Thomas Blaikie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thomas Blaikie
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Thomas Blaikie (né en 1751 à Édimbourg - mort à Paris en 1838) est un jardinier originaire d'Écosse (Corstorphine, près d'Édimbourg).

Biographie[modifier | modifier le code]

Plan du parc de Bagatelle par Blaikie (Archives nationales)

En avril 1775 il quitte Londres pour se rendre en Suisse, ayant été chargé par le directeur du jardin botanique d'Upton, le Dr John Fothergill, de ramener des spécimens de flore alpine. Il arrive à Genève début mai 1775, puis arpente le Jura et les Alpes, visitant entre autres le village des Plans-sur-Bex[1].

Plus tard, il s'installe à Paris et dessine les jardins de la Malmaison et de Bagatelle, le parc du château du Raincy et est chargé du réaménagement (réfection des allées, agrandissement des serres chaudes, plantation d'arbres...) du parc de 20 hectares de la « folie Monceau » créé vers 1780 par le duc de Chartres à Monceau ; ce dernier jardin est vanté successivement par l'abbé Delille (Les jardins ou l'art d'embellir les paysages, 1782), puis par Luc-Vincent Thiéry (Guide des amateurs et des étrangers voyageurs à Paris, 1787).

Le journal intime de Blaikie, intitulé Un Jardinier écossais à la Cour de France, datant de la fin du XVIIIe siècle n'a été publié qu'en 1931.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thomas Blaikie, Diary a Scotch gardener at the French court at the end of the Eighteenth Century, London : G. Routledge, 1931.
  • Thomas Blaikie, Sur les terres d'un jardinier : journal de voyages, 1775-1792, Besançon : Les Ed. de l'Imprimeur, 1997.
  • Patricia Taylor, Thomas Blaikie 1751–1838, The ‘Capability’ Brown of France. Tuckwell Press. 2001. (ISBN 1 86232 110 8).
  • Thomas Blaikie, Excursions botaniques dans le Jura : 1775, [Les Charbonnières] : Ed. Le Pélerin, 2005.
  • Matthew Richards, « Un botaniste écossais à Genève au Siècle des Lumières », Passé simple, no 62,‎ , p. 15-17

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Matthew Richards, « Un botaniste écossais à Genève au Siècle des Lumières », Passé simple, no 62,‎ , p. 15-17.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]