Alexandre Ier (roi de Yougoslavie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alexandre Ier de Yougoslavie)
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alexandre Ier et Alexandre Karageorgévitch (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références.

Alexandre Ier
Aleksandar I
Александар I
Le roi Alexandre Ier.
Le roi Alexandre Ier.
Titre
1er roi de Yougoslavie

(13 ans 1 mois et 23 jours)
Président du gouvernement Petar Živković
Vojislav Marinković
Milan Srškić
Nikola Uzunović
Prédécesseur Lui-même (roi des Serbes, Croates et Slovènes)
Successeur Pierre II
Roi des Serbes, Croates et Slovènes
Président du gouvernement Nikola Pašić
Ljubomir Davidović
Nikola Pašić
Nikola Uzunović
Velimir Vukićević
Anton Korošec
Petar Živković
Prédécesseur Pierre Ier
Successeur Lui-même (roi de Yougoslavie)
Prince héritier de Serbie

(12 ans 4 mois et 20 jours)
Monarque Pierre Ier
Prédécesseur Đorđe Karađorđević
Biographie
Dynastie Karađorđević
Nom de naissance Aleksandar Petrović Karađorđević
Date de naissance
Lieu de naissance Monténégro, Cetinje
Date de décès (à 45 ans)
Lieu de décès Marseille
Père Pierre Ier
Mère Zorka de Monténégro
Conjoint Marie de Roumanie
Enfants Pierre II Red crown.png
Tomislav Karađorđević
Andrej Karađorđević
Héritier Prince Petar

Alexandre Ier (roi de Yougoslavie)
Monarques de Yougoslavie

Alexandre II de Serbie puis Alexandre Ier de Yougoslavie (en serbe cyrillique Александар I Карађорђевић), né le à Cetinje au Monténégro et mort assassiné à Marseille en France le , a été roi du royaume des Serbes, Croates et Slovènes de 1921 à 1929 puis du royaume de Yougoslavie de 1929 à 1934.

Famille[modifier | modifier le code]

Alexandre est le second fils de Pierre Ier Karađorđević (1844 - 1921), souverain du royaume de Serbie (1903-1918), puis du royaume des Serbes, Croates et Slovènes (1918-1921). Il a une sœur, née quatre ans auparavant, Hélène, et un frère de deux ans son aîné, Georges, qui dans la tradition royale, doit accéder au trône à la mort de son père. Il devient prince héritier de Serbie lorsque Georges est exclu de la succession en 1909[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

La politique menée par les États balkaniques le conduit à servir au sein de l'armée serbe en octobre 1912 lors de la Première Guerre balkanique. La Grèce, le Monténégro, la Bulgarie et la Serbie s'élèvent contre l'Empire ottoman qui subit plusieurs revers cuisants avant d'être contraint de se rendre à la table des négociations où il perd la plupart des territoires sous son contrôle en Europe au profit des quatre autres belligérants. Pendant la Seconde Guerre balkanique, c'est la Bulgarie qui est défaite après avoir attaqué la Serbie et la Grèce. Le prince est auréolé par ces victoires quand il reçoit la régence au nom de son père en juin 1914[2].

C'est sous le règne de son père que le Royaume de Serbie affronte l'épisode de la Première Guerre mondiale. Amené à combattre l'Autriche-Hongrie à la suite de l'assassinat de l'Archiduc François-Ferdinand à Sarajevo, la Serbie est écrasée et occupée en 1915 par les puissances centrales. Durant ces longues années de guerre, de nouveau, Alexandre sert dans l'armée de son pays. Cette attitude lui permet de jouir en France d'une énorme popularité, surtout à la suite des combats se déroulant lors de l'Expédition de Salonique, où il épaule les fameux « Poilus d'Orient ». C'est de cette période que naît le leitmotiv de l'héroïque Serbie.

Rassemblement des Slaves du Sud[modifier | modifier le code]

Après l'armistice de 1918, un nouvel État naît, le royaume des Serbes, Croates et Slovènes dont la couronne est offerte à Pierre Ier de Serbie. Or, celui-ci est très malade et dans l'impossibilité de régner. Le prince Alexandre accepte d'endosser la régence le 1er décembre 1918.

La régence que pratique Alexandre est volontariste et implacable contre les tentations centrifuges. L’unité doit se faire sous la domination royale serbe. À la mort de Pierre Ier le 16 août 1921, Alexandre devient à son tour roi des Serbes, des Croates et des Slovènes.

Le , il épouse la princesse Marie de Roumanie qui lui donne trois enfants :

Roi de Yougoslavie[modifier | modifier le code]

Il impose dans un premier temps un régime parlementaire, mais les conflits entre partis s'enveniment, culminant avec l'attentat mortel envers Stjepan Radić en plein parlement le 14 juin 1928[3]. Sur le conseil du successeur de Radić, Vladko Maček, il abolit la Constitution le , transformant son royaume en un régime autoritaire[4]. Le royaume prend le nom de royaume de Yougoslavie et Alexandre II de Serbie devient roi de Yougoslavie sous le nom d'Alexandre Ier.

Le , à Marseille où il vient de débarquer pour une visite officielle en France, il est assassiné[5]. L’attentat a été planifié par le mouvement terroriste croate oustachi d’Ante Pavelić[6] et par l’Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne. L’exécutant, un Bulgare nommé Vlado Tchernozemski, utilise contre le roi un pistolet automatique Mauser C96. Le souverain, touché à la poitrine, ne meurt pas sur le coup, mais à peine évacué à la préfecture, il y expire[5]. En riposte à ses tirs, le terroriste est blessé par la police et malmené par la foule furieuse (il meurt quelques heures après l’attentat). Louis Barthou ministre français des Affaires étrangères, qui accompagne Alexandre Ier, est grièvement blessé par erreur par le tir d’un policier français. Lui aussi meurt peu après[5]. L’attentat, et la fusillade confuse qu’elle provoque, fait d’autres victimes, mortes ou blessées, dans l’escorte et le public, dont le général Alphonse Georges.

À la suite de l'assassinat d’Alexandre, son fils Pierre II, âgé de onze ans, lui succède. Étant trop jeune pour régner, un Conseil de Régence tripartite est mis en place sous la direction d'un cousin du Roi défunt, le Prince Paul dont la politique devient rapidement favorable aux forces de l'Axe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Farley 2007, p. 56.
  2. Farley 2007, p. 59.
  3. Farley 2007, p. 71.
  4. Farley 2007, p. 72.
  5. a, b et c André Larané, « 9 octobre 1934 - Le roi de Yougoslavie est assassiné », sur herodote.net,‎ (consulté le 23 mars 2016).
  6. (en) John R. Lampe, Yugoslavia as History : Twice there was a Country, Cambridge, Cambridge University Press,‎ , 487 p. [détail de l’édition] (ISBN 0521774012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Brisson, Alexandre de Yougoslavie, Roi libérateur, Paris, Paul Duval.
  • Roger Colombani et Jean-René Laplayne, La mort d'un roi, la vérité sur l'assassinat d'Alexandre de Yougoslavie, Albin Michel,‎ .
  • (en) Brigit Farley, « Alekasandar I Karadjordjević and the Royal Dictatorship in Yugoslavia », dans Bernd Jürgen Fischer, Balkan Strongmen: Dictators and Authoritarian Rulers of South Eastern Europe, Purdue University Press,‎ , 494 p. (ISBN 9781557534552, lire en ligne), p. 51-86.
  • François Grumel-Jacquignon, La Yougoslavie dans la stratégie française de l’Entre-deux-Guerres (1918-1935)], Peter Lang,‎ (lire en ligne) (lien brisé).

Liens externes[modifier | modifier le code]