Grandes opérations d'architecture et d'urbanisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les grandes opérations d'architecture et d'urbanisme, aussi appelées de manière plus ou moins informelle grands travaux de François Mitterrand, Grands Travaux ou encore grands projets culturels, sont un programme architectural promouvant les monuments modernes de Paris, la ville des monuments, symbolisant le rôle de la France dans l'art, la politique et l'économie pour les deux décennies de la fin du XXe siècle[1],[2]. Le programme est initié par François Mitterrand, président de la République. Les travaux civiques ont été estimés à 15,7 milliards de francs[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Mitterrand en 1984.

Considérés comme des éléments visibles et durables des mandats de François Mitterrand, les Grands Travaux, sont officiellement connus sous le nom de « grandes opérations d'architecture et d'urbanisme »[4].

Au lendemain de son élection, les médias et l'opposition s'interrogent sur le devenir de trois opérations chères à Valéry Giscard d'Estaing : le musée d'Orsay, celui de La Villette et la Tête Défense. Le , lors de sa première conférence de presse, Mitterrand annonce les grandes lignes de sa politique culturelle, reprenant les projets de ses prédécesseurs et amorçant les siens (l'opéra Bastille, le Louvre)[5]. La présidence socialiste des années 1980 de François Mitterrand est fortement fondée sur la culture, l'une des pièces maitresses de son régime[6].

Projets nationaux[modifier | modifier le code]

Musée d'Orsay[modifier | modifier le code]

Projeté par Valéry Giscard d'Estaing, il est considéré comme le premier des grands projets de la présidence de François Mitterrand.

Palais-Royal : Les Deux Plateaux[modifier | modifier le code]

Cet aménagement de la cour d'honneur du Palais-Royal, achevé en 1986, est connu sous le nom « colonnes de Buren ».

Parc de la Villette[modifier | modifier le code]

Ce projet en sommeil est relancé après l'élection présidentielle de 1981 portant la gauche au pouvoir[7]. Une Cité de la musique s'ajoute alors au projet d'un musée des Sciences et des Techniques[7]. Selon l'historienne Danièle Voldman :

«  la marque socialiste s'exprime dans la volonté plus nette de rééquilibrer Paris vers l'est avec des équipements culturels de haut niveau ; en ce sens, La Villette ne se comprend pas sans l'opéra de la Bastille[7]. »

Grande Arche de La Défense[modifier | modifier le code]

Grand Louvre[modifier | modifier le code]

La pyramide du Louvre, perspective sur la cour Napoléon.

Au début du premier mandat de François Mitterrand, Jack Lang, ministre de la Culture, lui suggère de redonner au musée du Louvre l'aile Richelieu qui abritait alors le ministère des Finances (celui-ci sera ensuite relogé dans un nouveau bâtiment à Bercy), projet déjà envisagé par le directeur des Musées nationaux Henri Verne en 1927[8]. François Mitterrand annonce officiellement son lancement le [9]. Cette décision est accompagnée d'une réorganisation des collections et d'une transformation architecturale des bâtiments. Le projet « Grand Louvre » est confié à Émile Biasini qui sélectionne l'architecte sino-américain Ieoh Ming Pei (pour la première tranche) afin de diriger les travaux qui s'étendent de 1981 à 1999. La pyramide du Louvre, conçu par Pei, a été érigée dans ce cadre.

Institut du monde arabe[modifier | modifier le code]

Conçu dans le but d'améliorer les relations entre la France et les pays arabes, il est inauguré le par le président Mitterrand[10].

Opéra Bastille[modifier | modifier le code]

Le président François Mitterrand décide en 1982 la construction d’un nouvel opéra dans Paris afin de décharger l’opéra Garnier. Il veut un opéra « moderne et populaire ». Pour les besoins de l’époque, on crée en 1983 « l’Établissement public Opéra-Bastille » (EPOB). L'ancienne gare de la Bastille est détruite en 1984 et le nouvel opéra, construit à son emplacement, est inauguré le .

Ministère de l'Économie et des Finances[modifier | modifier le code]

Le ministère de l'Économie et des Finances derrière le pont de Bercy sur la Seine.

Le siège du ministère est situé à proximité immédiate du pont de Bercy dans le quartier homonyme, à Paris (12e arrondissement), dans un complexe architectural conçu par Paul Chemetov et Borja Huidobro, d'une superficie de 230 000 m2, hors œuvre, répartis sur cinq bâtiments (baptisés respectivement : « Necker », « Vauban », « Colbert », « Sully » et « Turgot »), complexe inauguré en 1988.

Bibliothèque nationale de France[modifier | modifier le code]

La construction du site de Tolbiac de la BnF, annoncée lors de l'allocution présidentielle du , a été achevée avec l'ouverture du haut-de-jardin le , puis du rez-de-jardin le .

Centre culturel Tjibaou[modifier | modifier le code]

Prévu dans les accords de Matignon de 1988, ce centre de la culture kanak a été édifié entre 1995 (le chantier est ouvert le à la fin du deuxième mandat de François Mitterrand) et 1998 par l'architecte Renzo Piano (dont le projet avait été choisi en 1991) sur un terrain de huit hectares cédé à titre gratuit à l'ADCK par la ville de Nouméa le .

Projets en province[modifier | modifier le code]

Dans le cadre des politiques de décentralisation culturelle, de nombreux projets sont menés en régions (classés par régions actuelles).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Grand Arche de la Défense », sur dukegill.com (consulté le ).
  2. (en) Jacob Simpson, « Urban Design Politics » [PDF], (consulté le ).
  3. (en) French cultural studies, (lire en ligne).
  4. Sue Collard, Mission impossible : les chantiers du Président, vol. 3, , 97–132 p. (lire en ligne).
  5. François Chaslin, Les Paris de François Mitterrand : histoire des grands projets architecturaux, Gallimard, , p. 114.
  6. (en) DeRoo Rebecca J., The museum establishment and contemporary art: the politics of artistic display in France after 1968, Cambridge University Press, (ISBN 9780521841092, lire en ligne), p. 200.
  7. a b et c Danièle Voldman, Le Parc de la Villette entre Thélème et Disneyland, Vingtième Siècle, 1985, vol. 8, no 8, p. 19-30.
  8. I. M. Pei, Émile Biasini, Jean Lacouture, L'invention du Grand Louvre, Odile Jacob, (lire en ligne), p. 69.
  9. Service de la communication du Ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie.
  10. (fr) Tirthankar Chanda, « L'IMA, la vitrine parisienne du monde arabe », Label France, no 37, 1999, sur le site du ministère des Affaires étrangères.