Nationalisme territorial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le nationalisme territorial décrit une forme de nationalisme basée sur la croyance quasi-religieuse selon laquelle tous les citoyens d'un territoire doivent allégeance à leur pays de naissance ou d'adoption[1]. Selon le nationalisme territorial, chaque individu doit appartenir à une nation, mais peut choisir à laquelle se joindre[2]. La nation ou la mémoire collective qu'elle évoque sont sacralisés[3]. Un nationaliste territorial idéalise la citoyenneté[3]. L'égalité devant la loi est essentielle dans le nationalisme territorial[2]. Un des critères définissant le nationalisme territorial est l'instauration d'une culture de masse étatique fondée sur les valeurs et les traditions communes des populations de ce territoire[2],[3].

Puisque la citoyenneté est idéalisée au détriment de l'ethnicité dans le nationalisme territorial, il est affirmé par Athena S. Leoussi et Anthony D. Smith (en 2001) que la révolution française est une révolution nationaliste territoriale[3]. Ce dernier précise que le terme d'État-Nation ne devrait être réservé qu'à des États où il n'existe qu'une seule ethnie ou population ethno-culturelle, ce qui n'est le cas que de moins de 10% d'entre-eux[4].

Nationalisme territorial en Europe[modifier | modifier le code]

En Europe occidentale l'identité nationale a tendance à être plus basée sur l'endroit où une personne est née qu'en Europe centrale et orientale[5]. Les chercheurs ont fait valoir que cela pourrait être expliqué par le fait que ces derniers États sont issus d'anciens États impériaux[6]. Les régimes communistes du bloc de l'Est ont activement agis pour supprimer ce qu'ils ont décrit comme du «nationalisme bourgeois»[6] et considéré le nationalisme comme une idéologie bourgeoise[7]. En Union soviétique, cela a conduit à la russification et à d'autres tentatives pour remplacer les autres cultures de l'Union soviétique par la culture russe[6], alors même que, dans le même temps, l'Union soviétique promu certaines formes de nationalisme qu'il jugeait compatible avec les intérêts soviétiques[8]. La Yougoslavie était différente des autres pays communistes européens, où le yougoslavisme a été promu[6].

Nationalisme territorial au Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

Bien que le nationalisme territorial soit en contraste avec l'universalité de l'Islam[9], l’Égypte et la Tunisie en particulier, avaient des politiques nationalistes territoriales après l'indépendance[1]. Cela a été progressivement remplacé par le panarabisme dans les années 1950, mais celui-ci a diminué au milieu des années 1970[9],[10].

Nationalisme territorial en Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Tout comme en Europe occidentale, l'identité nationale a tendance à être plus fondée sur l'endroit où une personne est née que sur son origine ethnique[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Middle East and North Africa: Challenge to Western Security de Peter Duignan et L.H. Gann, Hoover Institution Press, 1981, ISBN 978-0-8179-7392-6 (p. 22).
  2. a, b et c The Populist Challenge: Political Protest and Ethno-Nationalist Mobilization in France de Jens Rydgren, Berghahn Books, 2004, ISBN 1571816917.
  3. a, b, c et d Encyclopaedia of Nationalism de Athena S. Leoussi et Anthony D. Smith, Transaction Publishers, 2001, ISBN 978-0-7658-0002-2, (p. 62).
  4. "We may term a state a ‘nation-state’ only if and when a single ethnic and cultural population inhabits the boundaries of a state, and the boundaries of that state are coextensive with the boundaries of that ethnic and cultural population". "Less than ten percent of existing states meet these criteria." Smith, Anthony D. Nations and Nationalism in a Global Era (Cambridge: Polity Press, 1995), 86.
  5. a et b Territory: The Claiming of Space by David Storey, Prentice Hall, 2003, ISBN 978-0-582-32790-0
  6. a, b, c et d Changing Europe: Identities, Nations and Citizens by David Dunkerley, Lesley Hodgson, Stanislaw Konopacki, and Tony Spybey, Routledge, 2002, ISBN 978-0-415-26777-9
  7. Khiterer, V. (2004) 'Nationalism in the Soviet Union', in Encyclopedia of Russian History, Macmillan Reference USA
  8. The Revenge of the Past: Nationalism, Revolution, and the Collapse of the Soviet Union by Ronald Grigor Suny, Stanford University Press, 1993, ISBN 0804722471
  9. a et b The emergence of territorial nationalism in the contemporary Arab Middle East by Kenneth W. Stein, 1982
  10. "Arab Unity." The Continuum Political Encyclopedia of the Middle East. Ed. Avraham Sela. New York: Continuum, 2002. pp. 160–166.

Bibliographie[modifier | modifier le code]