Le Controis-en-Sologne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Controis-en-Sologne
Le Controis-en-Sologne
L'église Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte de Contres.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Romorantin-Lanthenay
Intercommunalité Communauté de communes Val-de-Cher-Controis
(siège)
Maire
Mandat
Antoine Lelarge
2022-2026
Code postal 41120, 41400 et 41700
Code commune 41059
Démographie
Population
municipale
6 663 hab. (2020)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 11″ nord, 1° 25′ 43″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 129 m
Superficie 100,41 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Le Controis-en-Sologne
(ville-centre)
Aire d'attraction Blois
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Cantons de Blois-3 et de Montrichard
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Controis-en-Sologne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Controis-en-Sologne
Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher
Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Le Controis-en-Sologne
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Le Controis-en-Sologne
Liens
Site web controis-en-sologne.fr

Le Controis-en-Sologne est une commune nouvelle française résultant de la fusion — au  — des communes de Contres, Feings, Fougères-sur-Bièvre, Ouchamps et Thenay, située dans le département de Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Territoire[modifier | modifier le code]

Le Controis-en-Sologne est né de la réunion de cinq communes, additionnant un territoire total de près de 100 km2, réparti en forme de papillon avec Contres à l'est, et les quatre autres communes, soit Feings, Fougères-sur-Bièvre, Ouchamps et Thenay, à l'ouest. Ainsi, par exemple, le commune pourtant voisine de Fresnes se situe à seulement 2,2 km de la mairie du Controis-en-Sologne, contre 7,3 km pour ce qui concerne Fougères-sur-Bièvre et 6 km pour Feings.

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte

La commune du Controis-en-Sologne se trouve au sud-ouest du département du Loir-et-Cher, dans la petite région agricole de la Sologne viticole[2],[3]. À vol d'oiseau, elle se situe à 20,4 km de Blois[4], préfecture du département, à 24,7 km de Romorantin-Lanthenay[5], sous-préfecture, et à 20,1 km de Montrichard Val de Cher, chef-lieu du canton de Montrichard dont dépend la commune depuis 2015[6]. La commune fait en outre partie du bassin de vie du Controis-en-Sologne[7].

Les communes les plus proches sont[8] : Fresnes (2,2 km), Sassay (2,9 km), Oisly (5 km), Couddes (6,4 km), Soings-en-Sologne (7,2 km), Cormeray (8 km) et Choussy (8 km), Les Montils, Seur, Monthou-sur-Bièvre, Sambin, Pontlevoy, Monthou-sur-Cher, Cheverny.

Paysages et relief[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la Convention européenne du paysage, adoptée le et entrée en vigueur en France le , un atlas des paysages de Loir-et-Cher a été élaboré en 2010 par le CAUE de Loir-et-Cher, en collaboration avec la DIREN Centre (devenue DREAL en 2011), partenaire financier[9]. Les paysages du département s'organisent ainsi en huit grands ensembles et 25 unités de paysage[Note 1],[10]. La commune fait partie de l'unité de paysage de « la Sologne viticole », dans la Sologne[11].

La Sologne viticole, moins boisée que la Grande Sologne, présente un relief doux. La présence affirmée d'une agriculture qui prend le relais des boisements de Grande Sologne dégage des points de vue et des horizons ouverts. Les paysages de bois et de cultures s'enchaînent en s'imbriquant les uns aux autres[12].

L'altitude du territoire communal varie de 62 mètres à 129 mètres[13],[14].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentantle réseau hydrographique de la commune
Réseau hydrographique du Controis-en-Sologne.

La commune est drainée par la Bièvre, le Beugnon et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 22,76 km de longueur totale pour l'ancienne commune Contres[15].

La Bièvre, d'une longueur totale de 23,6 km, prend sa source dans la commune et se jette dans le Beuvron à Monthou-sur-Bièvre, après avoir traversé 3 communes[16]. Sur le plan piscicole, ce cours d'eau est classé en deuxième catégorie, où le peuplement piscicole dominant est constitué de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[17].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11,3 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5 °C : 3,4 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4,7 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,3 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 674 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 11 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,6 j

La commune bénéficie d'un climat « océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France définie en 2010. Ce type affecte l'ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, et en particulier la plus grande partie du département de Loir-et-Cher. Le climat reste océanique mais avec de belles dégradations. Les températures sont intermédiaires et les précipitations sont faibles (moins de 700 mm de cumul annuel), surtout en été, mais les pluies tombent en moyenne sur 12 jours en janvier et sur 8 en juillet, valeurs moyennes rapportées à l'ensemble français. La variabilité interannuelle des précipitations est minimale tandis que celle des températures est élevée[18].

Les paramètres climatiques qui ont permis d'établir cette typologie comportent 6 variables pour les températures et 8 pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[Note 3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[18]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des Directives «Habitats » et «Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de conservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. L'objectif est de promouvoir une gestion adaptée des habitats tout en tenant compte des exigences économiques, sociales et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales de chaque État membre. Les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l'état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés[19]. Une partie du territoire communal est incluse dans le site Natura 2000 suivants[20] : une ZSC, la « Sologne », d'une superficie de 346 184 ha[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le choix du nom de la commune nouvelle s'est porté sur sa situation géographique. En effet, en intégrant la périphérie de Contres, la commune comprend le pays controis, lui-même entouré de la Sologne.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Controis-en-Sologne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[22],[23],[24]. Elle appartient à l'unité urbaine du Controis-en-Sologne, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[25] et 8 011 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[26],[27].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Blois, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 78 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[28],[29].

Infrastructures et occupation des sols de la commune du Controis-en-Sologne.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols est marquée par l'importance des espaces agricoles et naturels. La répartition détaillée ressortant de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover millésimée 2012 pour l'ancienne commune de Contresest la suivante : terres arables (19,7 %), cultures permanentes (2,5 %), zones agricoles hétérogènes (43,6 %), prairies (1,5 %), forêts (24,7 %), zones urbanisées (6,5 %), zones industrielles et commerciales et réseaux de communication (1,4 %)[15].

Planification[modifier | modifier le code]

En matière de planification, la commune disposait en 2017 d'un plan local d'urbanisme en révision[30]. Par ailleurs, à la suite de la loi ALUR (loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové) de mars 2014, un plan local d'urbanisme intercommunal couvrant le territoire de la Communauté de communes Val-de-Cher-Controis a été prescrit le [31].

Logements[modifier | modifier le code]

La commune nouvelle comptait 3 523 logements en 2016, dont 3 001 résidences principales, 353 logements vacants (soit 10 %) et 169 résidences secondaires. 24,8 % des logements dataient d'avant 1919. Le nombre de logements locatifs sociaux était de 170 soit 5,7 %[32].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements au Controis-en-Sologne en 2016 en comparaison avec celle du Loir-et-Cher et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi la faible proportion des résidences secondaires et logements occasionnels (8,3 %) par rapport au département (18 %) et à la France entière (9,6 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 93,2 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (88,9 % en 2011), contre 68,1 % pour le Loir-et-Cher et 57,6 pour la France entière.

Le logement au Controis-en-Sologne en 2016.
Le Controis-en-Sologne[33] Loir-et-Cher[34] France entière[35]
Résidences principales (en %) 78,1 74,5 82,3
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 8,3 18 9,6
Logements vacants (en %) 13,5 7,5 8,1

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire communal duControis-en-Sologne est vulnérable à différents aléas naturels : climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), feux de forêts, mouvements de terrains ou sismique (sismicité très faible). Il est également exposé à un risque technologique : le risque industriel[36],[37].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont liés au retrait-gonflement des argiles[36]. Le phénomène de retrait-gonflement des argiles est la conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sécheresse[38]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. La carte de zonage de cet aléa peut être consultée sur le site de l'observatoire national des risques naturels Georisques[39].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Storengy, société spécialisée dans le stockage de gaz souterrain à Chémery et Soings-en-Sologne, est une entreprise de statut Seveso seuil haut[40]. À ce titre, eLe décret de l'Assemblée nationale du décrète qu'« il y aura une municipalité dans chaque ville, bourg, paroisse ou communauté de campagne »[41], mais ce n'est qu'avec le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II () que la paroisse du Controis-en-Sologne devient formellement « commune du Controis-en-Sologne »[41],[42].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 2019[modifier | modifier le code]

Le , un arrêté préfectoral porte création de la commune au [1]. Le Controis-en-Sologne est ainsi la fusion de cinq communes, à savoir[Note 6] :

Événements communs aux cinq communes déléguées[modifier | modifier le code]

Depuis 2019[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2019 avril 2022 Jean-Luc Brault[43],[44] LREM Chef d'entreprise retraité
Ancien conseiller général de Contres (2008 → 2015)
Président de la CC Val de Cher Controis (2017 → )
Démissionnaire
mai 2022[45] En cours
(au 5 mai 2022)
Antoine Lelarge DVG Ancien directeur d'établissement médico-social
Maire délégué de Contres

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L'organisation de la distribution de l'eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La compétence eau et assainissement des communes est un service public industriel et commercial (SPIC)[46].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2019, la commune du Controis-en-Sologne gère le service d'assainissement collectif en régie directe, c'est-à-dire avec ses propres personnels, avec le statut de régie à autonomie financière[47]. Deux stations de traitement des eaux usées sont en service au sur le territoire communal[48] :

  • « La Gare », un équipement utilisant la technique de l'aération par boues activées, avec prétraitement et déphosphatation physico-chimique, dont la capacité est de 15 000 EH[49] ;
  • « Les Moulins », un équipement utilisant la technique de l'aération par boues activées, dont la capacité est de 17 000 EH , mis en service le [50].

L'assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[51]. La Communauté de communes Val-de-Cher-Controis assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l'entretien des installations[52].

Sécurité, justice et secours[modifier | modifier le code]

La sécurité de la commune est assurée par la brigade du Controis-en-Sologne qui dépend du groupement de gendarmerie départementale de Loir-et-Cher installé à Blois[53].

En matière de justice, Le Controis-en-Sologne relève du conseil de prud'hommes de Blois, de la Cour d'appel d'Orléans (juridiction de Blois)[54], de la Cour d'assises de Loir-et-Cher, du tribunal administratif de Blois, du tribunal de commerce de Blois et du tribunal judiciaire de Blois[55].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées du Controis-en-Sologne
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Contres
(siège)
41059 CC Val-de-Cher-Controis 36,09 3 684 (2016) 102
Feings 41082 CC Val-de-Cher-Controis 16,52 714 (2016) 43
Fougères-sur-Bièvre 41092 CC Val-de-Cher-Controis 14,69 815 (2016) 55
Ouchamps 41170 CC Val-de-Cher-Controis 13,08 728 (2016) 56
Thenay 41257 CC Val-de-Cher-Controis 20,03 881 (2016) 44

Économie[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous détaille le nombre d'entreprises implantées au Controis-en-Sologne selon leur secteur d'activité et le nombre de leurs salariés[56] :

Établissements actifs par secteur d'activité au .
total % com (% dep[57]) 0 salarié 1 à 9 salarié(s) 10 à 19 salariés 20 à 49 salariés 50 salariés ou plus
Ensemble 13,5 10,1 (100)
Agriculture, sylviculture et pêche 11,4 8,6 (11,8)
Industrie 44,4 45,3 (6,5)
Construction (10,3)
Commerce, transports, services divers (57,9)
dont commerce et réparation automobile (17,5)
Administration publique, enseignement, santé, action sociale (13,5)
Champ : ensemble des activités.

Sur les 13,5 entreprises implantées au Controis-en-Sologne en 2016, 0 ne font appel à aucun salarié et 0 comptent 1 à 9 salariés.

Au , la commune est classée en zone de revitalisation rurale (ZRR), un dispositif visant à aider le développement des territoires ruraux principalement à travers des mesures fiscales et sociales. Des mesures spécifiques en faveur du développement économique s'y appliquent également[58].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Le Controis-en-Sologne comprend naturellement les églises de ses communes déléguées :

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une unité de paysage est un pan de territoire qui présente des caractéristiques paysagères propres.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Les normales climatiques sont des produits statistiques calculés sur des périodes de 30 ans, permettant de caractériser le climat sur cette période et servant de référence.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roman Delmon, « Arrêté portant création de la commune nouvelle "Le Controis-en-Sologne" à compter du 1er janvier 2019 » [PDF], , p. 106-111.
  2. « Petites régions agricoles (PRA) par commune », sur https://geo.data.gouv.fr/ (consulté le ).
  3. [PDF]« Carte des petites régions agricoles de Loir-et-Cher », sur la plateforme de l'information territoriale de Loir-et-Cher (consulté le ).
  4. « Orthodromie entre "Le Controis-en-Sologne" et "Blois" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  5. « Orthodromie entre "Le Controis-en-Sologne" et "Romorantin-Lanthenay" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  6. « Orthodromie entre "Le Controis-en-Sologne" et "Montrichard Val de Cher" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  7. « Métadonnées de la commune du Controis-en-Sologne », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  8. « Communes les plus proches du Controis-en-Sologne », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  9. « Pourquoi un Atlas des paysages du Loir-et-Cher ? », sur le site de l'atlas des paysages de Loir-et-Cher (consulté le ).
  10. « Comment s'organise le contenu Internet de l'Atlas ? », sur le site de l'atlas des paysages de Loir-et-Cher (consulté le ).
  11. « Unité de paysage : La Sologne viticole - intro », sur le site de l'atlas des paysages de Loir-et-Cher (consulté le ).
  12. « Unité de paysage : La Sologne viticole - description », sur le site du CAUE dédié à l'atlas des paysages de Loir-et-Cher (consulté le ).
  13. Répertoire géographique des communes (RGC) 2015. En 2016, le RGC a été remplacé par la base Admin Express qui ne comporte plus que l'altitude moyenne de la commune, les altitudes minimale et maximale pouvant être trouvées par un système d'information géographique.
  14. Carte duLe Controis-en-Sologne, sur Géoportail, consulté le 15 mars 2020.
  15. a et b « Fiche communale de Contres », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le ).
  16. Sandre, « la Bièvre ».
  17. « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories - Version consolidée », sur https://www.legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  18. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  19. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  20. « Liste des zones Natura 2000 de la commune duControis-en-Sologne » (consulté le ).
  21. « site Natura 2000 la « Sologne » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  24. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Unité urbaine 2020 du Le Controis-en-Sologne », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  26. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  27. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  28. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  29. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  30. « Etat par commune des POS, PLU et cartes communales », sur https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/ (consulté le ).
  31. « Les PLUi (Plans locaux d'urbanisme intercommunaux) de Loir-et-Cher », sur http://www.loir-et-cher.gouv.fr/ (consulté le ).
  32. « Dossier complet, commune de Le Controis en Sologne », sur Insee, (consulté le ).
  33. « Chiffres clés - Logement en 2016 au Controis-en-Sologne », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  34. « Chiffres clés - Logement en 2016 dans le Loir-et-Cher », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  35. « Chiffres clés - Logement en 2016 dans la France entière », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  36. a et b [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) de Loir-et-Cher - Liste des risques par commune », sur http://www.loir-et-cher.gouv.fr/ (consulté le ), p. 74-86.
  37. « Rapport présentant les risques affectant la commune », sur l'observatoire national des risques naturels, (consulté le ).
  38. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  39. « Carte de zonage de l'aléa retrait-gonflement des argiles sur la commune duControis-en-Sologne », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le ).
  40. « Fiche descriptive de l'établissement Storengy », sur la base des installations classées de l'Observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  41. a et b Motte 2003, p. 23-24.
  42. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Controis-en-Sologne », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  43. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  44. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  45. Vanina Le Gall, « Antoine Lelarge succède à Jean-Luc Brault », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  46. « Le service public local de l'eau potable et de l'assainissement », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  47. « composition communale des services d'assainissement collectif pour l'année 2019 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le ).
  48. « Catalogue des stations d'épuration en service en Loir-et-Cher au 31 janvier 2019 », sur le site de l'agence de l'eau Loire-Bretagne (consulté le ).
  49. « Fiche descriptive de l'ouvrage « La Gare » », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le ).
  50. « Fiche descriptive de l'ouvrage « Les Moulins » », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le ).
  51. « Tout savoir sur l'assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  52. « composition communale des services d'assainissement non collectif pour l'année 2019 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté en ).
  53. « Compétence territoriale gendarmerie et police nationales », sur https://www.data.gouv.fr (consulté le ).
  54. « Les tribunaux - Juridictions du ressort », sur https://www.cours-appel.justice.fr/ (consulté le ).
  55. « Liste des juridictions compétentes pour la commune duControis-en-Sologne », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le ).
  56. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au Controis-en-Sologne (41) au 31 décembre 2015 », sur http://www.insee.fr/ (consulté le ).
  57. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité pour le département de Loir-et-Cher », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  58. « Etat des ZRR au 1er juillet 2017 », sur http://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/ (consulté le ).
  59. https://monumentum.fr/ancienne-abbaye-cornilly-pa00098423.html