Paniranisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sur le plan géographique et culturel, il est généralement admis que le Grand Iran comprend l'ensemble du plateau Iranien et ses plaines limitrophes[1] s'étendant de la Mésopotamie et du Caucase à l'ouest, de l'Indus à l'est, de la rivière Oxus au nord et du golfe Persique et de la mer d'Oman au sud.

Le paniranisme est une idéologie qui prône la solidarité et la réunification des peuples iraniens vivant sur le plateau Iranien et dans d'autres régions à l'influence culturelle iranienne importante, notamment les Perses, les Azerbaïdjanais (une population de langue turque historiquement, culturellement et génétiquement iranienne[2]), Lurs, Gilaks, Mazanderanis, Ossètes, Kurdes, Zazas, Talysh, Tadjiks du Tadjikistan, Ouzbékistan et Afghanistan, les Pachtounes, les Baloutches du Pakistanetc.

Le premier théoricien était Mahmoud Afshar Yazdi[3],[4],[5],[6],[7],[8].

Origines et idéologie[modifier | modifier le code]

Drapeau du Parti pan-iranien.

Le politologue iranien Mahmoud Afshar a développé l'idéologie pan-iranienne au début des années 1920 en opposition au pan-turquisme et au panarabisme, considérés comme une menace potentielle pour l'intégrité territoriale de l'Iran[9]. Il a également montré une forte conviction dans le caractère nationaliste du peuple iranien tout au long de la longue histoire du pays[9].

Contrairement aux mouvements similaires de l'époque dans d'autres pays, le pan-iranisme était inclusif sur le plan ethnique et linguistique et ne concernait que le nationalisme territorial, plutôt que le nationalisme ethnique ou racial[10]. À la veille de la Première Guerre mondiale, les pankurkistes se sont concentrés sur les terres turcophones d'Iran, du Caucase et d'Asie centrale[11]. Le but ultime était de persuader ces populations de se séparer des plus grandes entités politiques auxquelles elles appartenaient et de rejoindre la nouvelle patrie pan-turcique[11]. C'est ce dernier appel aux Azerbaïdjanais iraniens qui, contrairement aux intentions pankurkistes, a amené un petit groupe d'intellectuels azerbaïdjanais à devenir les plus ardents défenseurs de l'intégrité territoriale de l'Iran[11]. Après la révolution constitutionnelle en Iran, les démocrates azerbaïdjanais ont adopté un nationalisme romantique en réaction aux politiques irrédentistes pankurkistes menaçant l'intégrité territoriale de l'Iran[11]. C'est durant cette période que les politiques iranienne et d'homogénéisation linguistique ont été proposées comme une nature défensive contre toutes les autres[11]. Contrairement à ce à quoi on pourrait s'attendre, ce sont les Azerbaïdjanais iraniens qui ont le plus innové ce nationalisme défensif[11]. Ils ont estimé que la garantie de l'intégrité territoriale du pays était la première étape dans l'édification d'une société fondée sur le droit et un État moderne[11]. Dans ce cadre, leur loyauté politique l'emportait sur leurs affiliations ethniques et régionales[11]. L'adoption de ces politiques d'intégration a ouvert la voie à l'émergence du nationalisme culturel du groupe ethnique titulaire[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Drapeaux pan-iraniens vus lors des rassemblements pro-Mosaddegh à Téhéran le 16 août 1953.

Avec l'effondrement de la dynastie Qajar, où régnait la corruption, et la montée en puissance de Reza Shah Pahlavi en 1925, qui commença à introduire des réformes laïques limitant le pouvoir du clergé chiite, des penseurs nationalistes et socialistes iraniens espéraient que cette nouvelle ère serait également témoin de l'introduction de réformes démocratiques, mais qui finalement n'ont pas eu lieu. Cela a abouti à la montée progressive d'un mouvement pan-iranien à la base peu structurée, composé d'écrivains nationalistes, d'enseignants, d'étudiants et de militants nationalistes, allié à d'autres mouvements pro-démocrates.

Dans les années 1940, après l'invasion anglo-soviétique de l'Iran, le mouvement pan-iranien gagna en popularité et en popularité du fait du sentiment général d'insécurité qui régnait parmi les Iraniens qui voyaient le roi Reza Shah impuissant face à une telle présence étrangère dans le pays. Il y avait des soldats russes, anglais, indiens, néo-zélandais, australiens et, plus tard, américains, présents dans le pays, notamment dans la capitale, Téhéran[12]. L'occupation alliée a influencé une série de mouvements d'étudiants en 1941. L'un de ces nouveaux groupes était un groupe de guérilla nationaliste clandestin appelé le groupe Revenge, également connu sous le nom d'Anjoman[12]. Le parti pan-iranien a été fondé plus tard par deux des membres du groupe Revenge et deux autres étudiants du milieu à la fin des années 1940 à l'université de Téhéran. Bien que le mouvement pan-iraniste avait joué un rôle actif tout au long des années 1930, c'était une alliance populaire vaguement organisée d'écrivains nationalistes nationalistes, d'enseignants, d'étudiants et de militants. Ce parti a été la première organisation à adopter officiellement une position pan-iranienne, qui croyait en la solidarité et la réunification des peuples iraniens habitant le plateau Iranien. En 1951, les dirigeants du parti, Mohsen Pezeshkpour et Dariush Forouhar, se sont mis d'accord sur le fonctionnement du parti. Une division a eu lieu. Les deux factions différaient grandement par leur structure organisationnelle et leurs pratiques. La faction Pezeskpour, qui a conservé le nom du parti, croyait travailler dans le système de Mohammad Reza Pahlavi. La faction Forouhar, qui a adopté un nouveau nom, Mellat Iran (Parti de la nation iranienne), croyait en une action contre le système[12].

Voir également[modifier | modifier le code]

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Hezbe Pan Iranist par Ali Kabar Razmjoo (ISBN 964-6196-51-9) )
  • Engheta, Naser (2001), 50 ans d'histoire avec les pan-iraniens, Los Angeles, Californie : Ketab Corp., (ISBN 1-883819-56-3).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Iran i. Lands of Iran », Encyclopædia Iranica
  2. (en) Farjadian et Ghaderi, « HLA class II similarities in Iranian Kurds and Azéris », International Journal of Immunogenetics, vol. 34, no 6,‎ , p. 457–463 (ISSN 1744-3121, PMID 18001303, DOI 10.1111/j.1744-313x.2007.00723.x) :

    « Neighbor‐joining tree based on Nei's genetic distances and correspondence analysis according to DRB1, DQA1 and DQB1 allele frequencies showed a strong genetic tie between Kurds and Azeris of Iran. The results of AMOVA revealed no significant difference between these populations and other major ethnic groups of Iran »

  3. Le professeur Richard Frye a déclaré : Les locuteurs turcs d'Azerbaïdjan sont principalement issus des locuteurs iraniens antérieurs, dont plusieurs poches existent encore dans la région (Frye, Richard Nelson, « Peoples of Iran » dans Encyclopedia Iranica).
  4. Swietochowski, Tadeusz. « Azerbaïdjan, République de », vol. 3, CD-ROM Encyclopedia Colliers, 28.02.1996: "La population persane d'origine a fusionné avec les Turcs, et progressivement la langue persane a été remplacée par un dialecte turc qui a évolué pour devenir la langue azerbaïdjanaise distincte"
  5. Golden, PB «Une introduction à l'histoire des peuples turcophones», Otto Harrosowitz, 1992. « Les Azéris d'aujourd'hui sont un peuple extrêmement sédentaire et détribalisé. Anthropologiquement, ils se distinguent peu du voisin iranien »
  6. Xavier Planhol, « Terres d'Iran » dans Encyclopædia Iranica. Extrait : Les toponymes, avec plus de la moitié des noms de lieux d'origine iranienne dans certaines régions, comme le Sahand, un immense massif volcanique au sud de Tabriz, ou le Qara Dagh, près de la frontière (Planhol, 1966, p. 305; Bazin, 1982, p.28) témoigne de cette continuité. Le langage lui-même fournit une preuve éloquente. L'azéri, à l'instar de l'ouzbek (voir ci-dessus), a perdu l'harmonie vocale typique des langues turques. C'est une langue turque apprise et parlée par les paysans iraniens. "(Encyclopedia Iranica," Terres d'Iran ")
  7. « Ainsi, les nomades turcs, malgré leur profonde pénétration sur les terres iraniennes, n'ont que peu influencé la culture locale. Les éléments empruntés par les Iraniens à leurs envahisseurs étaient négligeables. »(XD Planhol, Terre d'Iran dans Encyclopedia Iranica)
  8. История Востока. В 6 т. Т. 2. Восток в средние века. Глава V. — М.: «Восточная литература», 2002. — (ISBN 5-02-017711-3). Excerpt: ""Говоря о возникновении азербайджанской культуры именно в XIV-XV вв., следует иметь в виду прежде всего литературу и другие части культуры, органически связанные с языком. Что касается материальной культуры, то она оставалась традиционной и после тюркизации местного населения. Впрочем, наличие мощного пласта иранцев, принявших участие в формировании азербайджанского этноса, наложило свой отпечаток прежде всего на лексику азербайджанского языка, в котором огромное число иранских и арабских слов. Последние вошли и в азербайджанский, и в турецкий язык главным образом через иранское посредство. Став самостоятельной, азербайджанская культура сохранила тесные связи с иранской и арабской. Они скреплялись и общей религией, и общими культурно-историческими традициями." (History of the East. 6 v. 2. East during the Middle Ages. Chapter V. - M.: «Eastern literature», 2002. - (ISBN 5-02-017711-3).). Translation: "However, the availability of powerful layer of Iranians took part in the formation of the Azerbaijani ethnic group, left their mark primarily in the Azerbaijani language, in which a great number of Iranian and Arabic words. The latter included in the Azeri, and Turkish language primarily through Iranian mediation."
  9. a et b (en) Ahmad Ashraf, « Iranian Identity : iv. In the 19th and 20th centuries. », Encyclopædia Iranica Foundation, vol. XIII, no 5,‎ , p. 522-530 (lire en ligne). Excerpt: "Afšār, a political scientist, pioneered systematic scholarly treatment of various aspects of Iranian national identity, territorial integrity, and national unity. An influential nationalist, he also displayed a strong belief in the nationalist character of Iranian people throughout the country's long history. He was the first to propose the idea of Pan-Iranism to safeguard the unity and territorial integrity of the nation against the onslaught of Pan-Turkism and Pan-Arabism (Afšār, p. 187)"
  10. Perspectives on Iranian identity, pg.26 « https://web.archive.org/web/20070928201600/https://www.gozaar.org/uploaded_files/Iranian_Identity%5B1%5D.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  11. a b c d e f g h et i Touraj Atabaki, « Se refondre soi-même, rejeter l'autre : pan-turkisme et nationalisme iranien » dans Van Schendel, Willem (éditeur). Politique d'identité en Asie centrale et dans le monde musulman : nationalisme, ethnie et travail au XXe siècle. Londres, GBR: IB Tauris & Company, Limited, 2001. Citation actuelle:
  12. a b et c Naser Engheta, 50 years history with the Pan-Iranists, Los Angeles, CA, Ketab Corp, (ISBN 978-1-883819-56-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]