Pontlevoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pontlevoy
Abbaye de Pontlevoy.
Abbaye de Pontlevoy.
Blason de Pontlevoy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Blois
Canton Montrichard
Intercommunalité Cher à la Loire
Maire
Mandat
Jean-Louis Berthault
2014-2020
Code postal 41400
Code commune 41180
Démographie
Population
municipale
1 512 hab. (2015 en diminution de 4,67 % par rapport à 2010)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 23″ nord, 1° 15′ 16″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 137 m
Superficie 51,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Pontlevoy

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Pontlevoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pontlevoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pontlevoy

Pontlevoy ou plus rarement Pont-Levoy est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire.

Elle est jumelée avec la ville de Gignod dans le Val d'Aoste en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Pontlevoy se situe à 25 km de Blois et à 50 km de Tours.

Les communes qui l'entourent sont :

Ce village est situé au cœur des châteaux de la Loire, à proximité de Cheverny, Chaumont-sur-Loire, Chenonceaux, Amboise, Clos-Lucé, etc.

L'Amasse, un affluent de la Loire, prend sa source sur la commune, à l'étang de Sudais dans la forêt de Chaumont. Elle conflue avec la Loire à Amboise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs hypothèses coexistent pour l'origine du nom du village[réf. souhaitée]. La plus probable est celle de Pont sur la Voy. En effet, il y a bien longtemps, la rivière qui passe dans le village, l'Anguilleuse (appelée ainsi car des anguilles s'y trouvaient en nombre important) séparait le village en deux. Il n'y avait alors qu'un seul pont pour relier l'autre partie du village. Ce pont serait à l'origine du nom du village. Une seule chose est sûre, c'est que le nom Pontlevoy s'écrivait et s'écrit encore parfois Pont-Levoy.

La bataille de Pontlevoy, le , est une victoire de Foulques III, comte d'Anjou, allié à Herbert du Mans sur Eudes II, comte de Blois[1], [2].

Entre le 29 janvier 1939 et le 8 février, plus de 3 100 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant Franco, arrivent dans le Loir-et-Cher. Devant l'insuffisance des structures d'accueil (les haras de Selles-sur-Cher sont notamment utilisés), 47 villages sont mis à contribution[3], dont Pontlevoy[4]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants, sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[5]. Au printemps et à l'été, les réfugiés sont regroupés à Bois-Brûlé (commune de Boisseau)[6].

Articles détaillés : Retirada et Histoire du Loir-et-Cher.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Fondée 1034 par Gueldouin, compagnon du comte de Blois, Eudes II, l’abbaye est soumise à la règle de saint Benoît. Les moines y accueillent les malades. Ils y éduquent aussi des enfants. Ruinée au cours de la guerre de Cent Ans, l’abbaye connaît un renouveau en 1644 et les moines ouvrent à nouveau le collège. Au XVIIIe siècle, Pontlevoy est rapidement considérée comme l’une des meilleures écoles préparatoires à l’école militaire. La Révolution supprime l’école militaire, mais laisse le collège sous la direction d’un bénédictin sécularisé[7].

En 1906, les élèves du Petit Séminaire de La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret), école secondaire religieuse dépendant du Séminaire d'Orléans arrivèrent au Collège de Pontlevoy, à la suite du vote de la Loi de séparation des Eglises et de l'Etat à la fin de 1905. Créé en 1844 par Mgr Jean-Jacques Fayet et développé par Mgr Félix Dupanloup, tous les deux évêques d'Orléans, le petit séminaire a compté jusqu'à 300 élèves. Considéré à l'époque comme un établissement d'un très haut niveau et jouissant d'une réputation internationale, dans lequel de nombreux personnages célèbres ont suivi leurs études, il était surnommé à l'époque par Alfred de Falloux « le Palais de l'Éducation »[8].

Jusqu’en 1940, l’abbaye joue son rôle dans l’éducation des jeunes garçons. On se rappelle que le bienheureux père Brottier, illustre directeur de l’œuvre des apprentis d’Auteuil, l’a fréquentée en tant que surveillant et professeur.

L’université Sud Mississippi, qui est avec ses quinze mille étudiants le plus grand centre universitaire de l’État du Mississippi aux États-Unis, a mis au point vingt-huit programmes d’études à l’étranger, dont le principal est basé à Londres. Le nouveau sera basé à Pontlevoy et portera le nom de European-American Center for International Education.

En 2005, l'abbé Pierre-Antoine Belley (communauté Saint-Martin), a ouvert un internat, puis en 2007,le lycée catholique de Pontlevoy, dans le but de pallier le déficit de lycées de la région et de continuer la tradition éducative de la ville. L'école comporte un internat (à l'origine installé dans l'ancien monastère) qui participe à la vie du village, notamment par le festival Un sens à ma vie qui réunit des jeunes de divers horizons dans l'ancienne abbaye.

Pontlevoy possède donc une grande tradition dans l'enseignement et l'éducation qui a commencé en 1034. Cette tradition ne s'est jamais arrêtée et continue avec le soutien de l'association des anciens élèves pontiléviens.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1960 1983 Jean Berger DVD  
mars 1983 1988 Pierre Favard DVG  
mars 1988 1989 Pierre Dubreuil DVD  
mars 1989 1995 Jacques Ferandou DVD  
mars 1995 2008 Christian Goemaere UDF  
mars 2008 - Xavier de Bodard -  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2015, la commune comptait 1 512 habitants[Note 1], en diminution de 4,67 % par rapport à 2010 (Loir-et-Cher : +0,9 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3261 0071 4311 4311 5461 8002 1002 4162 580
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5732 5062 4362 2602 5512 4272 5032 4352 366
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2532 0952 2672 0672 0781 9091 9211 9731 646
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 5341 6881 4131 4861 4231 4601 5401 5521 564
2013 2015 - - - - - - -
1 5131 512-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (27,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,5 %, 15 à 29 ans = 15,6 %, 30 à 44 ans = 21 %, 45 à 59 ans = 20,1 %, plus de 60 ans = 25,8 %) ;
  • 52,1 % de femmes (0 à 14 ans = 16,4 %, 15 à 29 ans = 15,4 %, 30 à 44 ans = 18,6 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 29,7 %).
Pyramide des âges à Pontlevoy en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
0,9 
9,4 
75 à 89 ans
11,1 
16,0 
60 à 74 ans
17,7 
20,1 
45 à 59 ans
20,0 
21,0 
30 à 44 ans
18,6 
15,6 
15 à 29 ans
15,4 
17,5 
0 à 14 ans
16,4 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

174 odonymes ou lieux-dits recensés à Pontlevoy
au 8 mars 2014
Allée Avenue Bld Carrefour Chemin Clos Impasse Passage Place Promenade Route Rue Sentier Voie Autres Total
1 [N 1] 0 1 [N 2] 0 6 [N 3] 0 2 [N 4] 2 [N 5] 6 [N 6] 0 7 [N 7] 59 [N 8] 0 0 90 [N 9] 174
Notes « N »
  1. Allée du Bois Roger.
  2. Boulevard des Tilleuls.
  3. Chemin de Beauvais, Chemin de Cloudron, Chemin de Fougères, Chemin de la Bigoterie, Chemin de la Simonière et Chemin du Patureau.
  4. Impasse de la Saulaie et Impasse des Carriers.
  5. Passage du Point du Jour et Passage du Salut.
  6. Place de l'école des Filles, Place de l'Église, Place de la Saulaie, Place de Verdun, Place du Champ de Foire et Place du Collège.
  7. Route d'Amboise, Route de Cande, Route de Chaumont, Route de Monthou, Route de Montrichard, Route de Thenay et Route de Vallières.
  8. Dont Rue du 8-Mai-1945.
  9. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : « rue-ville.info »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) & annuaire-mairie.fr & perche-gouet.net & OpenStreetMap

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La « pierre de Minuit »
Dolmen qui, selon la légende du village, se mettrait à tourner à minuit le dernier jour de l'année, si l'on boit un seau de vin devant elle.
Fondée en 1034 par Gueldouin, seigneur de Saumur, d'Amboise et de Chaumont. On y admire la chapelle abbatiale, chef-d'œuvre de l'art gothique (XIVe et XVe siècles), la tour Charles-VII (XVe siècle) et les bâtiments conventuels (XVIIIe siècle). Elle servit pendant très longtemps à l'enseignement jusqu'au siècle dernier où elle hébergeait encore un lycée de garçons très réputé. Elle est la pierre angulaire du village, qui s'est construit pour ainsi dire autour d'elle ; l'ancienne gare est juxtaposée à l'édifice. Elle a résisté au temps et aux guerres.
  • Les plaines de Pontlevoy, où de nombreuses balades peuvent être effectuées (randonnée pédestre, équestre, cycliste).
  • Château des Bordes.
  • Église Saint-Pierre.
  • Manoir de Maré.
  • Monument funéraire de Pierre-François Chappotin et de sa mère, monument historique (inscription par arrêté du 27 octobre 2010, réf. PA41000066)[15].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Pontlevoy (Loir-et-Cher).svg

Les armoiries de Pontlevoy se blasonnent ainsi :


D'azur aux deux crosses adossées d'or accostées de deux étoiles du même.

(Armorial d'Hozier - 1696).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Nées à Pontlevoy
Mortes à Pontlevoy
Divers
  • Abbé Louis Alexis Bourgeois (28 avril 1819, Artins - 19 juin 1878) : philosophe, historien et géologue, a dirigé l'école de Pontlevoy. Son nom a été donné à un mollusque de la famille des murex, Chicoreus bourgeoisi Tournouer, 1875.
  • Louis Clergeau (25 août 1877 - 1964) : horloger-bijoutier et photographe, a réalisé de 1902 à 1936 plus 10 000 clichés de Pontlevoy et de sa région[19].
  • Jeanne Besnard-Fortin (1892-1978) : artiste peintre de l'école de Quartier du Montparnasse, ayant vécu à Montrichard et étant rangée dans les artistes du secteur de Pontlevoy[20].
  • Pierre Favard (12 novembre 1931, Bourges - 13 octobre 1988) : universitaire, docteur ès sciences, fils de Jean Favard. Maire de Pontlevoy de mars 1983 à 1988. Un prix Pierre Favard a été créé en 1989 par la Société de microscopie électronique pour honorer sa mémoire.
  • Honoré de Balzac situe à Pontlevoy le collège des Oratoriens où Félix de Vandenesse, héros de Le Lys dans la vallée est mis en pension pendant huit ans.
  • Just-Jean-Étienne Roy (1794-1871?) : professeur au collège de Pontlevoy

Économie et société[modifier | modifier le code]

Bassin d'activités locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire des comtes d'Anjou 850-1151 (p. 49 à 51), Christian Thevenot
  2. Sur la bataille de Pontlevoy
  3. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  4. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  5. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  6. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  7. Un peu plus sur Pontlevoy et le projet américain - La Renaissance du Loir-et-Cher 09/02/2001
  8. Émile Huet, Histoire du Petit Séminaire de La Chapelle Saint-Mesmin, Orléans, Paul Pigelet & Fils, 1913, 450 p., réédité en 2010 par Kessinger Publishing (ISBN 1166792625) et 978-1166792626).
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. « Évolution et structure de la population à Pontlevoy en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 octobre 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 octobre 2010)
  15. « ARRETE portant inscription parmi les monuments historiques du monument funéraire de Pierre François Chappotin dans le cimetière de Pontlevoy à PONTLEVOY (Loir-et-Cher) », sur Site officiel de Pontlevoy (consulté le 8 mars 2014).
  16. Notice d'Auguste Poulain dans le Dictionnaire des personnalités de Sologne et Environs, Le petit Solognot, printemps 2011
  17. Biographie
  18. Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001 (voir page 343).
  19. Le fonds Clergeau est aujourd’hui déposé aux Archives départementales de Loir-et-Cher, qui ont organisé une exposition à Blois en 2006. Pontlevoy un village de France, 1902-1936, Louis Clergeau photographe, 1996, Éditions de la Martinière.
  20. Jean-Bernard Sandler, Pontlevoy et sa région - Artistes du secteur de Pontlevoy (1850-1950), Mémoires de l'Académie des sciences, arts et belles lettres de Touraine, 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]