Système économique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Un système économique est un mode d’organisation de l’activité économique d’un pays. Dans un sens élargi, il peut être également compris comme l'organisation sociale induite par le système. Le système économique influence de nombreux facteurs, comme le niveau de vie des habitants, le niveau des inégalités, les relations avec les autres pays, ou la puissance économique.

Présentation[modifier | modifier le code]

Structure[modifier | modifier le code]

Le système économique regroupe l'ensemble des institutions, sociales comme normatives, qui agissent comme une courroie ou un récipiendaire de l'activité économique au niveau micro. Le système forme le niveau macroéconomique de la vie du pays. Les normes du système (via le droit du pays) détermine également la répartition des richesses.

Ce système n'est pas neutre économiquement, dans le sens où ses structures conditionnent l'affectation des ressources et la productivité (production unitaire d'un facteur de production utilisé dans la combinaison productive) des facteurs. Sa modulation joue donc un rôle essentiel dans le cadre des politiques publiques visant à générer de la croissance ou à modifier le niveau d'inégalités.

Les systèmes économiques varient en fonction des régions et des époques. Les pays occidentaux suivent une organisation fondée sur le capitalisme caractérisé par la propriété privée des moyens de production. Le système économique des pays de l’ex-bloc de l’est sont fondés sur le principe de l’économie communiste dont l'objectif est la propriété collective des moyens de production.

Un système économique est lui-même composé d'une multitude de sous-systèmes, plus petits. Les agents qui le composent peuvent y être spécialisés : le système économique vigneron dispose de spécificités face au système économique de l'agroalimentaire auquel il appartient, qui, lui-même, n'est qu'un sous-système d'un ensemble plus grand[1].

Modèles culturels[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas un système économique, mais une multitude. Les structures sociales de l'économie le modèlent de telle manière qu'un système de même type (par exemple, capitaliste) peut prendre diverses formes. Le modèle français s'oppose ainsi au modèle anglo-saxon et au modèle rhénan allemand.

Dans Les trois mondes de l'Etat-providence, Gøsta Esping-Andersen identifie trois types de systèmes économiques, correspondant à un système continental, un système nordique social, et un système anglo-saxon. Des recherches ultérieures ont identifié des systèmes économiques arabo-musulmans et asiatiques[2].

Relations entre les agents[modifier | modifier le code]

Un système économique est composé par des relations entre ses acteurs. Pierre-Joseph Proudhon note ainsi en 1850 que le système économique capitaliste d'Europe de l'Ouest est dominé par la figure du travailleur et celle du patron[3]. Les relations entre les agents sont modulées par les politiques publiques, qui peuvent par exemple décider d'un niveau de centralisation plus ou moins élevé de l'activité économique[4].

Débats[modifier | modifier le code]

Système économique et environnement[modifier | modifier le code]

Le passage à un mode de développement durable suppose d'évoluer vers un nouveau modèle économique[5]. Lorsqu'il a annoncé sa démission le sur France Inter, l'ex-ministre de la transition écologique Nicolas Hulot a déclaré qu'« on s'évertue à entretenir un modèle économique responsable de tous ces désordres climatiques », signifiant ainsi l'incompatibilité entre le modèle libéral et les contraintes environnementales et climatiques*[6].

Systèmes économiques alternatifs[modifier | modifier le code]

Un système économique peut être refusé par certains de ses agents, voire remplacé. Le communisme est ainsi un système économique concurrent au système économique capitaliste[7]. Un système économique se fond dans les institutions sociales ; dès lors, le changement de système économique requiert une modification desdites institutions[8].

Système économique et souveraineté[modifier | modifier le code]

Le concept de souveraineté économique permet de qualifier un système économique dont les principales sources d'approvisionnement de matériaux et de biens stratégiques sont endogènes au système[9]. Un système économique peut, à l'extrême, être autarcique, c'est-à-dire fonctionner sans relations avec d'autres systèmes économiques[10].

Systèmes et régimes économiques[11][modifier | modifier le code]

Certains auteurs comme Jean-Marie Albertini, chercheur au CNRS français, constatent que le mot système ou modèle est utilisé par les économistes pour déterminer les différences théoriques essentielles entre les pays appartenant au même système (Japon et États-Unis, par exemple) ou, à fortiori (i.e, à plus forte raison), entre des pays qui appartiennent à des systèmes économiques et sociaux totalement opposés (URSS et États-Unis lors de l'époque de la guerre froide)[11]. Mais ce mot ne permet pas de décrire l'évolution historique et réelle d'un pays ou d'un système. Pour cela, Jean-Marie Albertini propose d'utiliser le mot régime (le titre de l'un de ses ouvrages, est, par ailleurs, " Les régimes économiques : Capitalisme et Socialismes à l'épreuve ")[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Franck Auriac, Système économique et espace : Le Vignoble languedocien, FeniXX réédition numérique, (ISBN 978-2-402-03226-1, lire en ligne)
  2. Ahmed Danyal Arif, Histoire économique du monde islamique: De l'Arabie préislamique à la dynastie umayyade, Editions L'Harmattan, (ISBN 978-2-343-16696-4, lire en ligne)
  3. Pierre-Joseph Proudhon, Système des contradictions économiques, ou Philosophie de la misère, Garnier frères, (lire en ligne)
  4. Revue d'études comparatives est-ouest, Éditions du Centre national de la recherche scientifique., (lire en ligne)
  5. Développement durable : vers un nouveau modèle économique
  6. Lorène Lavocat, « Bilan de Nicolas Hulot : décevant, trop décevant », Reporterre, 29 août 2018, lire en ligne
  7. Principes d' B economie politique avec quelques-unes de leurs applications a l' B economie sociale: 1, Guillaumin et Cie., (lire en ligne)
  8. Serge Latouche, Faut-il refuser le développement ?: Essai sur l'anti-économique du tiers-monde, Presses universitaires de France (réédition numérique FeniXX), (ISBN 978-2-13-066269-3, lire en ligne)
  9. Xavier Jaravel et Isabelle Méjean, « Quelle stratégie de résilience dans la mondialisation ? », Notes du CAE,‎ , p. 12 (lire en ligne [PDF])
  10. Hague Academy of International Law, Collected courses of the Hague Academy of International Law, Hachette, (lire en ligne)
  11. a b et c Jean-Marie Albertini, Les rouages de l'économie nationale, Paris, Les éditions ouvrières, Octobre 1982, 317 p. p. 179

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :