Nationalisme italien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le nationalisme italien affirme que les Italiens sont une nation à identité unique et cherche à promouvoir l'unité culturelle de l'Italie en tant que pays, selon une définition de l'italianité revendiquant une descendance des Latins qui vivaient à l'origine dans le Latium et finissaient par dominer la péninsule italienne de l'Europe. Le nationalisme italien a aussi historiquement adhéré aux théories impérialistes[1].

La version romantique (ou douce) de ces vues s'appelle le patriotisme italien, tandis que leur version intégrale (ou dure) s'appelle le fascisme italien.

On pense souvent que le nationalisme italien tire ses origines de la Renaissance[2], mais n'est apparue comme une force politique dans les années 1830 que sous la direction de Giuseppe Mazzini[3]. Il a servi de cause au Risorgimento dans les années 1860 à 1870. Le nationalisme italien est redevenu fort au cours de la Première Guerre Mondiale avec les revendications irrédentistes italiennes de territoires détenus par l'Autriche-Hongrie et à l'époque du fascisme italien.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aaron Gillette. Racial theories in fascist Italy. 2nd edition. London, England, UK; New York, New York, USA: Routledge, 2003. Pp. 17.
  2. Trafford R. Cole. Italian Genealogical Records: How to Use Italian Civil, Ecclesiastical & Other Records in Family History Research. Salt Lake City, Utah, USA: Ancestry Incorporated, 1995. Pp. 15.
  3. J. P. T. Bury, ed. The new Cambridge modern history: The zenith of European power 1830–70 1964. Pp. 224.