Parc de Bagatelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le parc situé dans le bois de Boulogne. Pour le parc d'attractions de la côte d'Opale, voir Parc Bagatelle. Pour les homonymes, voir Bagatelle.
Parc de Bagatelle
Image illustrative de l'article Parc de Bagatelle
Le château du parc de Bagatelle.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Subdivision administrative Île-de-France
Commune Paris
Arrondissement 16e arrondissement
Histoire
Personnalité(s) François-Joseph Bélanger
Thomas Blaikie
Gestion
Lien Internet equipement.paris.fr
Accès et transport
Métro (M)(1) Pont de Neuilly
Bus 43 244 La Navette
Localisation
Coordonnées 48° 52′ 17″ nord, 2° 14′ 50″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Parc de Bagatelle

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Parc de Bagatelle
La maison du jardinier de Bagatelle et son potager

Le parc de Bagatelle est un parc situé dans le 16e arrondissement de Paris (France), en bordure de la pelouse (dite aussi « plaine de jeux ») de Bagatelle, dans le bois de Boulogne. Jouxtant la limite sud de la commune de Neuilly-sur-Seine, il est l'un des quatre pôles du jardin botanique de la ville de Paris avec le jardin des serres d'Auteuil situé au Sud-Est du bois, ainsi que le parc floral de Paris et l'arboretum de l'école du Breuil qui se trouvent eux dans le bois de Vincennes.

Historique[modifier | modifier le code]

Le parc et le château de Bagatelle[1], également dénommé la « Folie d'Artois », ont été construits en soixante-quatre jours seulement, à la suite d'un pari entre Marie-Antoinette et le Comte d'Artois, acquéreur du domaine en 1775.

Les plans du site ont été dessinés en une seule nuit par l'architecte Bélanger ; plus de neuf cents ouvriers ont travaillé à cette réalisation.

François-Joseph Bélanger a conçu le parc et Thomas Blaikie a assuré sa réalisation dans un style anglo-chinois, très en vogue à l'époque. Cette mode est liée à l'arrivée en Europe d'images de pagodes en provenance de Chine mais reflète également une réaction face au rigorisme des jardins à la française.

«  Bélanger mit à l’intérieur des marbres, des glaces, des bains, des jets d’eau rafraîchissants, des meubles clairs et gais ; puis, autour, un jardin semi-anglais, semi-français ; et, dans le parc, tout l’assortiment rococo, sentimental du XVIIIe siècle : temple de la philosophie, pavillon hindou, ermitage, etc., etc. ; beautés de la nature truquées : grottes, cascades, roches, lacs, ponts en bois, tout un Rousseau de clinquant, une fausse nature, en somme, contrastant, jurant avec l’ample paysage formé par le fleuve paisible - alors - qui bordait le parc à l’ouest, par le Mont-Valérien, par les belles collines de Saint-Cloud, de Meudon. Mais on était près de Paris, pas loin de Versailles, bien plus artificiel encore. Et le fleuve si lent, et le Bois si calme, et les collines, et le parc, et Bagatelle pouvaient passer pour un lieu champêtre, pour une véritable Arcadie. »

— Adolphe-Louis Leroy

Après avoir failli disparaître sous la Révolution française, le parc a été doté de l'orangerie, de la grille d'honneur et des écuries en 1835, puis des pavillons des gardes, du Trianon et des deux terrasses en 1870.

L'héritier de la veuve de Sir Richard Wallace (1818-1890), née Julie Castelnau, morte à Londres en 1897, vendit le domaine à la ville de Paris en 1904.

Le 15 mars 1907, Charles Voisin y accomplit le premier vol mécanique sur un aéroplane muni d’un moteur à explosion (un V8 « Antoinette »).

Depuis 1907, la roseraie du parc, qui comporte quelque dix mille rosiers représentant mille deux cents cultivars différents, accueille un concours international.

Article détaillé : Roseraie de Bagatelle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Expositions thématiques[modifier | modifier le code]

Des expositions sont régulièrement organisées dans le parc de Bagatelle. En 2004, le thème était Les cabanes. En 2013, le titre de l'exposition-promenade est Paris Paysages[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le château prit le nom de « Bagatelle », c'est-à-dire babiole, par allusion à son coût, 3 à 4 millions.
  2. Ça se passe au jardin, Paris.fr