Mesland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Meslan.
Mesland
L'église Notre-Dame, vue du Pont sur la Petite Cisse.
L'église Notre-Dame, vue du Pont sur la Petite Cisse.
Blason de Mesland
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Blois
Canton Onzain
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Blois
Maire
Mandat
Philippe Guettard
2014-2020
Code postal 41150
Code commune 41137
Démographie
Population
municipale
575 hab. (2014)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 30′ 37″ nord, 1° 07′ 24″ est
Altitude Min. 62 m – Max. 116 m
Superficie 26,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte administrative de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Mesland

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Mesland

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mesland

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mesland

Mesland est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune viticole. Centre de l'appellation Touraine-Mesland.

La commune de Mesland présente un aspect très vallonné, sculptée au nord par le cours d'eau du Cissereau, par la continuité de la vallée du Chéramant (qui prend naissance dans la commune voisine de Dame-Marie-les-Bois), et par les écoulements des étangs situés aux lieux-dits de l'Étang Rompu et du Bois de l'Étang. Au sud, la vallée de la Besnerie contribue à délimiter une vaste plaine agricole céréalière.

Ces vallées favorisent la naissance de coteaux sur lesquels les vignobles de l'AOC Touraine - Mesland sont exploités.

Les premières habitations se sont construites sur un promontoire qui surplombe la vallée du Cissereau. C'est lorsqu'on arrive par Onzain depuis la D 43 que le visiteur comprend pourquoi les premiers foyers s'y sont installés : c'est un parfait lieu de vigie. L'église, construite à l’aplomb de ce versant nord, en est le parfait témoignage.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est fondée par les moines de l'abbaye de Marmoutiers. Le défrichage de la forêt de Blémars au XIe siècle, par les hommes du prieuré, marque le début de l'histoire de Mesland et de plusieurs communes alentour. Du latin Fons Melandi, le site de Mesland se prête à l'installation d'un prieuré par les moines du fait de plusieurs sources, dont celle du Cissereau ( 1 km au nord-ouest du village actuel, au lieu-dit des Perrets) qui ont alimenté une abondante fontaine située sur l'emplacement de l'actuel lavoir.

Entre le 29 janvier 1939 et le 8 février, plus de 3 100 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant Franco, arrivent dans le Loir-et-Cher. Devant l'insuffisance des structures d'accueil (les haras de Selles-sur-Cher sont notamment utilisés), 47 villages sont mis à contribution[1], dont Mesland[2]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants, sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[3]. Au printemps et à l'été, les réfugiés sont regroupés à Bois-Brûlé (commune de Boisseau)[4].

Articles détaillés : Retirada et Histoire du Loir-et-Cher.

La commune de Mesland connaît depuis l'an 2000 un regain de vitalité, du fait de sa proximité avec les agglomérations blésoise et tourangelle. Sa population est en croissance constante.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 ... Philippe Guettard   Cadre forestier
2001 réélu en 2008 Bernard Marpault   agriculteur retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 575 habitants, en augmentation de 5,12 % par rapport à 2009 (Loir-et-Cher : 1,71 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
466 510 462 569 588 611 617 629 660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
642 648 688 717 695 722 768 801 753
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
764 800 803 720 712 685 662 635 699
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
631 605 540 478 483 528 540 570 575
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,9 % contre 48,4 % au niveau national et 48,6 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 12,4 %, 30 à 44 ans = 24 %, 45 à 59 ans = 23,3 %, plus de 60 ans = 19,3 %) ;
  • 49,1 % de femmes (0 à 14 ans = 19,6 %, 15 à 29 ans = 13,2 %, 30 à 44 ans = 23,8 %, 45 à 59 ans = 21,5 %, plus de 60 ans = 22 %).
Pyramide des âges à Mesland en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
9,1 
14,9 
60 à 74 ans
12,1 
23,3 
45 à 59 ans
21,5 
24,0 
30 à 44 ans
23,8 
12,4 
15 à 29 ans
13,2 
21,1 
0 à 14 ans
19,6 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Portail église romane.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église abrite une sculpture exceptionnelle, la Vierge à l'enfant, statue en marbre blanc du début du XVIe siècle, apparentée aux productions des ateliers de la Loire, qui est peut-être l’œuvre d'un suiveur de Michel Colombe.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr mesland (loir-et-cher).svg

Les armoiries de Mesland se blasonnent ainsi :

Parti d'azur et d'or, à la fontaine pentagonale jaillissante de six jets, trois à dextre et trois à senestre l'un sur l'autre, d'argent sur l'azur et de sinople sur l'or.

Création J. Riby (1996). Devise : Fons vitae aqua

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  2. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  3. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  4. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Évolution et structure de la population à Mesland en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 octobre 2010)
  10. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 octobre 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]