Nationalisme croate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le nationalisme croate est le nationalisme qui affirme l'identité des Croates et promeut l'unité culturelle des Croates[1].

Le nationalisme croate moderne est apparu pour la première fois au 19ème siècle après une pression croissante en faveur de la magyarisation et a commencé à se développer surtout après les lois d'avril qui ignoraient l'autonomie croate sous le royaume hongrois. Il reposait sur deux idées principales: un droit d'État historique fondé sur une continuité avec l'État croate médiéval et une identité associée aux Slaves[2].

Cette période a commencé avec le mouvement illyrien, qui a créé la Matica hrvatska et promu le langage "illyrien". L'illyrianisme a engendré deux mouvements politiques: le Parti du droit, nommé d'après le concept de droit d'Etat (pravaštvo), dirigé par Ante Starčević, et le Yougoslavisme dirigé par Josip Juraj Strossmayer, tous deux limités à l'intelligentsia[3].

Le plaidoyer en faveur de la Yougoslavie en tant que moyen de parvenir à l'unification des terres croates en opposition à leur division sous l'Autriche-Hongrie a commencé par la revendication de Strossmayer comme réalisable au sein d'une monarchie yougoslave fédéralisée[4].

Après la fondation de la Yougoslavie en 1918, un État hautement centralisé a été créé dans la Constitution de 1921 pour le Jour de la Saint-Guy, conformément aux aspirations des nationalistes serbes à assurer l'unité des Serbes, ce qui a provoqué le ressentiment des Croates et des autres peuples de Yougoslavie. Le Croate dalmatien et le principal dirigeant yougoslave Ante Trumbić, à l'époque de la Première Guerre mondiale, ont dénoncé la constitution du jour de la Saint-Guy pour la mise en place d'une hégémonie serbe en Yougoslavie contraire aux intérêts des Croates et d'autres peuples en Yougoslavie[5]. Les nationalistes croates s'opposaient à l'État centralisé avec des nationalistes modérés réclamant une Croatie autonome au sein de la Yougoslavie. Le nationalisme croate est devenu un mouvement de masse dans le Royaume de Yougoslavie par le biais du Parti paysan croate de Stjepan Radić. La revendication par les nationalistes croates modérés d'une Croatie autonome au sein de la Yougoslavie a été acceptée par le gouvernement yougoslave dans l'accord Cvetković – Maček de 1939. Cet accord a provoqué la colère des nationalistes serbes qui s'y opposaient au motif d'affaiblir l'unité du serbe en Yougoslavie, affirmant son importance pour la Yougoslavie avec le slogan "Forte Serbie, forte Yougoslavie". L'accord a également provoqué la colère des Bosniaques (alors connus sous le nom de Musulmans yougoslaves), y compris l'Organisation des Musulmans yougoslaves (JMO) qui a dénoncé la partition de la Bosnie-Herzégovine par cet accord[6].

Un nationalisme sectaire croate violent s'est développé avant la Seconde Guerre mondiale au sein du mouvement Oustachi d'Ante Pavelić, qui a à son tour collaboré avec l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste dans l'État indépendant de Croatie pendant la Seconde Guerre mondiale. Le nationalisme croate est alors devenu largement dormant, à l'exception du printemps croate, jusqu'à l'éclatement de la Yougoslavie et la guerre d'indépendance croate. Dans sa forme la plus extrême, le nationalisme croate est personnifié par le désir d'établir un plus grand État croate, l'idéalisation du paysan et des valeurs patriarcales, ainsi que le sentiment anti-serbe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Motyl 2001, p. 103-104.
  2. Motyl 2001, p. 104.
  3. Motyl 2001, p. 105.
  4. Motyl 2001, p. 105.
  5. Spencer Tucker. Encyclopedia of World War I: A Political, Social, and Military History. Santa Barbara, California, USA: ABC-CLIO, 2005. Pp. 1189.
  6. Motyl 2001, p. 57.

Voir aussi[modifier | modifier le code]