-Gervais-les-Trois-Clochers
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Châtellerault
Canton Châtellerault-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Grand Châtellerault
Maire
Mandat
Antoine Braguier
2014-2020
Code postal 86230
Code commune 86224
Démographie
Population
municipale
1 322 hab. (2014 en augmentation de 0,3 % par rapport à 2009)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 54′ 06″ nord, 0° 24′ 30″ est
Altitude Min. 70 m
Max. 163 m
Superficie 39,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Saint-Gervais-les-Trois-Clochers

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Saint-Gervais-les-Trois-Clochers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Gervais-les-Trois-Clochers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Gervais-les-Trois-Clochers

Saint-Gervais-les-Trois-Clochers est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le bourg se situe dans le Châtelleraudais. Cette région s'apparente, par ses paysages, davantage à la Touraine voisine qu'au Poitou. Le tuffeau et les hauts toits de tuiles plates des maisons, concurrencées depuis le XIXe siècle par les ardoises d'Anjou, se différencient nettement des matériaux de construction du Poitou.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par la Veude.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés

Histoire[modifier | modifier le code]

Et d'abord une réponse à la question que chacun se pose naturellement à son arrivée : pourquoi trois clochers alors qu'il n'y en a qu'un seul, et encore, bien modeste. En fait, Saint-Gervais est bien la réunion de trois anciennes paroisses qui eurent chacune leur vie propre. Ce furent : Saint-Gervais dont l'église se trouvait à l'emplacement de celle qui s'y dresse aujourd'hui ; Sain- Martin à la sortie sud du bourg sur la route de Lencloître et enfin Avrigny sur la même route à environ 700 m de Saint-Martin. Trois paroisses, trois villages, et pour tous des souvenirs bien anciens.

De la préhistoire, pour commencer, puisque des armes paléolithique y ont été découvertes ainsi qu'un atelier de taille de pierre et les traces d'une cité lacustre. De l'époque de la domination romaine ensuite, comme en témoignent les recherches de l'historien le père de Lacroix, qui avait délimité un camp d'exercice pour les soldats entre Saint-Martin et Avrigny.

De la même époque, deux noms de lieux-dits sont restés : le Temple et le Martray. Au IVe siècle, le pays fut évangélisé par saint Martin qui se rendait fréquemment de Tours à Poitiers et Ligugé. Il consacra ce territoire à saint Gervais et saint Protais. La construction d'une église à Saint-Gervais s'ensuivit au Ve siècle. Cette église fut reconstruite au XIIe siècle, puis au XIXe siècle de 1883 à 1886. Saint-Martin avait son église et une petite communauté de Carmes la desservait. Avrigny enfin était une véritable petite ville avec douves, murailles, poternes et son église Notre-Dame d'Avrigny. Sa population s'élevait en 1759 à près de 400 habitants, mais leur nombre fut très réduit après l'inondation de la Veude en 1761, qui provoqua l'éboulement de nombreuses maisons.

C'est en 1818 que les paroisses de Saint-Martin et d'Avrigny furent supprimées et rattachées à celle de Saint-Gervais. De cette époque date aussi l'organisation de Saint-Gervais en commune. Actuellement, la commune de Saint-Gervais-les-Trois-Clochers s'étend sur 3 915 hectares (dont 2 846 hectares de terres cultivables) et comptait au dernier recensement 1 203 habitants. L'habitat y est relativement dispersé puisqu'on dénombre 159 écarts (commune du département de la Vienne qui en a le plus grand nombre).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason D'azur à trois clochers d'argent mouvant de la pointe, celui du milieu, plus grand, brochant sur un comble du même, ledit comble chargé à dextre de l'inscription de sable « SEMPER VIRENS » sur deux rangs et à senestre d'un talus de sinople mouvant du flanc et sommé de six arbres du même de taille décroissante de dextre vers senestre.
Devise 
Semper virens (toujours vert)
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 avril 2014 Nicole Valette[1] DVD  
avril 2014 en cours Antoine Braguier[2] DVD  

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2014, la commune comptait 1 322 habitants[Note 1], en augmentation de 0,3 % par rapport à 2009 (Vienne : +1,68 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
559 553 551 1 261 1 254 1 277 1 288 1 389 1 223
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 329 1 362 1 332 1 321 1 331 1 380 1 487 1 465 1 411
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 427 1 534 1 525 1 361 1 377 1 352 1 340 1 379 1 336
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 443 1 395 1 290 1 286 1 187 1 169 1 279 1 315 1 322
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 34 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Économie[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[7], il n'y a plus que 28 exploitations agricoles en 2010 contre 44 en 2000. Les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 2 773 hectares en 2000 à 369 hectares en 2010. 58 % sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 20 % pour les oléagineux (colza et tournesol à part égale), 10 % pour le fourrage et moins de 1% reste en herbe. En 2000, quatre hectares (zéro en 2010) étaient consacrés à la vigne[7].

Six exploitations en 2010 (contre neuf en 2000) abritent un élevage de bovins (352 têtes en 2010 contre 324 têtes en 2000). Les élevages de volailles ont disparu au cours de cette décennie (5 363 têtes réparties entre 23 fermes)[7].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église abrite un tableau de l'école de Breughel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]