Jardins de l'Avenue-Foch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jardins de l'Avenue-Foch
Image illustrative de l’article Jardins de l'Avenue-Foch
Jardin dans l'une des contre-allées.
Géographie
Pays France
Commune Paris
Arrondissement 16e
Quartier Chaillot
Porte-Dauphine
Superficie 6,62 ha
Localisation
Coordonnées 48° 52′ 23″ nord, 2° 17′ 08″ est

Les jardins de l'Avenue-Foch sont un espace vert du 16e arrondissement de Paris, dans les quartiers de Chaillot et de la Porte-Dauphine.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Les jardins sont deux espaces séparés, de part et d'autre de la voie centrale de l'avenue.

Les jardins sont accessibles par l'avenue Foch. Ils sont situés de part et d'autre de la large voie centrale de l'avenue et séparés des bâtiments qui les bordent par une contre-allée de chacun des deux côtés de l’avenue.

Ils sont desservis par la ligne (M)(2) aux stations Porte Dauphine et Victor Hugo ; par les lignes (M)(1)(2)(6) à la station Charles de Gaulle - Étoile ; par la ligne C du RER, à la gare de l'avenue Foch ; par la ligne A du RER, à la gare de Charles-de-Gaulle - Étoile et par la ligne de bus RATP PC.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Ils tiennent leur nom en raison de la proximité de l'avenue Foch dénommée en l'honneur de Ferdinand Foch (1851-1929), maréchal de France, le généralissime de la Grande Guerre.

Historique[modifier | modifier le code]

Les jardins sont créés en 1854 par Adolphe Alphand (1817-1891) sous l'impulsion de Napoléon III. Ils sont réalisés en même temps que l'avenue. Celle-ci porte successivement les noms d'avenue de l'Impératrice, du général Ulrich, du Bois-de-Boulogne puis, depuis 1929, d'avenue Foch. Elle est représentative de l'ambitieuse politique urbanistique du Second Empire, qui conduit à multiplier les espaces verts dans la capitale. Rapidement prisée par le Tout-Paris, elle est lotie à ses abords par de somptueux hôtels particuliers[1].

Environ quatre mille arbres y sont plantés, originaires de France, d'Allemagne, de Belgique et d'Algérie. De nos jours, on en compte six cents, dont certains sont centenaires, comme un marronnier d'Inde (planté en 1852), un orme de Sibérie (le plus gros de Paris, avec 4,15 mètres de circonférence), un catalpa et deux platanes (plantés en 1852 et en 1853). Au niveau du no 36 est installée une aire ludique en grumes[1].

Entre les nos 17 et 22, au niveau de la rue Chalgrin, se trouve un monument en hommage à Adolphe Alphand (1899), réalisé par le sculpteur Jules Dalou et l'architecte Jean-Camille Formigé[1].

Plusieurs sections de la pelouse rendent hommage à des personnalités[1] :

Non clôturés, les jardins sont ouverts 24 heures sur 24. Ils disposent d'un point d'eau potable, d'une table de pique-nique et de deux aires de jeux pour les enfants[1].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Jardins de l’Avenue-Foch », sur paris.fr (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]