Parfondru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parfondru
Parfondru
Mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Laon
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Laon
Maire
Mandat
Jean-Luc Lienard
2020-2026
Code postal 02840
Code commune 02587
Démographie
Gentilé Paillefoins
Population
municipale
349 hab. (2018 en diminution de 2,79 % par rapport à 2013)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 31′ 42″ nord, 3° 42′ 41″ est
Altitude Min. 69 m
Max. 189 m
Superficie 9,08 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Laon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Laon-2
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Parfondru
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Parfondru
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Parfondru
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Parfondru
Emplacement de la commune.

Parfondru est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée de Parfondru.

Sa superficie est de 908 hectares.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Parfondru est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Laon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 106 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (58,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (57,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (58,5 %), terres arables (24,8 %), prairies (6,4 %), zones agricoles hétérogènes (5,7 %), zones urbanisées (4,6 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie - Etymologie[modifier | modifier le code]

Les noms de Parfondru à travers les âges.

1150 : Profonde rue (cartulaire de l'abbaye de Saint-Martin de Laon f° 1120 à la bibliothèque de Laon)
1160 : Parfonderue (cartulaire de l'abbaye de Thenailles f° 55)
1160 : Profundarue (charte de l'hôtel-Dieu de Laon)
1173 : Parfonda Riva (cartulaire de l'abbaye de Saint-Martin de Laon tome 2 page 13)
1202 : Parfonderue (cartulaire de l'abbaye de Signy, archives des Ardennes)
1217 : Profondus Vicus (petit cartulaire de l'évêché de Laon charte 75)
1545 : Parfondrue (archives communales de Bruyères et Montbérault disparues après 1917)
1568 : Parfondrues (état civil de Beaurieux, tribunal de Laon)
1617 : Parfondrux (état civil de Beaurieux, tribunal de Laon)
1669 : Notre Dame de Parfondrue (archives communales de Parfondru)
1729 : Parfondrut (Intendance de Soissons)
1804 : Parfondru (archives communales de Parfondru)

En picard, "parfond" correspond à "profond" et "ru" à "ruisseau".

Gentilé[modifier | modifier le code]

Les habitants de Parfondru sont appelés les Paillefoins[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Parfondru[9],[10]

1136 : Hector, chevalier, vassal de Milessende de Montchalons,
1200 : Clairembaud, seigneur de Montchalons,
1217 : Lucienne, veuve de Clarembaud,
1238 : Clarenbaud, dit Hellin, seigneur de Parfondru,
1296 : Jean de Vassogne, chanoine de Laon, seigneur de Parfondru et de la mairie de Chéret;
1338 : Laurent de Moriaux, sire de Parfondru,
1362 : Aignan, sire de Parfondru, chevalier,
1370 : Laurent dit Morel, sire de Parfondru,
1371 : Guillaume, sire de Montchalons et de Parfondru,
1415 : Tristan de Moy, seigneur de Parfondru et Quivières, prévôt de Laon,
1444 : Jean de Moy, seigneur de Parfondru et Quivières,
1492 : Jacques de Riencourt, écuyer, seigneur de Parfondru,
1549 : Henry de Riencourt, écuyer, seigneur de Parfondru et de Drosnay,
1559 : Jacques de Riencourt, écuyer, seigneur de Parfondru et de Drosnay,
1603 : Pierre de Riencourt, chevalier, seigneur de Parfondru, la Croix et de Drosnay,
1641 : François de Riencourt, chevalier, seigneur de Parfondru et de Drosnay,
1665 : François de Riencourt, écuyer, seigneur de Parfondru, de Drosnay et de Matau,
1678 : André de Vassault, lieutenant-colonel au régiment de la Mothe-Houdancourt, seigneur de Parfondru,
1705 : André de vassault, écuyer, seigneur de Parfondru,
1706 : Jean-François de Vassault, écuyer, seigneur de Parfondru,
1755 : Henri-François de Vassault, chevalier, seigneur de Parfondru et de la Simone,
1765 : Claude François de Vassault, chevalier, seigneur de Parfondru.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Parfondru est membre de la communauté d'agglomération du Pays de Laon, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Aulnois-sous-Laon. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[11].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Laon, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[12]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Laon-2 pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[12], et de la première circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[13].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1965 Lucien Valissant    
1965 1971 Albert Lefevre    
1971 1989 Philippe Carlier    
1989 2002 François Renou    
2002 mars 2008 Jean-Luc Liénard    
mars 2008[15] mars 2014 Annick Courtin    
mars 2014[16] En cours
(au 13 juillet 2020)
Jean-Luc Lienard DVG Fonctionnaire
Réélu pour le mandat 2020-2026

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2018, la commune comptait 349 habitants[Note 3], en diminution de 2,79 % par rapport à 2013 (Aisne : −1,25 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
371379395436473467472444463
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
456483432370389369378351316
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
294284298237235233214257250
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
238234211269303295344348355
2018 - - - - - - - -
349--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieu-dit Lavergny[modifier | modifier le code]

Ferme de Lavergny avant son incendie.

Lavergny, hameau situé à l'extrémité est de la forêt domaniale de Lavergny, au centre du terroir de Parfondru. Dans ce hameau se trouve la Ferme de Lavergny.

Pendant l'époque gallo-romaine, une voie romaine séparait le territoire de la commune de Parfondru et de Veslud ; connue sous le nom de chemin des Romains, elle reliait Reims à Vermand[21]. La ferme de Lavergny en forme de villa gallo-romaine[22] et la distance d'environ 200 m de la voie gallo-romaine peuvent laisser penser que Lavergny existait déjà à cette époque.

Selon une biographie semi-fictive de sainte Céline, mère de saint Rémi (Ve siècle), par Hincmar de Reims, cette sainte serait enterrée à Lavergny[23].

Monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge.
  • Monument aux morts.
  • Croix de chemin datant de 1865.
  • Pierre tombale, située à l'entrée du village (côté Bruyères et Montbérault), en l'honneur du premier motocycliste français, Jean Fauchier de la Vigne, lieutenant au 10e régiment de cuirassiers commandé par le colonel De Gaulle, tué le .
  • La ferme-château de Lavergny.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Distinction de la commune[modifier | modifier le code]

« Par arrêté en date du , le ministre de la Guerre et des pensions cite à l'ordre de l'armée la localité suivante PARFONDRU vaillante cité dont les habitants ont supporté avec courage l'occupation ennemie; Malgré les dégâts subis, a toujours su conserver une croyance inébranlable dans le succès final ».

Sources[modifier | modifier le code]

Parfondru et son histoire, Jean-Luc Martin, Centre rural de lecture et de documentation.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

L'étude de M. Bourneria met en évidence l'intérêt botanique d'ordre national et international de ce site de niveau 3[réf. souhaitée] notamment des lieux-dits : les Vieux-Près, les Pâtures, le Bois des Fosses, la Rosière, les Grands Bois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Journal L'Union », sur Journal L'Union (consulté le )
  9. « 13 T 348 - Parfondru - 1884 Archives départementales de l'Aisne », sur Archives départementales de l'Aisne (consulté le )
  10. Maximilien Melleville, Dictionnaire historique du département de l'Aisne..., chez l'auteur, (lire en ligne)
  11. « communauté d'agglomération du Pays de Laon - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  12. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Parfondru », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  13. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  14. Almanach-Annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de L'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, de 1875, p169.
  15. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  16. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le )
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Philippe H, « Quintaines et voies romaines: Voie de Vermand à Reims - recherche de tracé », sur Quintaines et voies romaines, (consulté le )
  22. [ http://www.histoireaisne.fr/memoires_numerises/chapitres/tome_12/Tome_012_page_072.pdf]
  23. Biographie de Sainte Céline dans le Sanctoral

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :