Square Louise-Michel (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Square Louise-Michel
Image illustrative de l’article Square Louise-Michel (Paris)
Le square avec, au premier plan à gauche, un ancien manège, puis la terrasse inférieure et la terrasse supérieure séparées par les escaliers et la pelouse en pente raide. En arrière-plan, la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Paris
Arrondissement 18e
Quartier Grandes-Carrières
Superficie 2,373 7 ha
Histoire
Création 1877
Ancien(s) nom(s) Square Saint-Pierre
Square Willette
Localisation
Coordonnées 48° 53′ 06″ nord, 2° 20′ 36″ est
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Square Louise-Michel

Le square Louise-Michel est un square du 18e arrondissement de Paris (France), dans le quartier des Grandes-Carrières.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Situé dans le 18e arrondissement, quartier des Grandes-Carrières, le square Louise-Michel, d'une surface de 23 737 m2, est délimité par la place Saint-Pierre, les rues Ronsard, Paul-Albert, Maurice-Utrillo, du Cardinal-Dubois et Foyatier.

Deux rampes douces en fer à cheval conduisent à une terrasse inférieure couronnée par une balustrade. De cette plate-forme partent des escaliers droits, des escaliers obliques sur les côtés et des chemins en dénivelé sur la périphérie, lesquels mènent à la terrasse supérieure surmontant la fontaine monumentale de Paul Gasq[1].

Situé en bas de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, le square Louise-Michel est desservi par la ligne (M)(2) à la station de métro Anvers ; par la ligne (M)(12) à la station Abbesses ainsi que par les lignes de bus (BUS)RATP30405485 et le funiculaire de Montmartre.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Louise Michel.

Le nom du square fait référence à Louise Michel (1830-1905), une des figures majeures de la Commune de Paris de 1871.

Historique[modifier | modifier le code]

Construction du Sacré-Cœur.
Plaque commémorative apposée sur le mur du square Louise-Michel, à l'extrémité nord de la rue Ronsard, où se trouvait l'entrée des carrières de Montmartre.

Le sous-sol de la butte Montmartre fut exploité depuis l'époque gallo-romaine, avec le creusement de carrières d'extraction de gypse pour la construction des immeubles parisiens.

Un premier square Saint-Pierre est créé et livré au public le [2],[3].

À la suite de problèmes de glissements de terrain et d'éboulements de la zone étayée, Adolphe Alphand entreprend, à partir de 1889, la création sur ce même emplacement, d'un nouveau square — imaginé à partir de 1874 —, consistant en des sentiers cheminant sur la colline au milieu des rocailles et des bosquets[4]. Malgré le décès en 1891 d'Adolphe Alphand, le projet est mis en œuvre par Paul Abadie et en 1894, la partie est, côté rue Ronsard, est aménagée dans le style du parc des Buttes-Chaumont, avec cascades, chaos de rochers, grottes, chemins, escaliers, bosquets…

Vers 1900, Jean Camille Formigé commence le réaménagement du lieu, avec de nouveaux travaux de soutènement, en supprimant le petit square mais en gardant ceux d'Alphand et d'Abadie[5]. Les travaux sont terminés près de trente ans plus tard, interrompus par la Première Guerre mondiale[6].

L'entrée du square située rue Muller.

En 1927, le square Saint-Pierre, une nouvelle fois remanié, est enfin inauguré et prend le nom de « square Willette », du nom d'Adolphe Willette peintre, illustrateur, affichiste, lithographe et caricaturiste, square qui s'étend sur 23 737 m2 au pied de la basilique du Sacré-Cœur[7],[8]. Le relief ainsi que la basilique en surplomb ont permis à l'architecte de composer le jardin autour d'un grand escalier conduisant de la place Saint-Pierre à la basilique.

À la suite d'une délibération du Conseil de Paris souhaitant à la fois renouer avec la mémoire des milliers de morts et d'exilés pendant et après les combats de la Commune de Paris[9] et que le dessinateur Alfred Willette, connu pour son engagement antisémite, ne soit plus glorifié dans l'espace public, le square Willette devient, le , le « square Louise-Michel ».

Le funiculaire de Montmartre longe le square sur toute sa partie ouest.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

La fontaine monumentale de Paul Gasq.
Fontaine dite des Innocents de Derré.
  • Fontaine monumentale de Paul Gasq, de style néoclassique (1932) : sous la terrasse supérieure, trois niches en hémicycle et voûtées en cul-de-four abritent une goulotte déversant l'eau dans des vasques ornées de piédouches sculptés de personnages marins (Tritons, naïade), lesquels débordent dans un vaste bassin[1].
  • Fontaine en pierre et bronze dite des Innocents d'Émile Derré, de 1906 : une jeune mère soutient son enfant tandis que derrière eux des fillettes et des gamins s'éjouissent. Le pénis du gros bébé, à l'image du Manneken-Pis, émet un jet d'eau dans la vasque. Les personnages en bronze reflètent une image idéaliste du bonheur, renforcée par la maxime rabelaisienne gravée « Mieux vaut de ris que de larmes escrire »[1].
  • Allée de l'Île-des-Pins : cette voie piétonne, qui débute à l’entrée du square, côté rue Muller, et longe la rue Ronsard jusqu’à la place Saint-Pierre[10], a été dénommée et inaugurée en mars 2021 par Anne Hidalgo, la maire de Paris, dans le cadre des célébrations des 150 ans de la Commune de Paris en hommage aux milliers de communards qui ont été déportés au bagne de cette île de Nouvelle-Calédonie et qui y perdirent la vie. Cette allée du square accueille un « araucaria du souvenir »[11],[12].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur Square Louise-Michel.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Danièle Chadych et Dominique Leborgne, Le guide du promeneur : 18e arrondissement, Parigramme, , p. 48.
  2. « Square Saint-Pierre, Louis-Émile Durandelle, 1877 », vergue.com.
  3. Le Figaro, 4 avril 1877, p. 4, 3e colonne, mémento, gallica.bnf.fr.
  4. « Le square Saint-Pierre en 1877 », vergue.com.
  5. « Jean-Camille Formigé. Butte Montmartre, projet de square, art.rmngp.fr.
  6. Jacques Benoist, Le Sacré-Cœur de Montmartre. De 1870 à nos jours, Paris, Éditions Ouvrières, coll. « Patrimoine », 2 vol., 1992, 1 280 p.
  7. « Le square Louise-Michel », paris1900.lartnouveau.com.
  8. « Montmartre, square Saint-Pierre, square Louise-Michel », www.montmartre-secret.com.
  9. « Un square Louise-Michel sur la butte Montmartre », www.leparisien.fr, 28 février 2004 (consulté le 18 octobre 2018).
  10. 2021 DEVE 20 Dénomination « allée de l’Île des Pins » attribuée à une allée du square Louise Michel (18e), Ville de Paris, Direction des Espaces Verts et de l’Environnement.
  11. La Nouvelle-Calédonie est une collectivité d'outre-mer française.
  12. 150 ans de la Commune de Paris : Hommage aux communards déportés en Nouvelle-Calédonie, Jean-Tenahe Faatau, 17 mars 2021, sur Outremers360.com.
  13. Les plus beaux manèges de Paris, sur Pariszigzag.fr.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :