Monastère de Vraćevšnica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Monastère de Vraćevšnica
Image illustrative de l’article Monastère de Vraćevšnica
Vue du monastère de Vraćevšnica
Présentation
Nom local Манастир Враћевшница
Manastir Vraćevšnica
Culte Orthodoxe serbe
Type Monastère
Rattachement Éparchie de Žiča
Début de la construction 1428 ou 1431
Autres campagnes de travaux Plusieurs reconstructions après destruction
Protection Monument culturel de grande importance
Géographie
Pays Drapeau de la Serbie Serbie
District Moravica
Municipalité Gornji Milanovac
Localité Vraćevšnica
Coordonnées 44° 04′ 05″ nord, 20° 36′ 01″ est

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Monastère de Vraćevšnica

Géolocalisation sur la carte : Serbie

(Voir situation sur carte : Serbie)
Monastère de Vraćevšnica

Le monastère de Vraćevšnica (en serbe cyrillique : Манастир Враћевшница ; en serbe latin : Manastir Vraćevšnica) est un monastère orthodoxe serbe situé à Vraćevšnica, dans le district de Moravica et dans la municipalité de Gornji Milanovac, dans l'ouest de la Serbie. Il est inscrit sur la liste des monuments culturels de grande importance de la République de Serbie (identifiant no SK 188)[1].

Aujourd'hui, le monastère abrite des religieuses[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte interactive du monastère de Vraćevšnica.

Le monastère est situé à 20 km de Gornji Milanovac, sur la route qui conduit à Kragujevac, sur les pentes du mont Rudnik et dans la vallée de la Vraćevšnička reka[1],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Gravure représentant le monastère, 1820, Musée du second soulèvement serbe à Takovo

Le monastère a été fondé en 1428[3],[2] ou en 1431[1] grâce un don du « grand čelnik »[N 1] Radič Postupović, le fils du voïvode de la Gruža Milutin ; ce noble personnage, élevé à la cour du prince Lazare, est resté l'ami de son fils, le prince Stefan Lazarević[3].

Les premières données sur le monastère remontent à la période ottomane et datent de 1579 ; elles mentionnent la destruction et la reconstruction du monastère à l'époque du métropolite de Rudnik Diomidije. Après une nouvelle destruction en 1682, il entièrement reconstruit en 1737, à l'époque de l'higoumène Mihailo[1]. Il devient un centre politique et culturel à l'époque du Premier et du Second soulèvement serbe contre les Ottomans ; une école y est ouverte à ce moment-là[1],[3]. Karađorđe (Karageorges), le chef de la première insurrection serbe et le fondateur de la dynastie des Karađorđević, est souvent venu à Vraćevšnica ; en 1812, il y a réuni une assemblée où il a donné lecture du traité de Bucarest qui mettait fin à la Guerre russo-turque de 1806-1812 ; un envoyé du tsar Alexandre Ier assistait à l'événement et des médailles russes ont été décernées à des combattants serbes[3]. Au printemps 1818, le prince Miloš Obrenović a réuni une assemblée faisant de Kragujevac la capitale de la Principauté de Serbie, désormais autonome vis-à-vis de la Sublime Porte[3].

Près de l'église se trouve la tombe de la mère du prince Miloš, Višnja Obrenović[2] ; le prince s'est également fait construire un konak à Gornja Crnuća, à trois ou quatre kilomètres du monastère[2] ; cet édifice en bois est aujourd'hui inscrit sur la liste des monuments culturels d'importance exceptionnelle de la République de Serbie[4].

Le monastère a reçu son apparence actuelle en 1860 grâce à ce prince[1].

Église[modifier | modifier le code]

L'église du monastère, construite à l'origine en même temps que le monastère et dédiée à Saint-Georges, rappelle le style de l'école rascienne. Elle constituée d'une nef unique prolongée par une abside dotée d'une voûte en demi-calotte et qui, à l'intérieur, est demi-circulaire et, à l'extérieur, à cinq pans. La nef, quant à elle, dispose d'une voûte en berceau. La zone du narthex est dominée par une haute coupole octogonale[1].

Les façades en grès sont rythmées verticalement par des arcatures aveugles en plein cintre et par des pilastres reposant sur des consoles moulurées. Horizontalement, une frise dentée court le long du bâtiment[1].

L'église Saint-Georges, dans le monastère

L'iconostase a été réalisée en 1622 et compte 30 icônes[3] peintes par des artistes divers des XVIIIe et XIXe siècles ; le seul à avoir laissé son nom est un certain Stavros qui a travaillé en 1754 à l'icône de la Mère de Dieu, située dans la partie supérieure de la structure. Les fresques ont été peintes en 1737 ; elles sont l'œuvre d'artistes dirigés par Andrej Andrejević[1].

Trésor[modifier | modifier le code]

Le monastère abrite des icônes et du mobilier provenant de la famille des Obrenović ; on y trouve notamment un portrait du prince Miloš, peint par Đura Jakšić et une plaque de cuivre destinée à la gravure, représentant le monastère au XVIIIe siècle[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un « grand čelnik » (en serbe : veliki čelnik était l'équivalent d'un comte palatin).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i (sr) « Manastir Vraćevšnica, Vraćevšnica », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs, Académie serbe des sciences et des arts (consulté le 16 juin 2016)
  2. a, b, c et d (sr) « Manastir Vraćevšnica », sur http://www.togm.org.rs, Site de l'Office du tourisme de Gornji Milanovac (consulté le 16 juin 2016)
  3. a, b, c, d, e, f, g et h (sr) « Manastir Vraćevšnica », sur http://www.manastiri.rs, Manastiri (consulté le 16 juin 2016)
  4. (sr) « Kuća Miloša Obrenovića », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs, Académie serbe des sciences et des arts (consulté le 16 juin 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]