Nationalisme basque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article est incomplet dans son développement ou dans l’expression des concepts et des idées. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Son contenu est donc à considérer avec précaution. Améliorez l’article ou discutez-en.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (6 mars 2010).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

L'ikurriña fut créé en 1894 par Sabino Arana

Le nationalisme basque est une idéologie politique et culturelle qui défend l'unité et la défense de l'identité culturelle sur le territoire du Pays basque.

Il existe différentes conceptions nationalistes (autonomistes, fédéralistes et indépendantistes) qui se distinguent par le statut défendu pour le Pays basque. Le nationalisme basque est majoritairement démocratique bien qu'il y ait eu de nombreux groupes aux méthodes terroristes : ETA, Iparretarrak, et Comandos autonomes anticapilatistes (Comandos autónomos anticapitalistas - CAA).

Territoires concernés[modifier | modifier le code]

Le Pays basque (Euskal herria en langue basque) se partage entre l'Espagne et la France.

Il faut préciser que le nationalisme basque n'est pas présent de manière homogène sur l'ensemble des territoires mentionnés. Il est majoritairement implanté dans la communauté autonome espagnole du Pays basque. Toutefois, il a existé des organisations nationalistes qui ont également revendiqué d'autres territoires comme La Rioja, la Valle de Mena, ou le Béarn.

Vocabulaire et symboles[modifier | modifier le code]

  • Aberri Eguna : le dimanche de Pâques, les partis nationalistes basques célèbrent l'Aberri Eguna, ou le jour de la patrie basque.
  • Aberri : Sabino Arana Goiri a utilisé le mot aberri (patrie) pour la première fois afin de synthétiser en langue basque les aspirations de son idéologie. De la même manière, est né le terme Euzkadi, néologisme créé par Arana face au concept de Euskal Herria, utilisé largement jusqu'alors par des partis qu'il considérait "espagnolistes" pour désigner le Pays basque.
  • Abertzale : ce mot vient du mot aberri pour former le mot "patriote". Ce mot est régulièrement utilisé par les partis nationalistes basques pour se référer à leur communauté.
  • Ikurriña : littéralement "drapeau". Il a été dessiné par les frères Arana. Il devait être à la base le drapeau de Biscaye mais il a été adopté par la suite comme drapeau officiel de la communauté autonome du Pays basque. Le nationalisme basque l'a aussi adopté comme emblème.
  • Lauburu: étoile solaire d'origine inconnue et très similaire à d'autres symboles très répandus dans d'autres cultures. Littéralement, Lauburu signifie "quatre têtes". Certains auteurs ont établi des connexions entre cet emblème que l'on retrouve sur les tombes médiévales de la corniche cantabrique et le "Lábaro" de la Cantabrie. Le nationalisme basque l'utilise comme symbole de l'union des quatre territoires basque d'Espagne (Alava, Biscaye, Guipuscoa, et la Navarre), chaque tête du Lauburu correspondrait à un territoire. Cette union est connue sous le terme Laurak Bat signifiant "les quatre en un" et deviendrait par la suite Zazpiak Bat signifiant "les sept en un" en ajoutant les trois territoires de l'autre côté des Pyrénées : Labourd, Soule et la Basse-Navarre en France.
  • Arrno beltza : littéralement "l'aigle noir". C'était le sceau du roi navarre Sanche VII de Navarre, dit le Fort. Il a été utilisé comme premier drapeau du Pays basque.


Études sociologiques
[modifier | modifier le code]

Les informations fournies par l'Euskobarómetro, études sociologiques périodiques réalisées par l'Université du Pays basque et dirigées par Francisco José Llera Ramo, professeur de sciences politiques et d'administration, sympathisant reconnu du PSOE, donnent des informations contradictoires : 34% des personnes interrogées expriment un désir important d'indépendance, 22% expriment un désir modéré et 32% expriment aucun désir d'indépendance.

Selon cette même étude, 39% veulent une autonomie, 30% l'indépendance, 27% le fédéralisme et seulement 1% est favorable à l'État central. 42% se considèrent nationalistes face à 51% qui se considèrent non-nationalistes. On note une baisse des positions nationalistes qui se trouvaient juste à un point des non-nationalistes en mai 2006. 3% des sondés estimaient que l'Espagne était leur nation, 18% que l'Espagne était leur pays.

En outre, l'étude montre qu'en 2007, 31% des sondés se considéraient autant basques qu'espagnols, 33% uniquement basques, 22% plus basques d'espagnols, 5% uniquement espagnols et 4% plus espagnols que basques.

Par ailleurs, les résultats du sociomètre du Gouvernement basque montrent, avec une méthodologie différente, d'autres résultats. Selon le cabinet de prospection sociologique en mai 2006, 32% étaient d'accord avec l'indépendance du Pays basque par rapport à 26% en janvier 2007. Cette baisse claire s'explique par le fait qu'en mai 2006, 19% "étaient d'accord ou pas selon les circonstances" alors que dans l'édition de janvier 2007, le pourcentage s'élevait jusqu'à 35%. En 2007, 28% s'opposent à l'indépendance alors qu'ils étaient 35% l'année précédente. Ceux qui ne se prononcent pas passent alors de 15% à 11%.

Toutefois, les deux études ne s'étendent qu'au Pays basque, excluant ainsi à la fois la Navarre et les trois provinces de Iparralde en France.

L'étude présentée par Eusko Ikaskuntza en mars 2007 "Identité et culture basques au début du XXIème siècle" reflète les opinions de toutes les régions du Pays basque. Il s'agit d'une étude ample qui comporte 147 pages. 44% des sondés assurent se sentir plus basques qu'espagnols ou français, 23% aussi basques qu'espagnols ou français, 12% plus espagnols ou français que basques, 7% plus navarrais que basques, 4% aussi espagnols que navarrais, 3% aussi basques que navarrais et 7% revendiquent une autre identité.

Durant la campagne électorale du Parlement basque en 2012 et au long des débats sur l'indépendance surgis en Catalogne après la manifestation du 11 septembre 2012, le journal Gara publia une enquête sur l'indépendance. 51% des Basques déclarent alors ne pas être favorables à l'indépendance face à 49% qui se prononcent pour. La majorité des Basques (56,4%) n'a pas répondu à la question de savoir si l'indépendance améliorerait ou empirerait les conditions du Pays basque.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du nationalisme basque.

Le nationalisme basque est né à la fin du XIXe siècle en réaction à la victoire des libéraux en Espagne qui, par imitation des idées professées par la Révolution française, voulaient construire un État espagnol centralisé. Les Libéraux et leurs opposants socialistes étaient d'accord pour supprimer les libertés juridiques des provinces basques, ce qui fut fait par la loi de 1876.

Origines[modifier | modifier le code]

Affichage du nationalisme basque

Le fondateur du nationalisme basque, Sabino Arana Goiri, mit en place une idéologie nationaliste ("Euzkadi est la patrie des Basques" déclare-t-il) liée à un peuple (« race » dans la phraséologie de l'époque), un hymne, un drapeau, l'Ikurriña (au départ chaque province s'était vue attribuée par Sabino Arana son drapeau propre, mais c'est celui de la Biscaye qui a été adopté par l'ensemble des sept provinces historiques), des devises ("Dieu et l'ancienne loi" ou "Les Basques pour Euzkadi et Euzkadi pour Dieu") et créa un parti politique pour populariser ses idées : EAJ-PNV. Après avoir souffert des attaques incessantes du côté espagnol et plusieurs séjours en prison, il meurt à l'âge de 38 ans et laisse le parti aux mains de son frère, Luis Arana Goiri, et de l'industriel, Ramon de la Sota. Sabino Arana a été le premier à envoyer un télégramme de félicitations au président des États-Unis à la suite de la défaite des Espagnols contre les Américains à Cuba en 1898, la colonie espagnole devint de ce fait indépendante. Sabino avait aussi défendu les droits des noirs Hottentots face aux Blancs, Britanniques et Néerlandais durant la Seconde Guerre des Boers en Afrique du Sud au début du XXe siècle.

La guerre civile espagnole[modifier | modifier le code]

Après la mort de Sabino Arana, son œuvre est poursuivie par le parti qu'il a fondé, EAJ-PNV. Pendant la Seconde République espagnole, EAJ-PNV mobilise le Pays basque sud en faveur d'un statut d'autonomie qui n'est accordé par la République, dans l'urgence créée par le soulèvement franquiste de juillet 1936, qu'à l'automne de cette année-là. Le premier gouvernement d'Euzkadi est présidé par José Antonio Agirre (EAJ-PNV) et compte des ministres nationalistes basques et des partis de gauche qui soutiennent la république espagnole. Après le bombardement de Guernica en avril 1937 et la chute de Bilbao en juin de cette même année, le gouvernement d'Euzkadi prend la route de l'exil, pendant que la répression franquiste s'abat sur les nationalistes basques et la gauche espagnole.C'est clandestinement qu'EAJ-PNV poursuit la lutte de l'intérieur, pendant qu'en exil le gouvernement du lehendakari Agirre tente de mobiliser l'opinion publique internationale en faveur de la cause des Basques[1].

Les "années noires"[modifier | modifier le code]

Devant lutter contre le franquisme et ses héritiers, les nationalistes espagnols, un nouveau front s'ouvre contre le nationalisme démocratique basque : ETA (acronyme de "Euskadi Ta Askatasuna" qui signifie « Pays basque et liberté »). Cette organisation terroriste est rapidement reprise par des marxistes révolutionnaires, qui, à l'exemple de Mao et des mouvements tiers-mondistes, tentent d'utiliser la force du sentiment national basque au service d'une stratégie révolutionnaire visant à déstabiliser l'État espagnol. Pour EAJ-PNV-PNB, cette stratégie est mortelle pour les Basques, car elle ne cherche pas à trouver une solution au problème basque, mais désire accentuer, approfondir le problème basque pour l'utiliser comme une arme contre l'État « capitaliste et impérialiste » espagnol.

La transition démocratique espagnole[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Conflit basque.

À la mort de Franco, le nationalisme basque s'unit à la gauche espagnole pour obtenir un nouveau statut d'autonomie qui est finalement approuvé par référendum en Euzkadi (alors que la constitution espagnole ne l'avait pas été dans les provinces basques). À l'heure actuelle, le nationalisme basque démocratique cherche à redéfinir, par la voie négociée, les rapports entre le peuple basque et l'État espagnol, sur une base contractuelle. Il doit faire face à une crispation étatique et à la stratégie d'ETA et de la gauche patriote.

Meeting politique tenu le 22 septembre 2006 à Aritxulegi, Oiartzun, en l'honneur d'activistes liés au nationalisme basque.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Exil et solidarité, la ligue internationale des amis des Basques, Jean-Claude Larronde, 1998

Articles connexes au nationalisme basque[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes au régionalisme en Espagne[modifier | modifier le code]